FORUM Ados-Musique

|-  Musique classique

||-  

La malédiction de la neuvième symphonie

 

liste des connectés  Lancer une recherche S'inscrire S'identifier Répondre à cette discussion Créer un nouveau message
 

Ajouter une réponse

 
Page photos
 
 Mot :  Pseudo :  
Vider la liste des messages à citer
 
 Page :
1
Auteur
 Sujet :

La malédiction de la neuvième symphonie

Prévenir les modérateurs en cas d'abus 
Profil : Inconnu
adamjackson
  1. answer
  2. Posté le 22/03/2017 à 10:02:32  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
La malédiction de la neuvième symphonie est la crainte superstitieuse qu'un compositeur, après Beethoven, mourra après avoir composé sa neuvième symphonie, ou une symphonie portant le numéro 9.

Le plus célèbre exemple de superstition de ce type se trouve chez Gustav Mahler, qui après avoir composé sa Symphonie n° 8 en mi bémol majeur (1906–1907), craignit de s'attaquer à une Neuvième, et composa Das Lied von der Erde (Le Chant de la terre, 1908–1909), qualifiée en sous-titre de « symphonie pour contralto, ténor et grand orchestre ». Ayant achevé sa neuvième symphonie sans que celle-ci ne fût comptabilisée ainsi, il composa sa Symphonie n° 9 en ré majeur (1909–1910), en fait sa dixième, considérant avoir trompé le sort. Cette symphonie fut cependant la dernière qu'il put achever, puisqu'il mourut pendant la composition de la Symphonie n° 10 en fa dièse majeur (1909–1910).

Du point de vue de Mahler, les seules victimes de la « malédiction » avaient été Beethoven et Bruckner, et peut-être Louis Spohr. La Grande Symphonie en ut majeur (1825–1828) de Schubert, aujourd'hui numérotée 9, ou plus rarement 7 ou 8, portait à l'époque le n° 7. Dvo?ák, lui aussi auteur d'un corpus de neuf symphonies, considérait la partition de sa Symphonie n° 1 en ut mineur « Les Cloches de Zlonice » (1865) comme perdue. Bruckner nourrissait également des inquiétudes au sujet de sa Symphonie n° 9 en ré mineur (1887–1896), mais c'était à cause de la comparaison inévitable avec celle de Beethoven, à plus forte raison parce qu'elle avait la même tonalité ; il s'agissait, d'ailleurs, de sa onzième symphonie, puisque la numérotation ne commence qu'après sa Symphonie d'études en fa mineur (parfois dite « n° 00 », 1863) et la Symphonie n° 0 en ré mineur (1869, en fait la troisième, « annulée » par Bruckner et numérotée ainsi a posteriori). Elle est d'ailleurs inachevée, le Finale restant à l'état d'esquisses et de fragments.

Dans un essai sur Mahler, Arnold Schönberg écrit : « Il semble que la neuvième soit une limite. Qui veut la franchir doit trépasser. Comme si la Dixième contenait quelque chose que nous ne devrions pas encore connaître, pour quoi nous ne serions pas prêts. Ceux qui ont écrit une Neuvième s'étaient trop approchés de l'au-delà. »

Après Mahler, la « malédiction » sembla s'appliquer à Kurt Atterberg, Alfred Schnittke, Roger Sessions, Ralph Vaughan Williams et Egon Wellesz. Alexandre Glazounov composa le premier mouvement d'une Symphonie n° 9 en ré mineur entre 1904 et 1910, mais l'abandonna, bien qu'il dût vivre encore vingt-six ans.

Des contre-exemples existent cependant, comme Glenn Branca, Hans Werner Henze (dix symphonies), Edmund Rubbra, Robert Simpson (onze), George Lloyd, Heitor Villa-Lobos et Darius Milhaud (douze), Dmitri Chostakovitch (quinze), Allan Pettersson (dix-sept), Nikolaï Miaskovski (vingt-sept), Havergal Brian (trente-deux), Alan Hovhaness (soixante-sept) et Leif Segerstam (cent soixante-et-onze, série en cours). Les Neuvièmes de Henze et Rubbra sont toutes deux des symphonies chorales, comme celle de Beethoven.

Mozart (avec jusqu'à soixante-huit symphonies, la dernière portant le numéro 41) et Haydn (avec cent six symphonies) ne sont pas concernés par un décompte ; en effet Beethoven transforma et étendit tant la forme symphonique que ce n'est qu'après lui que la composition d'une symphonie devint une entreprise difficile et de longue haleine, comme en témoignent les difficultés qu'eut Brahms à commencer et à terminer sa Symphonie n° 1 en ut mineur (1862–1878) – surnommée, malgré tout, la « Dixième Symphonie de Beethoven ».



Tags: ringtone downloads free download, https://freeringtonedownload.m [...] sage-tones
Message édité par adamjackson le 23/03/2017 à 09:30:21
(Publicité)
  1. answer
  2. Posté le 05/05/2017 à 22:56:35  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Ce sujet est trop intéressant pour sombrer dans l'indifférence, je poste [:a-syd]

Profil : Légende
akilkarsa
  1. answer
  2. Posté le 16/05/2017 à 16:51:24  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Tu ne devrais, c'est un copier-collé dans le vil but de faire de la publicité pour des sonneries de téléphone.

Et en plus ça fait mal aux yeux.

Profil : Légende
akilkarsa
  1. answer
  2. Posté le 16/05/2017 à 16:52:16  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
(Publicité)
 Page :
1

Ajouter une réponse
Aller à :
 

Sujets relatifs
Symphonie du Nouveau Monde piano (4eme mouv) Symphonie n.25 Mozat/reprise piano
Plus de sujets relatifs à : La malédiction de la neuvième symphonie

Les 5 sujets de discussion précédents Nombre de réponses Dernier message
Nouvelle chorale à Lyon 6ème ==> Viens chanter ! 0
cherche de la musique classique qui 'pulse' 1
Best morceaux de Mozart 0
Marques de piano 0
Cours de violon ? 1