liste des connectés  Lancer une recherche S'inscrire S'identifier Répondre à cette discussion Créer un nouveau message
 

Ajouter une réponse

 
Page photos
 
 Mot :  Pseudo :  
Vider la liste des messages à citer
 
 Page :
1
Auteur
 Sujet :

Coming-out gay et psy

Prévenir les modérateurs en cas d'abus 
Profil : Inconnu
kweli
  1. answer
  2. Posté le 31/07/2018 à 17:46:21  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Salut à tous !

Cela fait un bout de temps que je vais sur ce forum et que je vous lis. Aujourd'hui je me lance, et vous livre mes interrogations.

J'ai pris conscience de mon homosexualité il y a maintenant 2 ans ( j'ai 17 ans ), bien que j'ai l'impression de l'avoir toujours su. Mais plus le temps passe et plus j'en souffre, plus ça me perturbe et m'inquiète. J'ai fais un premier coming-out "forcé" en décembre dernier à un camarade de classe, R, dont j'étais amoureux, et alors que beaucoup portait à croire que c'était réciproque. Ce n'était malheureusement pas le cas. Je suis encore assez étonné de mon courage de l'époque. Il m'a signifié qu'il était hétéro, mais a accueilli mon aveu avec beaucoup de compassion et de gentillesse, a dit vouloir me soutenir autant qu'il le pouvait, que je pouvais discuter par SMS avec lui quand j'en avais besoin. J'étais tout de même extrêmement triste, voir effondré après tout ça, j'avais fondé de grands espoirs au vu des nombreux signes assez explicites qui me faisaient penser qu'il était attiré par moi. Aucune idée de si ça a un rapport, mais j'ai été malade tout la semaine suivante ( pendant les fêtes de Noël ). J'ai eu assez de mal à m'en remettre. En fait, je crois que sa bienveillance après ma déclaration m'a beaucoup touchée, j'étais limite encore plus amoureux qu'avant. Nous sommes resté en très bon terme et l'année a continué comme si rien ne s'était passé. Je continue à échanger par textos avec lui, très souvent à mon initiative. Je crois que je recherche encore son affection, même si je sais maintenant que rien n'est possible. 7 mois plus tard et même après désormais 1 mois de vacances je pense toujours à lui.

Du coup je m'interroge, est-ce que je ne devrais pas couper les ponts pour un moment avec lui pour vraiment tourner la page et que j'arrête de trop penser à lui ? Comment faire pour évacuer ma frustration lié à mon espoir douché ?

Dans la foulée, comme R m'avais encouragé à faire, j'en ai parlé à un de mes meilleurs pote, qui était dans ma classe cette année. Il l'a lui aussi très bien accueilli et m'a soutenu et rassuré tout au long de l'année. Il était très attentionné et je lui en suis reconnaissant. On a beaucoup discuté de mon ressenti par rapport à mon homosexualité. Mais j'aimerais pouvoir connaitre d'autres personnes gay comme moi car en échangeant je me suis bien rendu compte que c'était impossible pour lui de comprendre les tourments intérieurs que je vivais ( malgré toute sa bonne volonté ). Je compte faire mon coming-out aux restes de mes amis, au compte-goutte, en fonction des occasions qui se présenteront; hormis concernant mon meilleur pote : je me suis astreints à lui dire avant la rentrée prochaine. Mais bon, ça c'est la partie la plus facile.

Il y a une semaine, j'ai pleuré, ce qui ne m'arrive absolument jamais. J'ai complètement éclaté en sanglot. La question de mon homosexualité me bouffe le cerveau en ce moment et les remarques / blagues homophobes de mon père / frère n'arrangent rien. Ma mère, qui m'a vu pleurer, s'est inquiété. On a discuté, je l'ai mis un peu sur la piste. J'ai le besoin, je le sens, de lui faire mon coming-out, sachant que je suis persuadé qu'elle le prendra bien. Je pars avec elle la semaine prochaine pour 1 semaine à la mer, et je voudrais lui dire à ce moment là. Mais je ne sais pas trop comment m'y prendre. Je pense lui dire en face à face, qu'on aille marcher un soir et que je lui avoue. Est-ce une bonne idée, et comment introduire / amener le sujet ?

Je suis par contre beaucoup plus inquiet quant au reste de ma famille. Mon père dans un premier temps, même si j'ai du mal à imaginer sa réaction. Certaines de ses réflexions me refroidissent un peu. Je suis preneur de conseils pour "tâter le terrain" subtilement !

Après, toute ma famille du côté paternelle et mes grands-parents, c'est fichu. Ils sont très croyants, fervent supporter de la Manif pour tous. Je suis vraiment triste pour ça ,car je les aime profondément et ils comptent énormément pour moi ( surtout mes grand-parents ). Leur rejet probable, vraiment, ça me fend le cœur. C'est un point qui m'inquiète beaucoup. J'ai du mal à me projeter dans l'avenir. Ce qui m'agace c'est de n'être juger à l'aune que de mon orientation sexuelle, quoi que j'accomplisse. L'idée de leur méchanceté probable me fait beaucoup de mal.

Enfin ( promis c'est bientôt fini ;) ), je compte consulter un psy. Si je souhaite surtout aborder d'autres soucis, j'aimerais quand même bien parler de mon homosexualité. Du coup je veux bien des retours d'expérience. Avez-vous déjà consulté un psy ? Est-ce quelque chose qui vous a aidé ? En avez-vous tiré des bénéfices ? Est-ce facile de se livrer à un inconnu, sachant que je suis très timide ?

Voilà, merci d'avance pour votre attention et vos réponses. :D
Message cité 1 fois
(Publicité)
Keep It Mello
Profil : Etranger
reals
  1. answer
  2. Posté le 31/07/2018 à 18:32:22  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Salut
J'ai moi aussi vécu le fait d'être amoureux puis d'annoncer son homosexualité à son crush, ce n'était pas réciproque. Sauf que moi... J'ai que 14 ans.
Ça m'a fait mal mais j'ai eu de la chance car il était tolérant et m'a accepté comme j'était.
Ça fait deux mois et je pense toujours a lui, lui envoie toujours des messages mais me "contrôle" pour essayer de tourner la page.
Je me suis quelque semaine avant de lui annoncer effondre complètement sans que personne soit au courant j'était perdue ne pensait plus a rien et tous en même temps.
Je peut te MP mais dit moi a l'avances ce que tu veut que je te raconte.
J'espère que ça ta aider mais je ne pourrais t'avancer sur le fait de consulter un psy.
Message cité 1 fois
Profil : Etranger
nairitis
  1. answer
  2. Posté le 31/07/2018 à 19:01:08  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Salut!

Déjà je pense que oui tu devrais essayer de couper les ponts qlq temps avec lui si penser à lui te fait trop mal. Avec le temps tu réussira sûrement à tourner la page mais après y a des chances que tu puisse retomber amoureux de lui en recommençant à lui parler si jamais t'as pas eu assez de temps pour que tout tes sentiments disparaissent. Ou si jamais ils réapparaissent. Un moyen pour être sûr que ça ne fasse pas ça c'est de te trouver qqn que tu aimera encore plus que tu n'as aimer R, ou alors de couper les ponts définitivement avec lui et pas seulement qlq temps, mais je pense pas que c'est ce que tu veux. Après c'est à toi de voir si tu pourrai tourner la page même en continuant à lui parler, tourner la page en coupant les pont seulement qlq temps ou carrément définitivement. Ça dépend de comment tu es et à quel point tu as du mal à oublier qqn. Et pour évacuer ta frustration...fait autre chose comme des activités, sortir avec tes pote mais pense un maximum à autre chose plutôt qu'à ça...à part ça je vois pas d'autre moyen... Ah si aussi, si tu te trouve qqn qui pourrai te combler autant que lui aurait pu, ça évacuera sûrement toute ta frustration aussi ^^ mais faut trouver cette personne... Et bah si tu veux parler à d'autre personne gay tu peux me parler stv je le suis moi aussi , ou à plein d'autre personne sur ce forum qui eux aussi sont gay. Ensuite oui les remarques comme ça c'est sûrement déprimant sur le long terme...essaye de ne pas trop y faire attention ou dis leur juste que ça devient vraiment lourd leur blagues sur les homo sans trop montrer que tu l'es si tu n'a pas envie qu'ils le sachent. Et avec ta mère oui c'est sûrement une bonne idée de lui dire à ce moment, pour introduire le sujet parle lui par exemple du moment où elle t'as vu pleurer et explique lui pk. Et pour tâter le terrain avec ton père tu peux par exemple lui demander en faisant genre de déconner quelle serait sa réaction si il apprenait qu'un de ses fils était gay. Et pour ta famille du côté paternelle...si tu es sûr qu'ils ne l'accepteront pas, c'est à toi de voir maintenant si tu arrivera à supporter leurs remarques ou non. Essaye de ne pas trop te dire que c'est de ta faute si ils seraient méchants avec toi, c'est de leurs faute car c'est eux qui sont homophobes et qui n'acceptent tout simplement pas les gays. Et pour le psy, dsl je pourrai pas te dire, je n'en ai jamais consulté. Voilà! J'espère que ça te sera utile^^

Profil : Inconnu
mrsexo
  1. answer
  2. Posté le 31/07/2018 à 19:03:25  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Cher Kweli,je réponds très peu souvent sr le forum et je me permets de répondre à ton message très touchant.

Je suis (bien) plus vieux que toi et je me retrouve dans pas mal de choses que tu as vécues. En tout cas, ce qui revient dans ton message c'est la fait que t n'arrives pas à comprendre ce que tu es, et pourquoi tu agis de telle ou telle sorte. Sache que notre moi (conscient ou pas), est quelqu'un de très intelligent et ne fait les choses que lorsque que l'on est prêt à les faire. Je crois alors qu'il faut te faire confiance sur quand, comment et à qui tu feras ton coming out (même si on peut te donner des conseils). Notamment pour ta famille qui n'est pas forcément très ouverte, tu le feras (ou pas) quand tu seras prêt à "affronter" les conséquences.

Pour le psy, j'avais consulté il y a quelques années et ça n'avait pas fonctionné. J'étais timide, certes, mais je n'arrivais pas à m'ouvrir à cette personne qui est un(e) pro et qui a besoin de tous les éléments pour comprendre. J'ai des séances actuellement et ça me fait un bien fou. Je dis des choses vraiment très intimes (et dont j'avais honte) que je n'ai jamais dites à personne. Donc, on ne peut pas te dire si ça va marcher ou pas, mais si tu en ressens le besoin, je te conseille d'essayer; de continuer si ça t'aide et d'arrêter si ce n'est pas le cas.

En tout cas, si tu as d'autres questions, n'hésite pas à me contacter par MP.

Bonne soirée

Profil : Inconnu
kweli
  1. answer
  2. Posté le 03/08/2018 à 17:18:51  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Salut !

Je suis vraiment désolé de vous répondre si tardivement.

Concernant R, je vais arrêter de lui parler pour quelques temps. Je verrai ce qu'il en sera de mes sentiments dans quelques mois, et j'aviserai alors, voir si je supporte mieux le fait que l'on soient simplement amis. De toute façon, il part au Canada pour sa première année d'études sup, donc je risque pas de le revoir de sitôt.
Oui, trouver un copain serait un bon remède, mais j'ai beaucoup de mal avec les sites de rencontres et autres, et je ne veux pas forcer le destin, donc je me contraint à être patient, même si c'est quelque chose qui me comblerais et m'aiderais, c'est sûr.
L'année prochaine j'entre en prépa littéraire, et du coup je quitte le foyer familial, ça va me faire du bien je pense.
Pour ma mère, je lui ai signifié qu'il fallait que je lui parle sérieusement la semaine qui viens, donc je ne peux plus me défiler maintenant ^^
J'appréhende un peu, mais je suis persuadé que c'est le bon moment.
Message cité 1 fois
Oui.
Profil : Animateur
the-path
  1. answer
  2. Posté le 03/08/2018 à 18:29:33  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 

Kweli a écrit :

Salut à tous !

Cela fait un bout de temps que je vais sur ce forum et que je vous lis. Aujourd'hui je me lance, et vous livre mes interrogations.

J'ai pris conscience de mon homosexualité il y a maintenant 2 ans ( j'ai 17 ans ), bien que j'ai l'impression de l'avoir toujours su. Mais plus le temps passe et plus j'en souffre, plus ça me perturbe et m'inquiète. J'ai fais un premier coming-out "forcé" en décembre dernier à un camarade de classe, R, dont j'étais amoureux, et alors que beaucoup portait à croire que c'était réciproque. Ce n'était malheureusement pas le cas. Je suis encore assez étonné de mon courage de l'époque. Il m'a signifié qu'il était hétéro, mais a accueilli mon aveu avec beaucoup de compassion et de gentillesse, a dit vouloir me soutenir autant qu'il le pouvait, que je pouvais discuter par SMS avec lui quand j'en avais besoin. J'étais tout de même extrêmement triste, voir effondré après tout ça, j'avais fondé de grands espoirs au vu des nombreux signes assez explicites qui me faisaient penser qu'il était attiré par moi. Aucune idée de si ça a un rapport, mais j'ai été malade tout la semaine suivante ( pendant les fêtes de Noël ). J'ai eu assez de mal à m'en remettre. En fait, je crois que sa bienveillance après ma déclaration m'a beaucoup touchée, j'étais limite encore plus amoureux qu'avant. Nous sommes resté en très bon terme et l'année a continué comme si rien ne s'était passé. Je continue à échanger par textos avec lui, très souvent à mon initiative. Je crois que je recherche encore son affection, même si je sais maintenant que rien n'est possible. 7 mois plus tard et même après désormais 1 mois de vacances je pense toujours à lui.

Du coup je m'interroge, est-ce que je ne devrais pas couper les ponts pour un moment avec lui pour vraiment tourner la page et que j'arrête de trop penser à lui ? Comment faire pour évacuer ma frustration lié à mon espoir douché ?

Dans la foulée, comme R m'avais encouragé à faire, j'en ai parlé à un de mes meilleurs pote, qui était dans ma classe cette année. Il l'a lui aussi très bien accueilli et m'a soutenu et rassuré tout au long de l'année. Il était très attentionné et je lui en suis reconnaissant. On a beaucoup discuté de mon ressenti par rapport à mon homosexualité. Mais j'aimerais pouvoir connaitre d'autres personnes gay comme moi car en échangeant je me suis bien rendu compte que c'était impossible pour lui de comprendre les tourments intérieurs que je vivais ( malgré toute sa bonne volonté ). Je compte faire mon coming-out aux restes de mes amis, au compte-goutte, en fonction des occasions qui se présenteront; hormis concernant mon meilleur pote : je me suis astreints à lui dire avant la rentrée prochaine. Mais bon, ça c'est la partie la plus facile.

Il y a une semaine, j'ai pleuré, ce qui ne m'arrive absolument jamais. J'ai complètement éclaté en sanglot. La question de mon homosexualité me bouffe le cerveau en ce moment et les remarques / blagues homophobes de mon père / frère n'arrangent rien. Ma mère, qui m'a vu pleurer, s'est inquiété. On a discuté, je l'ai mis un peu sur la piste. J'ai le besoin, je le sens, de lui faire mon coming-out, sachant que je suis persuadé qu'elle le prendra bien. Je pars avec elle la semaine prochaine pour 1 semaine à la mer, et je voudrais lui dire à ce moment là. Mais je ne sais pas trop comment m'y prendre. Je pense lui dire en face à face, qu'on aille marcher un soir et que je lui avoue. Est-ce une bonne idée, et comment introduire / amener le sujet ?

Je suis par contre beaucoup plus inquiet quant au reste de ma famille. Mon père dans un premier temps, même si j'ai du mal à imaginer sa réaction. Certaines de ses réflexions me refroidissent un peu. Je suis preneur de conseils pour "tâter le terrain" subtilement !

Après, toute ma famille du côté paternelle et mes grands-parents, c'est fichu. Ils sont très croyants, fervent supporter de la Manif pour tous. Je suis vraiment triste pour ça ,car je les aime profondément et ils comptent énormément pour moi ( surtout mes grand-parents ). Leur rejet probable, vraiment, ça me fend le cœur. C'est un point qui m'inquiète beaucoup. J'ai du mal à me projeter dans l'avenir. Ce qui m'agace c'est de n'être juger à l'aune que de mon orientation sexuelle, quoi que j'accomplisse. L'idée de leur méchanceté probable me fait beaucoup de mal.

Enfin ( promis c'est bientôt fini ;) ), je compte consulter un psy. Si je souhaite surtout aborder d'autres soucis, j'aimerais quand même bien parler de mon homosexualité. Du coup je veux bien des retours d'expérience. Avez-vous déjà consulté un psy ? Est-ce quelque chose qui vous a aidé ? En avez-vous tiré des bénéfices ? Est-ce facile de se livrer à un inconnu, sachant que je suis très timide ?

Voilà, merci d'avance pour votre attention et vos réponses. :D
Afficher plus
Afficher moins


Je ne dirais pas que couper les ponts soit l'expression la plus adaptée. Au sens vraiment littéral, ça induit qu'on supprime tous les liens qui nous relie à une autre personne. Il ne s'agit donc pas seulement d'arrêter de lui parler, il s'agit aussi de supprimer son numéro, le retirer de tes amis fb, de s'éloigner des groupes d'amis communs, etc. Je pense que c'est excessif et contre-productif, car ça fait souffrir inutilement. Le "divorce" doit se faire lentement.
Je pense qu'il s'agirait surtout de lui parler de moins en moins et de globalement limiter ses apparitions dans ta vie. S'il est très actif sur fb, par exemple, ne le suis plus. Il ne s'agit pas de te rendre la vie impossible ni de t'empêcher de profiter de certains moments en cherchant à l'éviter à tous prix. Si vois que tu vas le croiser dans la rue, ne fais pas exprès de changer de trottoir ou de te cacher pour que ça n'arrive pas. Ne t'empêche pas d'aller à des soirées ou il y a plein de tes amis si tu sais qu'il y sera aussi. C'est une question d'équilibre, à mon avis.
Pour ma part, ça a bien marché. A force de ne plus lui parler par SMS, j'ai peu à peu arrêté de penser à mon crush. Et puis, le supérieur aidant, nous n'étions plus dans la même école ni la même ville. Un an s'est écoulé comme ça, et, à présent, je pense que je pourrais le recroiser et il ne hanterait pas mes journées et mes nuits comme il l'a fait pendant si longtemps. Cela parce que j'ai réussi à prendre mes distances.
Ceci dit, si tu limites ses apparitions dans ta vie et que vous êtes habitués à vous parler régulièrement, je pense que ça vaudrait le coup que tu lui expliques ta démarche avant. Si c'est toujours toi qui provoques la discussion, ça ne vaut peut-être pas le coup, mais s'il va aussi vers toi, je pense que tu lui dois une explication pour le silence que tu t'apprêterais à faire.
La frustration, c'est comme l'amour pour quelqu'un. Je pense que ça passe surtout avec le temps. Et aussi en prenant des mesures. Comme l'a dit Nairitis, essaie de te divertir : vois des amis, sors un peu, fais des activités. Tente aussi de nouvelles choses, change tes habitudes également. Ca aide à tourner la page, je trouve.

Je pense que le dire à ta mère en marchant tous les deux un soir (sur la plage, par exemple !) est une très bonne idée. C'est ce que j'ai moi-même fait il y a quelques années (exactement durant cette période d'ailleurs). Je la savais tolérante vis à vis de ça, mais ça restait tout de même difficile à dire. Je pense que si tu le fais, tu seras très soulagé après.
Cependant, ta mère te mettra peut-être en garde vis à vis du reste de ta famille. Elle s'inquiétera peut-être et, si ça se trouve, te conseillera même de ne pas le dire aux autres. Ca noircirait un peu le tableau de ton soulagement, mais à peser les pour et les contre, je trouve que ça vaut quand même le coup de lui dire. Ca te fera une alliée dans ta famille, c'est important d'avoir quelqu'un proche comme ça sur qui on peut compter. Même si on n'a pas recours à ses conseils et son aide, le fait de savoir qu'on peut est déjà beaucoup.
D'ailleurs, tu pourras sans doute lui demander conseil vis à vis d'un potentiel coming-out auprès de ton père. A son sujet, je ne sais pas te dire s'il me paraît intolérant concernant l’homosexualité ou juste maladroit par ignorance. Mon père à moi, ça le dégoutait de voir des hommes s'embrasser ou avoir des gestes intimes entre eux (à moins qu'il disait ça pour m'empêcher de devenir homosexuel...? xD). Il croyait même que c'était un choix, c'est pour te dire comme il était en fait très ignorant. Et je pense qu'il reproduisait tout simplement par mimétisme des comportements qu'il avait observé dans son entourage, sans chercher plus loin à réfléchir à la portée de ce qu'il faisait ou à l'homosexualité en soi. J'ai fini par lui dire aussi, et, même si ça a été très dur pour lui (il faut dire que je venais d'anéantir toutes ses projections qu'il avait de moi), il a peu à peu appris. Comme quoi, si je ne lui avais jamais dit, il aurait continué d'être homophobe. Mais j'ai eu la chance d'avoir un père qui peut m'accepter comme je suis. Tout le monde n'a pas ce luxe.

Je suis désolé pour le reste de ta famille, et de la douleur que te procure l'idée de leur réaction si tu venais à leur parler de ton homosexualité un jour. Je pense que la question de leur en parler ou pas n'est pas le sujet principal du moment. Commence déjà par ta mère, puisqu'il te semble que c'est safe, et tu verras pour la suite.

Pour ce qui est du psy, je pense que c'est une très bonne idée. Je suis allé voir des psys plusieurs fois, à des moments différents de ma vie. J'ai toujours pu en tirer quelque chose. La dernière fois, c'était il y a trois ans, pendant 2 ou 3 mois quand j'avais 15-16 ans. Je commençais tout juste à accepter l'idée d'être homosexuel. Au bout de deux ou trois séances à tourner autour du pot, j'ai finalement dit "je suis homosexuel". Je n'aimais pas trop la façon dont elle procédait dans ses séances, donc je ne suis pas resté longtemps car je ne m'y retrouvais pas avec elle, et je n'avançais pas beaucoup. Néanmoins, c'était la première personne à qui je partageais mon homosexualité, et donc le premier pas vers mon coming-out. Si je n'avais pas fait cette démarche d'aller voir un psy, mon coming-out aurait sans doute été bien plus tardif, et je serai resté en souffrance plus longtemps.
L'enjeu, quand même, c'est de trouver un psy qui te convienne. Le classique, c'est d'aller voir un.e psychologue. Hélas, il y en a des très bons comme des très mauvais. Mais des fois, c'est aussi juste qu'ils ne nous conviennent pas à nous en particulier. Tu peux aussi aller voir un.e psychanalyste, je pense que ça t'apporterait des clés que ne pourrait pas te fournir un.e psychologue.

Kweli a écrit :

Salut !

Je suis vraiment désolé de vous répondre si tardivement.

Concernant R, je vais arrêter de lui parler pour quelques temps. Je verrai ce qu'il en sera de mes sentiments dans quelques mois, et j'aviserai alors, voir si je supporte mieux le fait que l'on soient simplement amis. De toute façon, il part au Canada pour sa première année d'études sup, donc je risque pas de le revoir de sitôt.
Oui, trouver un copain serait un bon remède, mais j'ai beaucoup de mal avec les sites de rencontres et autres, et je ne veux pas forcer le destin, donc je me contraint à être patient, même si c'est quelque chose qui me comblerais et m'aiderais, c'est sûr.
L'année prochaine j'entre en prépa littéraire, et du coup je quitte le foyer familial, ça va me faire du bien je pense.
Pour ma mère, je lui ai signifié qu'il fallait que je lui parle sérieusement la semaine qui viens, donc je ne peux plus me défiler maintenant ^^
J'appréhende un peu, mais je suis persuadé que c'est le bon moment.
Afficher plus
Afficher moins


Si tu vas en prépa littéraire, je ne pense pas que tu auras beaucoup de temps pour souffler et pour prendre du recul sur ta vie, haha ! Mais ça t'occupera l'esprit, indubitablement. Et t'empêchera, au moins, de penser à R.
Attention à ne pas non plus t'isoler. Prends soin de toi.


---------------
"Renée. Il s'agissait de moi. Pour la première fois, quelqu'un s'adressait à moi en disant mon prénom. Là où mes parents usaient du geste ou du grondement, une femme, dont je considérais à présent les yeux clairs et la bouche souriante, se frayait un chemin vers mon cœur [...]."
L'élégance du hérisson, Muriel Barbey

Debout les femmes : https://youtu.be/8VCcrRY3PKU

/! PREVENTION SANTE MENTALE ET HOMO/BI/TRANSPHOBIE /!

En cas de souci sur le forum, utilisez le point d'exclamation rouge de signalement ou contactez-moi par message privé.
Keep It Mello
Profil : Etranger
reals
  1. answer
  2. Posté le 04/08/2018 à 19:11:40  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Te mettre a quelque chose pourrait vraiment d'aider, personnelement je me suis mis à la musique et sa aide beaucoup

(Publicité)
HOLD MY BEER.
Profil : Star
nilaw
  1. answer
  2. Posté le 04/08/2018 à 20:41:21  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Salut!

Il y a déjà eu de très bonnes réponses données, donc je voudrais surtout répondre à la question du psychologue.

Tu peux aller en consulter gratuitement au centre de santé universitaire ou dans d'autres structures s'adressant aux jeunes: planning familial, maison des ados, etc... Renseigne-toi sur les établissements qui existent près de ton lieu d'étude. C'est généralement gratuit et anonyme et tu peux avoir un suivi à une fréquence d'une séance toutes deux Semaines le plus souvent.
Je l'ai fait pendant deux ans à l'Université et ça m'a beaucoup aidée (pour d'autres sujets que mon homosexualité que j'acceptais et assumais déjà).

Après il faut que le feeling passe. Tous les psy ne procèdent pas de la même façon et tu es libre d'en essayer plusieurs afin d'en trouver un avec lequel tu es à l'aise.

En tout cas, c'est une excellente démarche.

Courage à toi!


---------------
IMPORTANT :
URGENCES SUICIDE : https://www.conduites-suicidai​res.com/urgences/
URGENCES HOMOPHOBIE : https://www.sos-homophobie.org​/
https://www.le-refuge.org/
Be KND to people please.

Le cosinus est au sinus ce que le copilote est au pilote. All Rights reserved to my own Brain :D

Life should be more like hockey. When someone pisses you off, you just beat the shit out of them, then sit in a penalty box for 5 minutes.
Profil : Etranger
shailene
  1. answer
  2. Posté le 04/08/2018 à 22:01:27  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Salut !

En effet, de très bonnes réponses ont été données !

Je voulais simplement te dire que ton histoire me fais beaucoup penser à la mienne, notamment sur tes questions concernant ta famille et ton coming out. J’ai moi même une famille assez complexe puisque du coté maternelle ils sont totalement racistes et homophobes et du coté paternel extrêmement coincés et quelque peut croyants et « vielle France ». Je te comprend entièrement, c’est difficile d’imaginer un avenir dans ces conditions et de pouvoir être réellement soit même.

Certainement personne homophobe change totalement d’avis lorqu’ils Apprennent qu’un membre de leur famille est homosexuel, ils prennent conscience de certaines choses.

Je pense que en effet, c’est une très bonne idée de l’avouer à ta mère, et puis, généralement les mères sont plus ouvertes avec ce genre de chose et s’en doute rapidement ;)

En ce qui concerne le psy, je te conseil, en effet d’aller en consulter un. Je vais moi même consulter une psy assez régulièrement et cela m’a fait beaucoup de bien, j’ai beaucoup avancé sur certains points qui sont totalement extérieur à mon homosexualité puisque je ne lui est malheureusement pas encore révélé. Ça ne serait tarder. Cependant si dès la première consultation tu n’a pas apprécié alors il est inutile d’y retourner, tu peux par contre essayer une autre personne, tout les psy ne te correspondront pas c’est pourquoi il ne faut pas s’arréter sur une déception.

Je te souhaite du courage et beaucoup d’amour ;) Bonne soirée

Profil : Inconnu
kweli
  1. answer
  2. Posté le 15/08/2018 à 16:37:40  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Salut !

Merci pour vos réponses, toutes très intéressantes.

J'ai fais mon coming-out la semaine dernière à ma mère et ça c'est hyper bien passé, elle a été parfaite ! Même si je m'attendais à une réaction positive de sa part, ça fait vraiment du bien.

Pour le psychologue, j'en ai trouvé un à 10 minutes de mon futur lycée. J'ai rendez-vous la semaine prochaine. Et j'ai la liste de plusieurs autres cabinets pas loin, au cas où le courant passe pas avec la première.
Message cité 1 fois
tranquille
Profil : Inconnu
anoniimous-97
  1. answer
  2. Posté le 15/08/2018 à 17:56:38  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 

Reals a écrit :

Salut
J'ai moi aussi vécu le fait d'être amoureux puis d'annoncer son homosexualité à son crush, ce n'était pas réciproque. Sauf que moi... J'ai que 14 ans.
Ça m'a fait mal mais j'ai eu de la chance car il était tolérant et m'a accepté comme j'était.
Ça fait deux mois et je pense toujours a lui, lui envoie toujours des messages mais me "contrôle" pour essayer de tourner la page.
Je me suis quelque semaine avant de lui annoncer effondre complètement sans que personne soit au courant j'était perdue ne pensait plus a rien et tous en même temps.
Je peut te MP mais dit moi a l'avances ce que tu veut que je te raconte.
J'espère que ça ta aider mais je ne pourrais t'avancer sur le fait de consulter un psy.
Afficher plus
Afficher moins



Cc tu peux passer sur mon compte regarder ce que jai poster et repondre stp jss perdu

Oui.
Profil : Animateur
the-path
  1. answer
  2. Posté le 21/08/2018 à 17:37:14  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 

Kweli a écrit :

Salut !

Merci pour vos réponses, toutes très intéressantes.

J'ai fais mon coming-out la semaine dernière à ma mère et ça c'est hyper bien passé, elle a été parfaite ! Même si je m'attendais à une réaction positive de sa part, ça fait vraiment du bien.

Pour le psychologue, j'en ai trouvé un à 10 minutes de mon futur lycée. J'ai rendez-vous la semaine prochaine. Et j'ai la liste de plusieurs autres cabinets pas loin, au cas où le courant passe pas avec la première.
Afficher plus
Afficher moins



Bonne nouvelle, alors ! Félicitations pour ton courage !
Quant au psy, j'espère que ça s'est bien passé avec lui/elle. Des fois, on ne tombe pas sur un qui nous convienne et il faut en chercher un autre. :\

Message édité par The Path le 21/08/2018 à 17:37:33

---------------
"Renée. Il s'agissait de moi. Pour la première fois, quelqu'un s'adressait à moi en disant mon prénom. Là où mes parents usaient du geste ou du grondement, une femme, dont je considérais à présent les yeux clairs et la bouche souriante, se frayait un chemin vers mon cœur [...]."
L'élégance du hérisson, Muriel Barbey

Debout les femmes : https://youtu.be/8VCcrRY3PKU

/! PREVENTION SANTE MENTALE ET HOMO/BI/TRANSPHOBIE /!

En cas de souci sur le forum, utilisez le point d'exclamation rouge de signalement ou contactez-moi par message privé.
(Publicité)
Profil : Superstar
louve2011
  1. answer
  2. Posté le 21/08/2018 à 22:05:37  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Salut,
Juste pour dire que j'étais heureuse d'apprendre que ça s'est bien passé avec ta mère et que tu es dans une démarche d'avancé.

Concernant ce qu'à dit The Path à propos de ton ancien crush, je suis d'accord avec lui. Le sortir de ta vie en ne lui parlant plus, espaçant les discussions, arréter de le suivre sur facebook, ça aide déjà beaucoup. Perso c'est aussi ce que j'ai fait ^^
Message cité 1 fois

---------------
ton plus grand défaut... ou ta plus grande qualité

Dans mon cœur, vous êtes prisonnier à jamais.
Keep It Mello
Profil : Etranger
reals
  1. answer
  2. Posté le 23/08/2018 à 08:12:28  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 

louve2011 a écrit :

Salut,
Juste pour dire que j'étais heureuse d'apprendre que ça s'est bien passé avec ta mère et que tu es dans une démarche d'avancé.

Concernant ce qu'à dit The Path à propos de ton ancien crush, je suis d'accord avec lui. Le sortir de ta vie en ne lui parlant plus, espaçant les discussions, arréter de le suivre sur facebook, ça aide déjà beaucoup. Perso c'est aussi ce que j'ai fait ^^
Afficher plus
Afficher moins



Je trouve que de couper les liens comme ça... C'est un peu brutal. Enfin tu fait comme tu veut. Ça dépend aussi de ta personnalité

Message cité 2 fois
Profil : Superstar
louve2011
  1. answer
  2. Posté le 23/08/2018 à 09:42:12  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 

Reals a écrit :


Je trouve que de couper les liens comme ça... C'est un peu brutal. Enfin tu fait comme tu veut. Ça dépend aussi de ta personnalité
Afficher plus
Afficher moins

Tu veux couper comment les liens sinon ? C'est une façon douce de le faire. Et je peux toujours lui parler. J'ai juste mis beaucoup de distance


---------------
ton plus grand défaut... ou ta plus grande qualité

Dans mon cœur, vous êtes prisonnier à jamais.
Oui.
Profil : Animateur
the-path
  1. answer
  2. Posté le 24/08/2018 à 17:39:52  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 

Reals a écrit :


Je trouve que de couper les liens comme ça... C'est un peu brutal. Enfin tu fait comme tu veut. Ça dépend aussi de ta personnalité
Afficher plus
Afficher moins



Ça dépend comment tu le fais. Ça peut être progressif. Comme dit louve2011, les exemple donnés sont ce qu'il y a de plus doux comme façon de s'éloigner de quelqu'un.

Enfin, le non-dit et l'absence peuvent parfois peser davantage. Mais ce n'est vrai que pour les gens pour qui on compte vraiment. S'il s'agit d'un crush avec lequel on n'est pas entré dans une connaissance approfondie de l'un et de l'autre, il ne se rendra pas compte de la distance mise volontairement ; il mettra ça sur le compte du temps qui passe et des aléas de la vie.


---------------
"Renée. Il s'agissait de moi. Pour la première fois, quelqu'un s'adressait à moi en disant mon prénom. Là où mes parents usaient du geste ou du grondement, une femme, dont je considérais à présent les yeux clairs et la bouche souriante, se frayait un chemin vers mon cœur [...]."
L'élégance du hérisson, Muriel Barbey

Debout les femmes : https://youtu.be/8VCcrRY3PKU

/! PREVENTION SANTE MENTALE ET HOMO/BI/TRANSPHOBIE /!

En cas de souci sur le forum, utilisez le point d'exclamation rouge de signalement ou contactez-moi par message privé.
Keep It Mello
Profil : Etranger
reals
  1. answer
  2. Posté le 24/08/2018 à 18:38:46  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Oui c'est vrai

Profil : Inconnu
kweli
  1. answer
  2. Posté le 03/12/2018 à 18:53:54  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Salut,

Quelques nouvelles après ces derniers mois écoulés ( et surtout quelques interrogations, dont j’aimerais vous faire part ).

Je vais essayer d’être bref, donc ce sera pas hyper détaillé, mais ça risque d’être long tout de même ^^

D’abord, heureuse évènement, j’ai fait mon coming-out à mon père, fin septembre, presque un peu forcé par le cours des choses, mais à mon grand étonnement ça c’est hyper bien passé, encore aujourd’hui j’ai du mal à y croire. Je parle désormais avec lui sans aucun tabou, et c’est archi cool.

Concernant la psy, ça m’a été bien utile. Mais je crois que j’ai fait le tour avec celle que je consulte actuellement, je pense en changer.

Je suis entré en prépa, et j’ai donc changé de lycée. Dès le début de l’année, je suis tombé amoureux d’un mec. Problème, je suis pas dans sa classe et on a pas vraiment d’amis en commun ( les seuls connaissances qui nous soient communes me rebutent un peu ). Je sais qu’il n’est pas en couple, j’ai un peu noué le contact avec lui, j’ai réussi à deux reprises à m’assoir à côté de lui lors de notre seul cours commun, mais c’est assez peu en 3 mois. Mes espoirs se fondent surtout sur la nervosité / timidité réciproque que j’ai remarqué lorsque nous étions côte à côte et sur les nombreux « eye contact » dans les couloirs ou autre, mais j’ai appris à me méfier de ce type d’indices : ). Pas trop le temps de développer, mais d’autres points me font penser que j’ai complètement ma chance. En fait je suis surtout frustré parce que je n’arrive pas à avancer, et à intensifier la fréquence de nos contacts, j’ai l’impression d’être sans solutions : il n’y a, en dehors de ce cours commun, aucune occasion de se voir dans le cadre scolaire, hormis par hasard au CDI ou dans des salles de travail ( on a déjà vu meilleur endroit pour draguer... ) et je ne le connais pas assez pour lui proposer des trucs hors du lycée ou même lui parler sur Messenger, genre on est pas assez proche ça ferait un peu bizarre. Bref, je sais pas trop comment m’y prendre pour faire évoluer les choses et évaluer les potentialités. Si vous avez des idées, je suis preneur, moi j’en suis un peu dépourvu. Voilà c’est mon premier problème sentimentale du moment.

Le second est le suivant : une fille de ma classe, que j’apprécie beaucoup, me drague clairement depuis 1 bon mois. Et ça me perturbe carrément. D’abord, maintenant que je m’en suis rendu compte, je suis constamment mal à l’aise vis à vis d’elle. Au début, ça avait presque un caractère plaisant, enfin j’étais flatté quoi, elle est vraiment joli, hyper gentil, la totale. J’ai suis même venu à me demander si je n’étais pas bi. Je pense que cela relève plutôt d’une réaction dans l’élan d’un ego agréablement flatté , dans le sens où c’est quelque chose qui ne m’était jamais vraiment arrivé, plutôt qu’une réelle remise en question. En tout cas, je n’éprouve aucun désir sexuel pour elle, ni pour aucune fille d’ailleurs, au contraire des garçons. Mais je n’arrive plus à être naturel avec elle, mon comportement a changé, presque à mon insu. Je n’arrive pas à trancher définitivement, de savoir si je suis bien complètement dénué d’intérêt pour elle ou pas. Pareil, si vous aviez des astuces pour me permettre d’y voir clair, je suis également preneur. Je ne sais pas comment mettre un terme à cette situation. C’est devenu trop obsédant et cela s’ajoute au stress déjà important que je subis, et l’irritabilité et autres désagréments qui en découle. Je pensais qu’avoir une discussion franche avec elle juste avant les vacances serait une bonne solution. Je pourrais me débarrasser de cette question lancinante qui me gêne ( et peut-être en parler à sa meilleure pote avant, dont je suis plutôt proche )

Voilà, c’est un peu écrit à l’arrache, désolé si c’est confus et merci d’avance !

Profil : Citoyen
james-baxter
  1. answer
  2. Posté le 03/12/2018 à 20:42:51  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Bonsoir! :)

Tout d'abord, content de voir que les choses vont vien pour toi. Il y a une grande différence entre ton premier et ton dernier message. Ça fait plaisir.

Pour ton amie, je pense que la conversation franche est la meilleure solution. Ne mêle pas sa meilleure amie à cela. Cela se passe entre vous donc cela ne doit pas se régler en passer par une tiers personne. De plus, elle n'est peut-être même pas au courant.
Sinon, si cela peut t'aider, parfois, on éprouve des sentiments assez complexe, un intérêt flagrant pour une personne sans que cela soit sexuel ou romantique. Je pense que tu devrais tout mettre à plat avec elle et voir comment évolue votre amitié.

Pour le boy, c'est plus compliqué. Tu pourrais essayer de te mettre à côté de lui plus souvent à ce fameux cours et lui proposer de prendre un café à la pause ou autre (s'il y a une pause)
Sinon, vas y au culot. Ajoute-le sur les réseaux et guette une occasion pour liker ou commenter quelque chose et créer un début de lien.

Après, ne te mets pas trop la pression, cela ne fait que 3 mois que vous êtes en cours des occasions pourront se présenter. Mais c'est vrai que ce serait bien si tu arrivais à créer une opportunité

Oui.
Profil : Animateur
the-path
  1. answer
  2. Posté le 03/12/2018 à 23:02:49  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Salut !

Je suis d'accord avec ce qu'a dit james-baxter.

Je rajoute, pour avoir vécu le même type de situation (aussi en prépa, mdr), qu'il faut parfois forcer un peu les choses quitte à risquer de se griller.
Peut-être pas carrément lui proposer de boire un verre ou de faire une activité juste tous les deux en-dehors de la prépa alors que vous ne vous connaissez quasiment pas, mais au moins lui poser des questions sur lui qui montrent que tu t'intéresses vraiment à lui, multiplier les sourires, les eyes contact, les attentions, etc.

Si votre relation n'a pas évolué jusque là et que ça te frustre, je pense qu'il faut passer à la vitesse supérieure. Les conditions sont telles que tu ne pourras que difficilement faire évoluer les choses si tu ne prends pas de risques.
Le stade de la découverte mutuelle par la discussion, le tâtonnement et la drague timide, ça ne marche que quand on est dans le même classe. Mais dans ta situation, il faut y aller plus franco si tu veux mon avis.
Message cité 1 fois
Message édité par The Path le 03/12/2018 à 23:03:56

---------------
"Renée. Il s'agissait de moi. Pour la première fois, quelqu'un s'adressait à moi en disant mon prénom. Là où mes parents usaient du geste ou du grondement, une femme, dont je considérais à présent les yeux clairs et la bouche souriante, se frayait un chemin vers mon cœur [...]."
L'élégance du hérisson, Muriel Barbey

Debout les femmes : https://youtu.be/8VCcrRY3PKU

/! PREVENTION SANTE MENTALE ET HOMO/BI/TRANSPHOBIE /!

En cas de souci sur le forum, utilisez le point d'exclamation rouge de signalement ou contactez-moi par message privé.
Profil : Citoyen
james-baxter
  1. answer
  2. Posté le 04/12/2018 à 00:06:43  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 

The Path a écrit :

Salut !

Je suis d'accord avec ce qu'a dit james-baxter.

Je rajoute, pour avoir vécu le même type de situation (aussi en prépa, mdr), qu'il faut parfois forcer un peu les choses quitte à risquer de se griller.
Peut-être pas carrément lui proposer de boire un verre ou de faire une activité juste tous les deux en-dehors de la prépa alors que vous ne vous connaissez quasiment pas, mais au moins lui poser des questions sur lui qui montrent que tu t'intéresses vraiment à lui, multiplier les sourires, les eyes contact, les attentions, etc.

Si votre relation n'a pas évolué jusque là et que ça te frustre, je pense qu'il faut passer à la vitesse supérieure. Les conditions sont telles que tu ne pourras que difficilement faire évoluer les choses si tu ne prends pas de risques.
Le stade de la découverte mutuelle par la discussion, le tâtonnement et la drague timide, ça ne marche que quand on est dans le même classe. Mais dans ta situation, il faut y aller plus franco si tu veux mon avis.
Afficher plus
Afficher moins


Bien dit!

(Publicité)
 Page :
1

Ajouter une réponse
Aller à :
 

Sujets relatifs
Coming-out ou pas?? Mon coming out à mes poches ?!
Coming-out trans, mais quand et comment ? Conseils pour un coming out
Message de coming-out Coming Out?
Genderfluid, coming out et binder pour ou contre le coming out ?
coming out Comment fair un coming out devant la famille
Plus de sujets relatifs à : Coming-out gay et psy

Les 5 sujets de discussion précédents Nombre de réponses Dernier message
Je suis bi ? 6
Ma vie ... pourrie 6
Je sais pas ce que je suis.. 4
Je n'arrive pas à m'auto-sodomiser 15
Je ne sais pas quoi faire... 15