FORUM Ados-Livres

|-  Vos textes

||-  

Debut de roman genre fantastique

 

liste des connectés  Lancer une recherche S'inscrire S'identifier Répondre à cette discussion Créer un nouveau message
 

Ajouter une réponse

 
Page photos
 
 Mot :  Pseudo :  
Vider la liste des messages à citer
 
 Page :
1
Auteur
 Sujet :

Debut de roman genre fantastique

Prévenir les modérateurs en cas d'abus 
Profil : Inconnu
cerisette-miam
  1. answer
  2. Posté le 11/09/2009 à 16:49:32  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
J'ai 14 ans et voilà un début de mon roman fantastique, c'est la premiere fois que j'écris, quand pensez vous ?

_Comment as-tu pu ? M’exclamai-je exaspérée.
Sur le sol, allongé, dans une nuit calme et paisible, éclairée par une douce et pâle lune, se trouvait devant moi un corps d’homme sans vie.  
_Mais vas-tu comprendre que je n’avais pas le choix, s’énerva Lucas, il aurait pu nous faire tout échouer.  
_ Mais on a tué un homme Lucas, un homme !  
_Mais vas tu arrêter tes jérémiades, car lorsque qu’il sera trop tard, ce ne sera pas un homme qui sera tué mais bien plus.  
Les disputes de ce genre n’étaient pas les premières. Durant ces derniers semaines ma vie avait été chamboulée. Mon train-train, quotidien s’était achevé, les interrogations et contrôles évaporés…  
Tout cela est arrivé très rapidement je n’ai pas eu beaucoup de temps pour y réfléchir. Toute cette histoire est la faute de mon arrière grand-mère, bien que je ne l’ai jamais connue, elle est la première fautive. Sans elle, tout cela ne se serait jamais passé.  
Tout débuta un matin. Par ma fenêtre, j’apercevais les gouttes de pluie s’écrasaient sur mes carreaux. Eh oui, qui ne connaît pas ma chère Normandie où la pluie tombe assez souvent, une gouttelette, deux gouttelettes, puis il se met à pleuvoir pendant une bonne demi-heure pour ensuite laisser place à quelques rayon de soleil, qui ne resteront pas bien longtemps. Je me vêtis d’un imperméable noir, ridicule mais pratique et allai me promener lors d’une fraîche matinée au bord du lac qui se situait à quelques centaines de mètres de chez moi. Le bleu verdâtre de l’eau illuminait par les quelques rayons de soleil, laissait apparaître quatre ou cinq poissons qui exécutaient un petit saut à la surface de l’eau dans l’espoir d’y attraper les quelques miettes de pains que certains gens avaient jeté au passage.  
Je voulu m’approcher pour y voir d’un peu plus près, mais à ce moment là, mon téléphone portable sonna. L’écran notait « appel inconnu », je décrochai tout de même. Au bout du fil une voix cassée d’homme me fit part d’une confidence.  
_Mademoiselle Owen ? Me demanda t-il.  
_Oui c’est bien moi, ai-je répondu, qui est-ce?  
_Je pense, s’exclama t-il, que le moment est venu de savoir la vérité. Vous êtes en âge de tout savoir et de comprendre.  
_Quoi ? Mais de quoi parlez-vous ? Quelle vérité ?  
_Allons, à quoi bon tourner autour du pot mademoiselle Owen, il est en mon devoir de vous le dire. Votre arrière grand-mère, vous a transmis une sorte de don …  
Mon sang ne fit qu’un tour.  
_De don ?  
_Oui, mais pas par hasard, vous êtes une de ces personnes qui sont nées pour établir certaines choses, mais je ne peux pas vous en dire plus.  
Sur ceci « l’homme inconnu », il fallait bien le surnommer, raccrocha sans que je puisse lui répondre, mais je me sentais mal, une étrange sensation, mon cœur battait à tout rompre. Oui, c'est bien à se moment là, que ma vie a basculé.
Message édité par cerisette-miam le 13/09/2009 à 17:29:42
(Publicité)
  1. answer
  2. Posté le 11/09/2009 à 20:21:57  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Un bon début. On a envie de savoir la suite.
Peut-être que c'est un thème (le coup du don que l'héroine découvre en début de roman) que l'on retrouve souvent, mais tant qu'il n'y a pas de suite il n'y a pas de critiques négatives à faire sur cela.

Par contre le vrai problème est ton orthographe, c'est dommage :/

Profil : Inconnu
cerisette-miam
  1. answer
  2. Posté le 12/09/2009 à 11:23:53  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Merci ;)
L'orthographe, tu veux parler de mes fautes ou de mon manque de vocabulaire ?

  1. answer
  2. Posté le 12/09/2009 à 16:15:45  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
De tes fautes. Niveau vocabulaire c'est pas mal du tout :)
Je peux t'aider à les corriger si tu veux.

Profil : Inconnu
cerisette-miam
  1. answer
  2. Posté le 12/09/2009 à 20:13:58  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Je vais essayer de modifier mais fautes mais si il en reste, oui je voudrais bien que tu m'aides. :)

Profil : Inconnu
cerisette-miam
  1. answer
  2. Posté le 12/09/2009 à 20:29:23  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Voila, j'ai fais quelques modifications, si tu voit encore des fautes, je veux bien de ton aides :)

_Comment as-tu pu ? M’exclamai-je exaspérée
Sur le sol, allongeait, dans une nuit sombre et ténébreuse, éclairait par une douce et pâle lune, se trouvait devant moi, un corps de d’homme sans vie .
_Mais vas tu comprendre que je n’avais pas le choix, s’énerva Lucas, il aurait put nous faire tout échouer.
_ Mais on a tué un homme Lucas, un homme !
_Bon arrête tes chamailleries, car lorsque qu’il sera trop tard, ce ne sera pas un homme qui sera tué mais bien plus.
Les disputes de ce genre n’étaient pas les premières, durant ces derniers jours ma vie avait chamboulé. Mon train-train, quotidien s’était achevé, les interrogations et contrôles évaporés…
Je pense que vous voulez savoir la cause de tout cela ! Eh bien voilà, tout ceci est la faute de mon arrière grand-mère, bien que je ne l’ai jamais connu, elle est la première fautif. Sans elle tout cela ne serai jamais arrivés.
Tout débuta un matin.
Le temps était peu ensoleillé, eh oui, qui ne connaît pas ma chère Normandie, où la pluie tombe assez souvent, une gouttelette, deux gouttelettes, puis il se met à pleuvoir pendant une bonne demi-heure pour ensuite laisser place à quelque rayon de soleil, qui ne resteront pas bien longtemps.
C’est alors que je me promenais d’une fraîche matinée au bord du lac qui se situait à quelques centaines de mètres de chez moi. Le bleu verdâtre de l’eau illuminait par les quelques rayons de soleil, laissez apparaître quatre ou cinq poissons qui exécutaient un petit saut à la surface de l’eau dans l’espoir d’y attraper les quelques miettes de pains que certains gens avaient jeté au passage.
Je voulu m’approchait pour y voir d’un peu plus près, mais à ce moment là, mon téléphone portable sonna. L’écran notait « appel inconnu », je décrochai tout de même. Au bout du fil, une voix cassée, d’homme, me fit part d’une confidence.
_Mademoiselle Owen ? Me demanda t-il.
_Oui c’est bien moi, répondai-je, quelle est la raison de votre appel ?
_Je pense, s’exclama t-il, que le moment est venu de savoir la vérité. Vous êtes en âge de tout savoir et de comprendre.
_Quoi ? Mais de quoi parlez-vous ? Quelle vérité ?
_Allons, à quoi bon tournez autour du pot mademoiselle Owen, il est en mon devoir de vous le dire. Votre arrière grand-mère, vous a transmis une sorte de don …
Mon sang ne fit qu’un tour.
_De don ?
_Oui, mais pas par hasard, vous êtes une de ces personnes qui sont nés pour établir certaines choses, mais je ne peut pas vous en dire plus.
Sur ceci « l’homme inconnu », il fallait bien le surnommer, me raccrocha sans que je puissent lui répondre, mais je me sentais mal, une étrange sensation, mon cœur battée à tout rompre. Oui, c'est bien à se moement là, que ma vie a basculé. hello:{}
Message cité 2 fois
Message édité par cerisette-miam le 12/09/2009 à 20:32:09
  1. answer
  2. Posté le 13/09/2009 à 08:47:10  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 

cerisette-miam a écrit :

_Comment as-tu pu ? M’exclamai-je exaspérée.
Sur le sol, allongé, dans une nuit sombre et ténébreuse, éclairé par une douce et pâle lune, se trouvait devant moi un corps de d’homme sans vie .
_Mais vas-tu comprendre que je n’avais pas le choix, s’énerva Lucas, il aurait put nous faire tout échouer.
_ Mais on a tué un homme Lucas, un homme !
_Bon arrête tes chamailleries (j'avoue qu'ici j'aurais choisi un autre mot. "jérémiades" par exemple aurait plus convenu je pense), car lorsque qu’il sera trop tard, ce ne sera pas un homme qui sera tué mais bien plus.
Les disputes de ce genre n’étaient pas les premières, durant ces derniers jours ma vie avait été chamboulée. Mon train-train, quotidien s’était achevé, les interrogations et contrôles évaporés…
Je pense que vous voulez savoir la cause de tout cela ! Eh bien voilà, tout ceci est la faute de mon arrière grand-mère, bien que je ne l’ai jamais connue, elle est la première fautive. Sans elle tout cela ne serait jamais arrivés.
Tout débuta un matin.
Le temps était peu ensoleillé. Eh oui, qui ne connaît pas ma chère Normandie où la pluie tombe assez souvent, une gouttelette, deux gouttelettes, puis il se met à pleuvoir pendant une bonne demi-heure pour ensuite laisser place à quelques rayons de soleil, qui ne resteront pas bien longtemps.
C’est alors que je me promenais lors d’une fraîche matinée au bord du lac qui se situait à quelques centaines de mètres de chez moi. Le bleu verdâtre de l’eau illuminait par les quelques rayons de soleil, laissait apparaître quatre ou cinq poissons qui exécutaient un petit saut à la surface de l’eau dans l’espoir d’y attraper les quelques miettes de pains que certains gens avaient jeté au passage.
Je voulu m’approcher pour y voir d’un peu plus près, mais à ce moment là, mon téléphone portable sonna. L’écran notait « appel inconnu », je décrochai tout de même. Au bout du fil une voix cassée d’homme me fit part d’une confidence.
_Mademoiselle Owen ? Me demanda t-il.
_Oui c’est bien moi, répondai-je, quelle est la raison de votre appel ?
_Je pense, s’exclama t-il, que le moment est venu de savoir la vérité. Vous êtes en âge de tout savoir et de comprendre.
_Quoi ? Mais de quoi parlez-vous ? Quelle vérité ?
_Allons, à quoi bon tourner autour du pot mademoiselle Owen, il est en mon devoir de vous le dire. Votre arrière grand-mère, vous a transmis une sorte de don …
Mon sang ne fit qu’un tour.
_De don ?
_Oui, mais pas par hasard, vous êtes une de ces personnes qui sont nées pour établir certaines choses, mais je ne peux pas vous en dire plus.
Sur ceci « l’homme inconnu », il fallait bien le surnommer, me raccrocha sans que je puissent lui répondre, mais je me sentais mal, une étrange sensation, mon cœur battait à tout rompre. Oui, c'est bien à se moement là, que ma vie a basculé. hello:{}
Afficher plus
Afficher moins



Voilà je pense avoir tout corrigé. (Bon pour la dernière je pense que c'était plutôt une faute de frappe :D)
Je me suis permis de rajouter des mots à quelques endroits pour que les phrases soient plus compréhensibles ^^

(Publicité)
'Let your body decide!' The Ark
Profil : Citoyen
skorpan-lejon
  1. homepage
  2. answer
  3. Posté le 13/09/2009 à 11:44:53  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
J'ai repris le texte corrigé (où il reste néanmoins des fautes, notamment il faut tenir compte que le narrateur est en l'occurrence une narratrice).

cerisette-miam a écrit :

Sur le sol, allongé, dans une nuit sombre et ténébreuse, éclairée par une douce et pâle lune, se trouvait devant moi un corps de d’homme sans vie .
Afficher plus
Afficher moins

Une nuit sombre et une lune douce et pâle, c'est un peu contradictoire.

cerisette-miam a écrit :

_Bon arrête tes chamailleries (j'avoue qu'ici j'aurais choisi un autre mot. "jérémiades" par exemple aurait plus convenu je pense), car lorsque qu’il sera trop tard, ce ne sera pas un homme qui sera tué mais bien plus.
Afficher plus
Afficher moins

"chamailleries" ne va pas du tout ici. Ce n'est pas vraiment son sens, et ce n'est pas beaucoup utilisé à l'oral. "Jérémiades" va mieux, même si personnellement j'aurais utilisé un terme plus cru.
 

cerisette-miam a écrit :
Les disputes de ce genre n’étaient pas les premières, durant ces derniers jours ma vie avait été chamboulée.
Afficher plus
Afficher moins

Une seule et même phrase pour dire deux choses différentes, sans de lien de cause-conséquence (ou autre) mis en valeur, juste de l'addition.  non:{} En plus vu la position du complément de temps, on a tendance à le rattacher à la première proposition, et je dis toujours relire cette phrase pour la comprendre.

cerisette-miam a écrit :
Je pense que vous voulez savoir la cause de tout cela ! Eh bien voilà, tout ceci est la faute de mon arrière grand-mère, bien que je ne l’ai jamais connue, elle est la première fautive.
Afficher plus
Afficher moins

C'est un avis tout à fait personnel, mais je n'aime pas quand le narrateur s'adresse au lecteur de cette façon là, à l'interpeler ainsi. De plus, il faut que tu choisisses le niveau de langage de ta narration, soit tu fais tout familier, soit tout courant, etc. Mais arrête de mélanger les niveaux là où il n'y a pas de raison de les mélanger, c'est fatigant.

cerisette-miam a écrit :
Tout débuta un matin.  
Le temps était peu ensoleillé. Eh oui, qui ne connaît pas ma chère Normandie où la pluie tombe assez souvent, une gouttelette, deux gouttelettes, puis il se met à pleuvoir pendant une bonne demi-heure pour ensuite laisser place à quelques rayons de soleil, qui ne resteront pas bien longtemps.
C’est alors que je me promenais lors d’une fraîche matinée au bord du lac qui se situait à quelques centaines de mètres de chez moi. Le bleu verdâtre de l’eau illuminaité par les quelques rayons de soleil, laissait apparaître quatre ou cinq poissons qui exécutaient un petit saut à la surface de l’eau dans l’espoir d’y attraper les quelques miettes de pains que certains gens avaient jeté au passage.
Afficher plus
Afficher moins

Paragraphe à revoir à mon avis. Tu commences ton histoire, puis pof, tu nous fais un descriptif de la Normandie, absolument pas intégré au reste, et que je trouve assez inutile là. Et puis re-pof, tu continues ton histoire et on est censé suivre. Je sais que je suis chiante, mais ce passage me fait l'effet de: "Ah oui, il faut mettre des descriptions dans un texte, pas seulement des paroles et de l'action. Allez, je m'en vais raconter la Normandie et la couleur de l'eau, ça devrait les satisfaire."
En plus, les poissons ne sautent pas pour attraper les bouts de pain. Ils effleurent la surface de l'eau avec leur bouche.

cerisette-miam a écrit :

_Mademoiselle Owen ? Me demanda t-il.  
_Oui c’est bien moi, répondai-je, quelle est la raison de votre appel ?  
Afficher plus
Afficher moins

En général on demande qui c'est (sauf quand c'est de la publicité parce que là, ils te laissent pas le temps d'ajouter un mot aussitôt que t'as dit oui lol:{} ), mais bon c'est pas grave.

cerisette-miam a écrit :
_Je pense, s’exclama t-il, que le moment est venu de savoir la vérité. Vous êtes en âge de tout savoir et de comprendre.  
_Quoi ? Mais de quoi parlez-vous ? Quelle vérité ?  
_Allons, à quoi bon tourner autour du pot mademoiselle Owen, il est en mon devoir de vous le dire. Votre arrière grand-mère, vous a transmis une sorte de don …  
Mon sang ne fit qu’un tour.  
_De don ?  
_Oui, mais pas par hasard, vous êtes une de ces personnes qui sont nées pour établir certaines choses, mais je ne peux pas vous en dire plus.
Afficher plus
Afficher moins

Je trouve ce dialogue assez surréaliste.

Voilà, sinon, un dernier conseil: fais des paragraphes clairs et distincts. Ton texte ressemble à un horrible pavé.


---------------
Mes z'istoires...

Coup de cœur musical pour Mel'Tones...
Profil : Inconnu
cerisette-miam
  1. answer
  2. Posté le 13/09/2009 à 17:28:34  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Voilà j'ai fait encore quelques modification sur vos conseils, est-ce mieux ?  :??:

_Comment as-tu pu ? M’exclamai-je exaspérée.
Sur le sol, allongé, dans une nuit calme et paisible, éclairée par une douce et pâle lune, se trouvait devant moi un corps d’homme sans vie.  
_Mais vas-tu comprendre que je n’avais pas le choix, s’énerva Lucas, il aurait pu nous faire tout échouer.  
_ Mais on a tué un homme Lucas, un homme !  
_Mais vas tu arrêter tes jérémiades, car lorsque qu’il sera trop tard, ce ne sera pas un homme qui sera tué mais bien plus.  
Les disputes de ce genre n’étaient pas les premières. Durant ces derniers semaines ma vie avait été chamboulée. Mon train-train, quotidien s’était achevé, les interrogations et contrôles évaporés…  
Tout cela est arrivé très rapidement je n’ai pas eu beaucoup de temps pour y réfléchir. Toute cette histoire est la faute de mon arrière grand-mère, bien que je ne l’ai jamais connue, elle est la première fautive. Sans elle, tout cela ne se serait jamais passé.  
Tout débuta un matin. Par ma fenêtre, j’apercevais les gouttes de pluie s’écrasaient sur mes carreaux. Eh oui, qui ne connaît pas ma chère Normandie où la pluie tombe assez souvent, une gouttelette, deux gouttelettes, puis il se met à pleuvoir pendant une bonne demi-heure pour ensuite laisser place à quelques rayon de soleil, qui ne resteront pas bien longtemps. Je me vêtis d’un imperméable noir, ridicule mais pratique et allai me promener lors d’une fraîche matinée au bord du lac qui se situait à quelques centaines de mètres de chez moi. Le bleu verdâtre de l’eau illuminait par les quelques rayons de soleil, laissait apparaître quatre ou cinq poissons qui exécutaient un petit saut à la surface de l’eau dans l’espoir d’y attraper les quelques miettes de pains que certains gens avaient jeté au passage.  
Je voulu m’approcher pour y voir d’un peu plus près, mais à ce moment là, mon téléphone portable sonna. L’écran notait « appel inconnu », je décrochai tout de même. Au bout du fil une voix cassée d’homme me fit part d’une confidence.  
_Mademoiselle Owen ? Me demanda t-il.  
_Oui c’est bien moi, ai-je répondu, qui est-ce?  
_Je pense, s’exclama t-il, que le moment est venu de savoir la vérité. Vous êtes en âge de tout savoir et de comprendre.  
_Quoi ? Mais de quoi parlez-vous ? Quelle vérité ?  
_Allons, à quoi bon tourner autour du pot mademoiselle Owen, il est en mon devoir de vous le dire. Votre arrière grand-mère, vous a transmis une sorte de don …  
Mon sang ne fit qu’un tour.  
_De don ?  
_Oui, mais pas par hasard, vous êtes une de ces personnes qui sont nées pour établir certaines choses, mais je ne peux pas vous en dire plus.  
Sur ceci « l’homme inconnu », il fallait bien le surnommer, raccrocha sans que je puisse lui répondre, mais je me sentais mal, une étrange sensation, mon cœur battait à tout rompre. Oui, c'est bien à se moment là, que ma vie a basculé.
Message cité 1 fois
'Let your body decide!' The Ark
Profil : Citoyen
skorpan-lejon
  1. homepage
  2. answer
  3. Posté le 13/09/2009 à 17:57:12  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Puisque tu m'as l'air assez réceptive aux conseils, ce qui est une bonne chose en soi, je vais faire ce que je fais en tant que bêta-lectrice. Et même de façon plus précise. D'habitude, je corrige sans mettre de rouge, sauf lorsque j'ai des doutes, là je vais te mettre en rouge les problèmes de français purs, et en bleu les reformulations ou conseils, que tu n'es pas obligée d'appliquer.

cerisette-miam a écrit :
Voilà j'ai fait encore quelques modification sur vos conseils, est-ce mieux ?  :??:

_Comment as-tu pu ? M’exclamai-je exaspérée. (vu qu'il s'agit de la mort d'un homme, ce ne serait pas vraiment de l'exaspération qu'on attend de sa part, surtout qu'elle a l'air choquée. Donc ce serait plutôt, comme sentiments: choc, peur, angoisse, terreur, énervement, crise de nerfs, etc. J'ai fait un panel, tu choisis. ^^)

Sur le sol, allongé, (pas de virgule) dans une nuit calme et paisible, éclairée par une douce et pâle lune, se trouvait devant moi un corps d’homme sans vie.  

_Mais quand vas-tu comprendre que je n’avais pas le choix, s’énerva Lucas, il aurait pu nous faire tout échouer.  
_ Mais on a tué un homme Lucas, un homme !  
_Mais vas tu (tu vas) arrêter tes jérémiades,(! Lorsqu'il) car lorsque qu’il sera trop tard, ce ne sera pas un homme qui sera tué mais bien plus.
(Tu as un enchaînement de "Mais" en début de phrase. En poésie, c'est bien, (c'est une anaphore si je me souviens bien), mais dans un texte et un dialogue, c'est moyen)

Les disputes de ce genre n’étaient pas les premières. Durant ces derniers semaines, ma vie avait été chamboulée. Mon train-train, (pas de virgule) quotidien s’était achevé, les interrogations et contrôles évaporés…  
Tout cela est arrivé très rapidement je n’ai pas eu beaucoup de temps pour y réfléchir. Toute cette histoire est la faute de mon arrière grand-mère, (:) bien que je ne l’ai jamais connue, elle est la première fautive. Sans elle, tout cela ne se serait jamais passé.

Tout débuta un matin. Par ma fenêtre, j’apercevais les gouttes de pluie s’écrasaient (s'écrasant ou qui s'écrasaient) sur mes carreaux. Eh oui, qui ne connaît pas ma chère Normandie où la pluie tombe assez souvent, une gouttelette, deux gouttelettes, puis il se met à pleuvoir pendant une bonne demi-heure pour ensuite laisser place à quelques rayon de soleil, qui ne resteront pas bien longtemps. (Personnellement, je reformulerais tout cette phrase, ça ne va pas avec le reste, y'a pas vraiment de lien) Je me vêtis d’un imperméable noir, ridicule mais pratique, et allai me promener lors d’une fraîche matinée (tu as déjà dit que c'était le matin) au bord du lac qui se situait à quelques centaines de mètres de chez moi. Le bleu verdâtre de l’eau illuminait (illuminé) par les quelques rayons de soleil, laissait apparaître quatre ou cinq poissons qui exécutaient un petit saut à la surface de l’eau dans l’espoir d’y attraper les quelques miettes de pains que certains gens (personnes) avaient jetées (il s'agit des miettes) au passage.  

Je voulus m’approcher pour y voir d’un peu plus près, mais à ce moment là, mon téléphone portable sonna. L’écran notait « appel inconnu », je décrochai tout de même. Au bout du fil une voix cassée d’homme me fit part d’une confidence. (je dirais plutôt "retentit", "se fit entendre", puisque la confidence vient plus tard)

_Mademoiselle Owen ? Me demanda t-il.  
_Oui c’est bien moi, ai-je répondu, qui est-ce?  
_Je pense, s’exclama t-il (il a pas trop l'air de s'exclamer je trouve. C'est là par exemple que ut peux recaser ta confidence: "commença-t-il sur le ton d'une confidence", "dit-il comme s'il allait me faire une confidence importante", etc), que le moment est venu de savoir la vérité. Vous êtes en âge de tout savoir et de comprendre.  
_Quoi ? Mais de quoi parlez-vous ? Quelle vérité ?  
_Allons, à quoi bon tourner autour du pot mademoiselle Owen, il est en de mon devoir de vous le dire. Votre arrière grand-mère, (pas de virgule) vous a transmis une sorte de don …  

Mon sang ne fit qu’un tour.  

_De don ?  
_Oui, mais pas par hasard, vous êtes une de ces personnes qui sont nées pour établir certaines choses, mais je ne peux pas vous en dire plus.  

Sur ceci ce « l’homme inconnu », il fallait bien le surnommer, raccrocha sans que je puisse lui répondre. (point et majuscule) Mais je me sentais mal, une étrange sensation, mon cœur battait à tout rompre. Oui, c'est bien à se ce moment là, que ma vie a basculé.
Afficher plus
Afficher moins


Tu as aussi un problème de temps: choisis entre passé simple et passé composé, ne vogue pas entre les deux.
Je t'ai aéré ton texte, mais lorsque tu publies sur le net, prends l'habitude de le faire. C'est plus agréable à lire. Moi-même, mes textes sur mon ordi sont peu aérés, mais sur le net, ils le sont beaucoup plus.

Sinon, dans l'ensemble c'est mieux. :) Si parfois tu as un doute sur une phrase, une formulation, un temps, lis à voix haute, ça aide à voir ses erreurs. ;)


---------------
Mes z'istoires...

Coup de cœur musical pour Mel'Tones...
(Publicité)
 Page :
1

Ajouter une réponse
Aller à :
 

Sujets relatifs
je veux me creer un roman genre les simpsons Avis sur un début d'histoire
début d'histoire. Vous en pensez quoi??? Début de bouquin... Et question à tous les écrivains en herbe ^^
Avis sur début nouvelle début d'histoire. vos avis??
Mes écrits un début, besoin de vos avis ! Avis sur un début d'histoire.
des avis sur le début de mon histoire Avis sur mon commencement de roman
Besoin d'avis sur un début d'histoire ! Siouplé !  
Plus de sujets relatifs à : Debut de roman genre fantastique

Les 5 sujets de discussion précédents Nombre de réponses Dernier message
Ondine et la guerre des deux éléments 0
je veux me creer un roman genre les simpsons 4
torturer tuer manger, fare mal 12
La naissance du papillon 20
Premier chapitre de mon premier roman. (Genre: Surnaturel) 5