FORUM Ados-Livres

|-  Vos textes

||-  

Improvisation

 

liste des connectés  Lancer une recherche S'inscrire S'identifier Répondre à cette discussion Créer un nouveau message
 

Ajouter une réponse

 
Page photos
 
 Mot :  Pseudo :  
Vider la liste des messages à citer
 
 Page :
1
Auteur
 Sujet :

Improvisation

Prévenir les modérateurs en cas d'abus 
Profil : Etranger
lola_tsr
  1. answer
  2. Posté le 29/03/2018 à 22:13:05  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Salut! Connaissez-vous le jeu ou l’on doit placer des mots qui n’ont rien à voir entre eux dans une histoire? J’adore y jouer! Je vous propose pour commencer: péripatéticienne/ archipel/ amputation/ mirador et assonance. Pas évident! ^^
N’hésitez pas à me proposer des mots ;)
Message cité 1 fois
(Publicité)
Profil : Inconnu
leo_84
  1. answer
  2. Posté le 01/04/2018 à 22:45:26  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Je vais vous compter l’histoire d’une péripatéticienne qui tout au long de sa vie a vécu main dans la main avec le chagrin. Des ses 8 ans, premier coup dure: elle est Victime d’une amputation à la suite d’une chute de mirador lors d’une après-midi taro avec papy nazi. Cet accident et l’effondrement, cette fois c’est du second degré, du reich de tonton lui coûtèrent ses mois d’aout passé au soleil dans un archipel et firent d’elle une ratée noctambule qui a l’image dun hibou grattait des vers pétris d’assonances et d’allitérations sur le bois, trop pauvre pour se payer du papier.

J’espère que les hiboux se nourrissent de ver pour que ça colle avec l’image que j’ai balancé ^^

Profil : Etranger
lola_tsr
  1. answer
  2. Posté le 01/04/2018 à 22:49:42  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Encore toi hihi :D j’aime beaucoup ta manière d’écrire, viens parler en privé

Koman cé tro la déprim
Profil : Quidam
seizetheday66
  1. answer
  2. Posté le 16/04/2018 à 04:07:20  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 

Lola_tsr a écrit :

Salut! Connaissez-vous le jeu ou l’on doit placer des mots qui n’ont rien à voir entre eux dans une histoire? J’adore y jouer! Je vous propose pour commencer: péripatéticienne/ archipel/ amputation/ mirador et assonance. Pas évident! ^^
N’hésitez pas à me proposer des mots ;)
Afficher plus
Afficher moins




C'était un après-midi de printemps, non loin de l'archipel des Antilles. A cette époque de l'année, au bagne de Cayenne, le thermomètre avoisinait les quarante degrés. Du haut du mirador, un gardien admirait les pectoraux d'un jeune loubard torse-nu qui cassait des cailloux, l'échine courbée et le visage luisant de sueur.
Il ne l'avait jamais avoué à personne - il avait bien fréquenté quelques péripatéticiennes par le passé, pour se persuader que cet aspect du sexe l'intéressait. Et puis, il s'était marié. ça se passait plutôt bien : elle était gentille, Sassy. Son prénom le faisait toujours beaucoup rire : outre le fait qu'il signifie "impertinente" en anglais, cela créait une assonance amusante lorsqu'il l'appelait : "Salut Sassy !" Quoique, c'était peut-être une allitération - le gardien haussa les épaules.
Mais le mariage n'avait pas duré. Rester avec elle, c'était comme subir une lente, douloureuse, une terrible amputation. Pire, même : c'était comme si on lui ôtait le coeur, lentement, de la cage thoracique.
Le gardien renifla, essuya une larme qui dégoulinait le long de sa joue et reprit son activité. Un jour, peut-être, l'homosexualité serait considérée comme normale. En attendant, ce bagnard avait quand même de sacrés beaux biceps.



Je peux me la péter ? Hahaha
Bon allez la suite ! Il faudra placer les mots "république", "guatémaltèque", "freesia", "radiations" et "écorché" !


---------------
" Les gens me croient folle, mais je m'en fiche. ça fait du bien parfois d'être un peu loufoque, ça vous pose. "

Holly Golightly (Diamants sur Canapé)
Là pour aider
Profil : Quidam
charlie-gaelle
  1. answer
  2. Posté le 18/04/2018 à 23:04:51  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Des freesias en guise de couronne dans ses cheveux, elle avançait le long de l'allée. Son odeur suave et agréable de miel et de parfum floral la suivait, tandis qu'en sens inverse allaient ses pensées. En effet, plus elle se rapprochait de l'arche ou attendait sa liberté longtemps voulue, plus ses souvenirs circulaient devant ses yeux avant de disparaître, laissant place à tout le bonheur qu'elle avait toujours souhaité et qui emplissait presque tout son être désormais. En effet c'est dans ce paysage guatémaltèque qu'elle s'apprêtait à se marier, ce même paysage dans lequel elle espérait voir grandir ses futurs enfants, et sa future vie de femme heureuse et comblée, vie pourtant déjà bien écorchée par la souffrance d'antan. Elle avait vécu dans un pays qui ne connaissait apparemment pas la République et qui ne jurait que par la violence. Dans ce pays, les radiations étaient communes ce qui fait que tout homme un tant soit peu honnête et bon ne pouvait accéder au pouvoir et donc aider le peuple. Vivre dans un état totalitaire avait été un calvaire pour Maria qui avait perdu de nombreuses choses matérielles, de nombreuses personnes mais aussi de nombreux fragments d'elle même. Mais cette période était finie.

Franchement j'en suis pas hyper fière.. Bref.
Prochains mots : Paradoxe, aviser, troublant, grégaire, pacifiste, espoir.


---------------
Un jour tu fumeras les cendres de mon cœur en guise de joint, et tu comprendras quand tu seras stone, combien j'allais pas bien.

Je suis douée d'une sensibilité absurde, ce qui érafle les autres me déchire.  - Gustave Flaubert
Vivre plus fort
Profil : Quidam
oaril
  1. answer
  2. Posté le 21/04/2018 à 13:59:12  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
La douce Maelyn s'avança jusqu'à la fenêtre. Sa tresse sombre, lové dans le creux du dos, se balançait langoureusement. Elle posa ses mains sur la pierre froide de l'encadrement, et dans le même élan, les rideaux soyeux qui bordaient l'ouverture se soulevèrent. Le ciel était d'un bleu troublant, d'une nuance mystérieuse et insondable qui semblait inviter à l'évasion des murs qui l'emprisonnaient. Les nuages rampaient lentement, masquant avec dédain l'astre solaire dont les rayons tentaient de s'insinuer entre les amas nuageux, en vain. En contrebas, des enfants jouaient avec des épées en bois. Leurs cris et le claquement des bâtons résonnaient avec insouciance. Malgré leur jeune âge, ils rêvaient de batailles grandioses et de gloire. Les pacifistes étaient souvent considérés comme des lâches, ce qui les encourageait à prouver leur courage durant les jeux de guerre qu'ils inventaient.
Un soupir qui trahissait sa lassitude s'échappa de ses lèvres. Elle se morfondait dans l'ennui. Elle ne trouvait plus aussi savoureux les ragots qu'elle échangeait avec les dames des seigneurs voisins. La broderie, qui pouvait l'occuper pendant de nombreuses heures, était devenue depuis peu aussi fade que les galettes de céréales qu'on lui servait le matin. Et l'absence de son mari n'améliorait guère son abattement. Il était parti à la chasse hier avec d'autres seigneurs. Le gibier foisonnait dans la région, pourtant il revenait parfois sans aucune prise. Ce paradoxe la laissait perplexe.
Elle avisa un cavalier qui galopait au loin, sûrement un messager. Les tensions s'intensifiaient aux frontières et la moindre nouvelle sur l'évolution de la situation était précieuse. Même si on ne pouvait ignorer la menace grondante qui planait sur le royaume, on cherchait à oublier l'éventualité d'une guerre. Hier, les habitants ont fêté l'arrivée de la belle saison. Comme un troupeau obéissant à un instinct grégaire, ils se sont réunis sur la grande place. Le vin enivrait les esprits, les corps tanguaient au rythme de la musique et les odeurs entêtantes des plantes sauvages qu'on brûlait alourdissaient l'atmosphère. Chacun semblait chercher un peu de réconfort dans le bruit et l'agitation, mais l'inquiétude se mêlait à la joie des festivités. Cependant l'espoir d'un apaisement persistait vaillamment, l'issue de ces temps sombres n'était peut-être pas l'affrontement. La paix et la prospérité du royaume étaient incertaines et tout pouvait basculer du jour au lendemain.

Les prochains mots : pulsation, éblouir, rugueux, cruel, encadrer et marbre.
Message cité 1 fois
Message édité par Oaril le 04/08/2018 à 21:10:02

---------------
"C'est la vie que je prends pour une plaisanterie. La vôtre, la mienne, celle de tout un chacun."
Koman cé tro la déprim
Profil : Quidam
seizetheday66
  1. answer
  2. Posté le 25/07/2018 à 16:43:58  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 

Oaril a écrit :

Les prochains mots : pulsation, éblouir, rugueux, cruel, encadrer et marbre.
Afficher plus
Afficher moins



Lente, la pulsation de son coeur.
Il frissonne, ébloui par la lumière de la lune. La première éclipse depuis des années. Cette lumière rouge, là, cette lumière cruelle qui l'encadre et le recouvre comme un linceul.
Le sol est rugueux. Une odeur âcre de mousse, et celle de son propre sang, chaude, salée. Ses yeux se ferment, il se laisse aller peu à peu. Son corps est dur comme le marbre.

C'est vraiment pas original mais c'est une micro histoire de mort lol
Allez, les mots : colombages, attentionné, exaltation, iconoclaste, luisant.
Plus c'est dur plus c'est bon ;)

Message cité 1 fois

---------------
" Les gens me croient folle, mais je m'en fiche. ça fait du bien parfois d'être un peu loufoque, ça vous pose. "

Holly Golightly (Diamants sur Canapé)
(Publicité)
Là pour aider
Profil : Quidam
charlie-gaelle
  1. answer
  2. Posté le 25/07/2018 à 21:29:01  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 

seizetheday66 a écrit :


Lente, la pulsation de son coeur.
Il frissonne, ébloui par la lumière de la lune. La première éclipse depuis des années. Cette lumière rouge, là, cette lumière cruelle qui l'encadre et le recouvre comme un linceul.
Le sol est rugueux. Une odeur âcre de mousse, et celle de son propre sang, chaude, salée. Ses yeux se ferment, il se laisse aller peu à peu. Son corps est dur comme le marbre.

C'est vraiment pas original mais c'est une micro histoire de mort lol
Allez, les mots : colombages, attentionné, exaltation, iconoclaste, luisant.
Plus c'est dur plus c'est bon ;)
Afficher plus
Afficher moins




C'était un homme à part. Et c'est pour ça que veux vous parler de lui. Je me souviens des jours où j'allais le voir dans sa belle maison à COLOMBAGES. Quand je me remémore ces moments, je m'imagine les yeux LUISANTS D'EXALTATION. En effet j'adorais tellement ces moments passés avec lui, car comme je vous l'ai dit c'était un homme à part, mais dans le bon sens. Il m'a beaucoup inspiré, il m'a donné l'envie de faire de grandes et importantes choses dans ma vie, et je ne suis pas la seule qu'il a illuminé de part sa sagesse, et j'espère, en transmettant sa parole, que l'inspiration qu'il a pu donner continuera à se transmettre. Je parle de transmission de parole comme si il était un Dieu et moi son prophète. Mais non, il était bel est bien humain, bien que l'on ait pu dire de lui qu'il avait une auréole au dessus de la tête tellement il était gentil, généreux, ATTENTIONNÉ et j'en passe, et ce de quelque manière que ce soit. On pouvait constater cela lorsqu'il faisait le geste anodin de donner un bonbon à un garçon handicapé, ou lorsqu'il a offert du travail à une pauvre fille qui n'avait pas pu faire d'études par manque de moyen. Mais donc il n'en restait pas moins humain. D'ailleurs, en parlant de toutes ces choses bibliques, je me rend compte que je ne sais même pas si il était chrétien. Il avait dû être baptisé enfant, puisqu'à son époque ça se faisait beaucoup, et son cercueil avait été béni à son enterrement, mais je ne pense pas qu'il était très pratiquant. Il n'était pas ICONOCLASTE pour autant, il respectait toutes les religions et tout ceux qui les pratiquaient. En fait, il respectait tout le monde. Bref, je vais donc vous raconter son histoire...

Les prochains mots sont : géhenne, spontané, procrastination, allégorie, couard


---------------
Un jour tu fumeras les cendres de mon cœur en guise de joint, et tu comprendras quand tu seras stone, combien j'allais pas bien.

Je suis douée d'une sensibilité absurde, ce qui érafle les autres me déchire.  - Gustave Flaubert
Vivre plus fort
Profil : Quidam
oaril
  1. answer
  2. Posté le 04/08/2018 à 21:09:05  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Cela faisait maintenant plus de deux heures qu'il était penché sur son ordinateur. Quelques lignes s'étalaient en haut de la page blanche de l'écran, suivies d'un vide immaculé reflétant son manque d'inspiration. Il s'agissait de son sixième roman, et les mots devenaient de moins en moins spontanés. Son histoire se déroulait durant la première guerre mondiale. Son héros était un jeune soldat français, un personnage passionné et loin d'être couard. Cela faisait deux mois qu'il avait quitté sa famille pour rejoindre le champs de bataille. La géhenne dans laquelle il évoluait l'accablait un peu plus chaque jour. L'intrigue n'était pas originale, cependant peut-être que la personnalité impulsive et sauvage du héros séduirait le lecteur.
Habituellement, il écrivait des romans d'amour. Des histoires niaises dégoulinantes de tendresse, comme une pâtisserie trop sucrée et écœurante, qui faisaient rêver les lectrices. Il avait trouvé ça amusant au début, mais maintenant c'était devenu pathétique.
Pendant quatre jours, il n'avait même pas essayé de poursuivre son histoire. Toute motivation s'était envolée et la procrastination avait eu raison de lui. Il passait ses journées à sa fenêtre, le regard perdu dans le vague en enchaînant les cigarettes. Il s'affalait parfois sur son vieux canapé usé et buvait une bière, amorphe. Il n'était plus que l'ombre d'un homme.
Mais ce soir, en voyant son ordinateur posé sur son bureau, quelque chose s'était réveillé en lui. Il l'avait allumé, son cœur battait la chamade. Ses doigts avaient parcouru le clavier, hésitants, comme s'ils essayaient d'apprivoiser de nouveau cet étrange animal. Puis peu à peu, ses mains avaient pris de l'assurance et effleuraient les touches avec dextérité. Il avait écrit plusieurs pages, puis son entrain s'était essoufflé. Il avait tapé encore quelques mots, sans conviction, avant de se retrouver seul et silencieux face à la blancheur lumineuse de la page. Il l'avait dévisagée minutieusement, comme si les mots allaient surgir d'eux-même d'un moment à l'autre. Mais ce vide abyssal, allégorie de sa vie maussade, semblait indifférent à son impuissance.
Il alluma une énième cigarette. Son extrémité rougeoya dans l'obscurité pendant qu'une fumée lasse s'échappait des lèvres de l'homme. Il était plus de deux heures du matin. Le café le tenait éveillé, mais plus pour lontemps. Sa tasse vide était posée à côté du cendrier rempli de mégots. Engourdi par le tabac et la fatigue, il replongea dans ses sombres pensées.

Les prochains mots : frénétiquement, mémoire, fulgurant, hégémonie, enfouir et inflexible.


---------------
"C'est la vie que je prends pour une plaisanterie. La vôtre, la mienne, celle de tout un chacun."
(Publicité)
 Page :
1

Ajouter une réponse
Aller à :
 

Sujets relatifs
Improvisation surannée  
Plus de sujets relatifs à : Improvisation

Les 5 sujets de discussion précédents Nombre de réponses Dernier message
Histoires sur les rêves besoin d'aide 8
Histoire d'en rire 4
La Guerre Du Monde 1 ( histoire et humour ) 15
Texte SF 0
Avis de poème 2 1