FORUM Ados-Sante

|-  Psychologie

||-  

Socialement isolé

 

liste des connectés  Lancer une recherche S'inscrire S'identifier Répondre à cette discussion Créer un nouveau message
 

Ajouter une réponse

 
Page photos
 
 Mot :  Pseudo :  
Vider la liste des messages à citer
 
 Page :
1
Auteur
 Sujet :

Socialement isolé

Prévenir les modérateurs en cas d'abus 
  1. answer
  2. Posté le 08/03/2018 à 21:01:29  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Bonjour à tous.

Je viens ici pour me décharger un peu et me plaindre (il faut bien le faire un jour ou l'autre).

J'ai toujours été un peu seul, depuis les années collège, en vérité.
Après une période de harcèlement qui a été, pour moi, très dure à vivre, je n'ai pas réussi à retourner vers les autres.
Relations difficiles avec les autres parce que je n'osais pas aller vers eux (peur des moqueries, peur de forcer, peur d'ennuyer = manque flagrant de confiance en moi).

Je réussissais à aller, j'avais ados forum et une activité qui occupait tout mon temps libre.

En entrant à l'uni, j'ai malgré tout essayé de m'accrocher à des gens mais je n'ai vraiment pas réussi à me faire voir comme faisant partie du groupe.
Il y a bien une personne avec laquelle j'ai essayé de m'accrocher plus, mais j'ai hâté la chose.
Résultat : la personne me fuit, c'est l'impression que j'ai dans tous les cas.

A ce problème viennent s'ajouter mes colères intempestives contre les autres, une sorte de haine.
Je vois les amis, les amoureux, plein de gens heureux, ce qui me pousse encore plus à être malheureux et haineux.
C'est un cercle vicieux et je ne sais pas comment partir de cette ronde.
Je suis véritablement bloqué par mon caractère, mon comportement qui m'empêche de trouver une grande satisfaction en étant avec les autres (ils ne semblent pas être intéressés par les mêmes sujets, ils ne parlent que de choses futiles comme le beau temps ou leur hobbies ; Je voudrais que l'on me parle de politique, de relations internationales, de personnes importantes de l'Histoire, de l'Histoire).
J'ai peur de trop vouloir de choses, d'être trop exigeant avec ces autres.
En plus d'une remise en question permanente de ma manière d'être, de parler, de me tenir devant le monde.

J'ai honte, je suis désespéré et j'en viens à douter de mon futur moi. Qui est-ce que je vais devenir ? L'ombre d'un tableau, la personne inutile qui traîne dans les tréfonds d'une société dans laquelle tout le groupe se tient et réussit, c'est ce en quoi je crois.
Je pense au suicide mais je n'aurais pas le courage de me jeter sur le premier train sans arrêt.

La seule qui me soutienne, c'est ma mère et encore. Impossible de tout lui raconter, ce serait la prendre pour ma poubelle à sentiments, émotions et pensées noires. Je suis dans une impasse et je ne pense pas, tout au fond, changer ce que je suis en ce moment.

J'ai besoin que quelqu'un me remonte le moral, juste ça.
Quant à la solution, je crois la connaître mais je n'ai pas le courage d'aller vers les autres. Les groupes se sont déjà formés, je ne serais qu'un boulet enchaîné aux pieds des personnes, qui n'auraient d'autres choix que de me jeter par dessus bord.
J'ai déjà vécu le rejet, trop douloureux pour retourner vers ce genre de relations.

J'ai l'impression d'être en plein dans le monde absurde que décrit Camus. Seulement, je ne sais pas comment trouver la force de me battre.
Message cité 1 fois
(Publicité)
2 avions, 3 tours.
Profil : Citoyen
frad51
  1. answer
  2. Posté le 09/03/2018 à 11:24:58  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Allons allons mon grand.

Il ne tient qu'à toi de travailler pour changer. Peu importe les bases avec lesquelles nous avons grandi, rien ne nous est impossible avec de la volonté. Même le plus asocial d'entre nous peut devenir son contraire si tel est son souhait.

Mais tu sais la vie sociale, c'est très surfait pour les excentriques de notre genre.

Après tout, c'est quelque chose de très commun aux personnes en misère sociale et affective. Le modèle que la société place sur un piédestal, à savoir la personne extravertie et épanouie de par sa vie bien remplie, n'est pas universel. Au contraire, beaucoup voient là comme un idéal à atteindre, sans se douter que ce n'est pas pour eux. Et quand on chercher à devenir quelqu'un qui ne correspond pas à notre nature profonde, on ne peut pas être profondément heureux.

Le but reste alors de savoir comment l'on fonctionne, comment l'on pense, et de comprendre ce que l'on veut vraiment. Sans être influencé par des conventions qui nous emprisonnent.

Il faut se détacher de l'idée que pour être heureux, il faut atteindre un idéal commun qui n'existe pas. Il faut trouver ce qui nous fait nous sentir bien, quitte à ce que ce soit décevant d'après un regard d'autrui. D'ailleurs quand on est seul, on ne déçoit personne d'être pleinement nous-même. C'est une autre façon de voir les choses. Et des façons de voir les choses, y'en a un paquet, même si on a tendance à l'oublier ou même ne pas le savoir.

Le tout reste donc de savoir ce qui est bon pour nous. Le meilleur moyen reste d'expérimenter.

Pour ma part, ayant vécu une enfance désastreuse, j'ai pris la décision à 15 ans de changer, passant de la bête de foire isolée au mâle alpha triomphant. Ce fut un succès, un bref succès. Bref car les premiers mois me permirent de goûter à la puissance sociale. Mais au bout de quelques mois seulement, ma véritable nature a repris le dessus. Enfin, les autres ne s'en rendaient pas compte. Mais moi, j'avais compris que je jouais un rôle qui n'était pas le mien. J'ai alors arrêté de faire des efforts, et je continue à porter le masque du type normal et sans histoires. C'est très fatiguant. Mais c'est bientôt terminé heureusement.

En tout cas, j'ai compris au fil du temps comment je fonctionnais. Et j'ai aussi compris que je n'avais pas besoin d'avoir une vie sociale active pour vivre.

Tu dois te comprendre toi-même. C'est là que tu seras apte à changer ta vision des choses. Et à vivre selon ce que tu es.


---------------
J'ai plus d'une tour dans mon sac.
  1. answer
  2. Posté le 09/03/2018 à 22:12:37  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Pour changer, je dois avoir la volonté, c'est indéniable.

Je comprends ton message, et je sais qu'il ne faut pas suivre l'idéal commun.
Malgré tout, j'ai des remarques à faire :

D'un côté, je suis envieux de la vie qu'autrui semble avoir, de ses relations, de sa manière d'être, ou même son corps (c'est totalement con mais c'est comme ça).

Et, d'un autre côté, j'essaie d'avoir mon style à moi. Je ne cherche pas à faire ce qui me déplaît. Je ne cherche même pas à penser comme eux (dès qu'il y a un consensus sur une question, je me pose toujours dans l'opposition et tant pis si j'ai tort).

Pour finir, je n'ai pas besoin d'une présence continuelle des autres autour de moi : je ne supporterai pas. Je ne veux qu'une personne, avec laquelle je pourrais parler comme j'en ai envie, me délasser. Quelqu'un qui m'aide, me comprenne et m'accepte comme je suis.

Comment se comprendre soi-même ?
J'ai beaucoup de temps pour réfléchir sur moi, et me concentrer plus sur ce que je ressens, tout au fond. C'est ça, la compréhension ?
Ou est-ce que c'est prédire les différentes réactions que l'on va avoir dans une situation donnée ?
Peut-être les deux.
Message cité 1 fois
2 avions, 3 tours.
Profil : Citoyen
frad51
  1. answer
  2. Posté le 10/03/2018 à 15:50:43  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Avant de passer par la case "yes-life", j'enviais moi aussi énormément les autres. Puis après avoir expérimenté, je n'ai plus ressenti ça. Après j'ai été formaté à vivre dans la solitude, mon cas est assez désespéré. Peut-être que toi tu pourrais t'épanouir avec les autres.

C'est normal d'avoir son propre style. Justement ça nous démarque des autres. Quand j'ai fait en sorte de changé, je restais tout de même froid et relativement impassible. Je n'ai jamais été bavard, à vrai dire je suis pratiquement incapable de suivre une conversation lambda en continu comme pourrait le faire monsieur x ou madame y. Mais je suis du genre à parler moins pour dire plus. Les gens m'appréciaient beaucoup quand même. Quand tu affirmes et assumes ton style, et que tu fais des efforts avec les autres, ça passe. A condition de rester lucide bien entendu.

La fameuse personne avec laquelle on veux être, c'est commun à beaucoup de personnes, même les plus détachés comme moi.

A vrai dire c'est assez difficile comme thème la connaissance de soi. C'est un tout de beaucoup de choses. Il faut essayer de penser avec une lucidité maximale, pour ne pas être influencé par nos propres croyances limitantes. Puis il faut aussi expérimenter parfois.


---------------
J'ai plus d'une tour dans mon sac.
Profil : Inconnu
lea-morel54
  1. answer
  2. Posté le 11/03/2018 à 16:53:04  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 

Zyc79wm a écrit :

Bonjour je suis nouvelle mais j'apprends juste à comment l'utiliser , j'ai lu ton histoire cela m'a touché je vais te parler de ce que je vis aussi , au début d'année je me suis bien fais intégrée mais peu de temps après cela c'est mal passé , j'avais dis à une amie qu'il y aurait pas le professeur d'espagnol et elle n'est pas venu ce jour - là par la suite il s'avère que le professeur d'espagnol était alors par la suite j'ai été m'excusée sur le coup elle m'a dit t'inquiète ce n'est rien je te fais pas la tete et depuis ce jour là le lendemain elle évité de me voir ou de me regarder ... et depuis a cause d'elle la classe était contre moi , par la suite je pensais m'avoir fais des vraies amies sur cela je me suis fais avoir cette fille sois disant mon amie m'abandonne de jour en jour et fais exprès de pas me voir quand je suis seule depuis le début de l'année je suis là pour elle mais quand je suis avec elle parfois elle se fout de moi devant moi alors je pars ... et je pleure , je me sens terriblement seule , ensuite j'ai l'impression qu'elle se sert de moi pour faire passer ses envies ou pas se sentir seule et une amie à moi là suis dans chacun de ses fais et gestes mais dans ma classe ils se suivent tous entre eux comme des moutons mais moi comme je suis différente d'eux je ne l'ai suis pas alors cela ne leur plait pas et ils font des remarques sur moi .... et parfois je me sens abandonnée et je sais pas quoi faire mes autres amies sont dans d'autres classes et moi dans cette classe je suis seule mais j'ai trouvé une vraie amie ! qui elle est là pour moi et qui me fais tenir ici sinon je serais plus là depuis longtemps quand je vous parle de ça j'ai les larmes aux yeux et je n'arrive pas à me retenir car je me sens vraiment pas bien ... j'ai du mal alors si vous avez des conseils à donné je serai là merci ...
Afficher plus
Afficher moins

  1. answer
  2. Posté le 11/03/2018 à 23:21:02  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 

Zyc79wm a écrit :

Bonjour à tous.

Je viens ici pour me décharger un peu et me plaindre (il faut bien le faire un jour ou l'autre).

J'ai toujours été un peu seul, depuis les années collège, en vérité.
Après une période de harcèlement qui a été, pour moi, très dure à vivre, je n'ai pas réussi à retourner vers les autres.
Relations difficiles avec les autres parce que je n'osais pas aller vers eux (peur des moqueries, peur de forcer, peur d'ennuyer = manque flagrant de confiance en moi).

Je réussissais à aller, j'avais ados forum et une activité qui occupait tout mon temps libre.

En entrant à l'uni, j'ai malgré tout essayé de m'accrocher à des gens mais je n'ai vraiment pas réussi à me faire voir comme faisant partie du groupe.
Il y a bien une personne avec laquelle j'ai essayé de m'accrocher plus, mais j'ai hâté la chose.
Résultat : la personne me fuit, c'est l'impression que j'ai dans tous les cas.

A ce problème viennent s'ajouter mes colères intempestives contre les autres, une sorte de haine.
Je vois les amis, les amoureux, plein de gens heureux, ce qui me pousse encore plus à être malheureux et haineux.
C'est un cercle vicieux et je ne sais pas comment partir de cette ronde.
Je suis véritablement bloqué par mon caractère, mon comportement qui m'empêche de trouver une grande satisfaction en étant avec les autres (ils ne semblent pas être intéressés par les mêmes sujets, ils ne parlent que de choses futiles comme le beau temps ou leur hobbies ; Je voudrais que l'on me parle de politique, de relations internationales, de personnes importantes de l'Histoire, de l'Histoire).
J'ai peur de trop vouloir de choses, d'être trop exigeant avec ces autres.
En plus d'une remise en question permanente de ma manière d'être, de parler, de me tenir devant le monde.

J'ai honte, je suis désespéré et j'en viens à douter de mon futur moi. Qui est-ce que je vais devenir ? L'ombre d'un tableau, la personne inutile qui traîne dans les tréfonds d'une société dans laquelle tout le groupe se tient et réussit, c'est ce en quoi je crois.
Je pense au suicide mais je n'aurais pas le courage de me jeter sur le premier train sans arrêt.

La seule qui me soutienne, c'est ma mère et encore. Impossible de tout lui raconter, ce serait la prendre pour ma poubelle à sentiments, émotions et pensées noires. Je suis dans une impasse et je ne pense pas, tout au fond, changer ce que je suis en ce moment.

J'ai besoin que quelqu'un me remonte le moral, juste ça.
Quant à la solution, je crois la connaître mais je n'ai pas le courage d'aller vers les autres. Les groupes se sont déjà formés, je ne serais qu'un boulet enchaîné aux pieds des personnes, qui n'auraient d'autres choix que de me jeter par dessus bord.
J'ai déjà vécu le rejet, trop douloureux pour retourner vers ce genre de relations.

J'ai l'impression d'être en plein dans le monde absurde que décrit Camus. Seulement, je ne sais pas comment trouver la force de me battre.
Afficher plus
Afficher moins

Moi je te conseillerait de cesser de traîner sur ce forum d'adolescents car tu n'en est manifestement plus un puisque tu vas à l'université. Car en restant trop ici ta maturité ne se développe plus et reste celle d'un ado puisque tu ne fais que parler avec essentiellement des ados. Alors dès que tu t'adresses à d'autres étudiants de ton établissement la différence de maturité se fait sentir immédiatement et du coup ça colle pas.

Message cité 1 fois
  1. answer
  2. Posté le 12/03/2018 à 00:06:01  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 

Zec01zm a écrit :

Moi je te conseillerait de cesser de traîner sur ce forum d'adolescents car tu n'en est manifestement plus un puisque tu vas à l'université. Car en restant trop ici ta maturité ne se développe plus et reste celle d'un ado puisque tu ne fais que parler avec essentiellement des ados. Alors dès que tu t'adresses à d'autres étudiants de ton établissement la différence de maturité se fait sentir immédiatement et du coup ça colle pas.
Afficher plus
Afficher moins


Disons que ton idiotie est particulièrement contagieuse :)

Message cité 1 fois
(Publicité)
  1. answer
  2. Posté le 18/03/2018 à 13:13:43  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
On est des causes perdues.

  1. answer
  2. Posté le 18/03/2018 à 14:06:45  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Parle pour toi.
Message cité 1 fois
Être fort c'est aimer quelqu'un en silence.
Profil : Quidam
ma-conscience
  1. answer
  2. Posté le 19/03/2018 à 13:24:09  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Salut Yrathus,

Je comprends plus ou moins le ressentis intérieur que tu peux avoir. Non je n'ai jamais été moqué au collège si ce n'est sur ma "petite taille", mais ayant toujours eu un caractère assez "résistant" cela ne m'a jamais touché. Non je n'ai pas toujours eu confiance en moi malgré mon caractère bien loin de là, j'ai souvent pensé au suicide aussi heureusement que je n'avais pas d'arme à feu entre mes mains durant cette mauvaise période, aujourd'hui je vis au jour le jour même si je ne te cacherai pas que j'ai envie que ma vie se termine bien que je n'ai pas l'envie du tout de mettre fin à mes jours. Non je n'ai été jamais été réellement rejeté, même si sentimentalement une déception me reste en travers de la gorge depuis des années et encore aujourd'hui mais je suis le seul responsable des conséquences.

Avoir la boule à la gorge, la haine, la rage, les nuits, les journées je sais ce que c'est et c'est pas agréable, cela m'est passé même s'il m'arrive parfois que tout cela resurgissent. La solitude est mon quotidien mais cela ne me dérange absolument plus, ce n'est non pas le fait d'être seul qui me fait réellement plaisir mais c'est le fait d'être loin de tous ces gens que la société à formaté, ces gens avec lesquels je me fais littéralement chié, la misère vient de leur absence de richesse dans leur esprit. J'amalgame toute la société et j'en ai conscience, leur bien-pensance ils peuvent se la carrer ou je pense. Je pense que tu as toi aussi un minimum cette sensation sauf que tu ne supporte pas le poids de la solitude.

Après tout cela je suis venu m'inscrire sur ce forum, et j'ai appris à connaitre des personnes formidables qui m'ont un minimum aidé, même si je ne suis plus que très rarement en contacte avec ces personnes (virtuellement). Je pense que tu devrais essayer de faire des rencontres, pas forcément sur ce site, pas forcément sur internet non plus, pas forcément à ton université non, mais peut être en dehors de ce conditionnement sociale de tout ce bordel civilisationnel. Ou ? Je ne saurai te dire... Sur un site de rencontre pour ma part j'ai pu connaitre une fille qui aujourd'hui est mon amie, je n'y suis pas aller dans un but précis, mais aujourd'hui j'ai arrêter ce genre de site ça ne faisait que réduire la foi que j'ai pour l'espèce humaine.

Soit toi même, peut importe les conséquences, vis au jour le jour, continu de te construire avec ou sans personne et laisse les rencontres prendre la direction qu'elles prendront suivant la tournure. Perso j'ai arrêter les études, je suis un célibataire éternel, de plus au chômage, mais la vie est une aventure et il y aura vraiment des moments de merde à passer. Vis juste, tout simplement, vis ta vis en faisant ce dont tu as envie (dans la mesure du possible et du rationnel), pleure, ris, défoule toi, aime toi, exerce tes passions, ne cherche pas à plaire à tous le monde et surtout ne te laisse pas marcher sur les pieds pas les cons.
Message cité 1 fois

---------------
N'hésite pas à visiter mon profil ;)
  1. answer
  2. Posté le 24/03/2018 à 03:10:30  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 

Zyc79wm a écrit :

Parle pour toi.
Afficher plus
Afficher moins


Non, y'a pas que moi.

  1. answer
  2. Posté le 01/04/2018 à 17:39:06  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 

Si je dépendais d'un autre, est-ce que je serais tout seul ?
Je pense qu'au contraire, je me planterai au milieu d'un groupe et j'attendrai que le temps passe, même dans l'ennui.

C'est injustice que d'être seul et critiqué par certains alors que l'on n'a jamais voulu heurter personne.
Je ne recherche plus l'amitié de la société, je cherche sans trouver l'amitié qui pourra m'élever, m'épauler dans certains moments de la vie.
Je suis capable de me dévouer entièrement à une personne, si elle-même se dévoue pour moi.
L'amitié devrait être une relation sacrée, à placer au même niveau que les relations amoureuses.
La société pourrit l'amitié. Elle a beau avoir une définition à peu près claire de l'amitié, personne n'a jamais eu de vrais amis, au sens où je l'entend.

La société, je ne lui demande rien. J'aimerais qu'elle disparaisse, même.

Je ne sais pas comment changer la règle du jeu, si tu pouvais m'éclairer sur ce point.

(Publicité)
  1. answer
  2. Posté le 01/04/2018 à 17:45:24  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 

Ma conscience a écrit :

Salut Yrathus,

Je comprends plus ou moins le ressentis intérieur que tu peux avoir. Non je n'ai jamais été moqué au collège si ce n'est sur ma "petite taille", mais ayant toujours eu un caractère assez "résistant" cela ne m'a jamais touché. Non je n'ai pas toujours eu confiance en moi malgré mon caractère bien loin de là, j'ai souvent pensé au suicide aussi heureusement que je n'avais pas d'arme à feu entre mes mains durant cette mauvaise période, aujourd'hui je vis au jour le jour même si je ne te cacherai pas que j'ai envie que ma vie se termine bien que je n'ai pas l'envie du tout de mettre fin à mes jours. Non je n'ai été jamais été réellement rejeté, même si sentimentalement une déception me reste en travers de la gorge depuis des années et encore aujourd'hui mais je suis le seul responsable des conséquences.

Avoir la boule à la gorge, la haine, la rage, les nuits, les journées je sais ce que c'est et c'est pas agréable, cela m'est passé même s'il m'arrive parfois que tout cela resurgissent. La solitude est mon quotidien mais cela ne me dérange absolument plus, ce n'est non pas le fait d'être seul qui me fait réellement plaisir mais c'est le fait d'être loin de tous ces gens que la société à formaté, ces gens avec lesquels je me fais littéralement chié, la misère vient de leur absence de richesse dans leur esprit. J'amalgame toute la société et j'en ai conscience, leur bien-pensance ils peuvent se la carrer ou je pense. Je pense que tu as toi aussi un minimum cette sensation sauf que tu ne supporte pas le poids de la solitude.

Après tout cela je suis venu m'inscrire sur ce forum, et j'ai appris à connaitre des personnes formidables qui m'ont un minimum aidé, même si je ne suis plus que très rarement en contacte avec ces personnes (virtuellement). Je pense que tu devrais essayer de faire des rencontres, pas forcément sur ce site, pas forcément sur internet non plus, pas forcément à ton université non, mais peut être en dehors de ce conditionnement sociale de tout ce bordel civilisationnel. Ou ? Je ne saurai te dire... Sur un site de rencontre pour ma part j'ai pu connaitre une fille qui aujourd'hui est mon amie, je n'y suis pas aller dans un but précis, mais aujourd'hui j'ai arrêter ce genre de site ça ne faisait que réduire la foi que j'ai pour l'espèce humaine.

Soit toi même, peut importe les conséquences, vis au jour le jour, continu de te construire avec ou sans personne et laisse les rencontres prendre la direction qu'elles prendront suivant la tournure. Perso j'ai arrêter les études, je suis un célibataire éternel, de plus au chômage, mais la vie est une aventure et il y aura vraiment des moments de merde à passer. Vis juste, tout simplement, vis ta vis en faisant ce dont tu as envie (dans la mesure du possible et du rationnel), pleure, ris, défoule toi, aime toi, exerce tes passions, ne cherche pas à plaire à tous le monde et surtout ne te laisse pas marcher sur les pieds pas les cons.
Afficher plus
Afficher moins


Je tiens à remercier tous ceux qui participent à ce topic, je m'excuse d'avoir laissé des personnes sans aucune réponse.

Des cons, il s'en trouve partout. Difficile de les éviter,et difficile de leur gueuler dessus quand ils marchent sur les pieds lol:{}
Il me faut plus de courage pour ça, mais j'essaierai de travailler ça à l'avenir.

Je vois ce que tu veux dire pour les sites de rencontre, j'ai entendu à peu près la même remarque.

Profil : Superstar
bazinga
  1. answer
  2. Posté le 08/04/2018 à 12:59:23  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Je pense que tu fais fausse route en cherchant "la" ou "une " personne avec qui tu pourrais avoir une amitié vraiment profonde. C'est trop de pression sur une personne. Il faut apprendre à créer un tissu de connaissances, de potes, d'amitié, d'amours, et peut-être avoir la chance d'avoir réussi à créée une toile indestructible avec quelqu'un en particulier.

Le lien avec les autres se crée au fil des expériences de vie. Et ce sont ces expériences qu'il faut dans un premier temps développer pour réussir à créer du lien.

J'ai un passé de meuf très asociale. De la classe de seconde à environ mon master 1 (vers 21 ans), j'étais très seule (aucun ami, aucune relation sentimentale, les seules connaissances que j'avais venaient d'internet et étaient virtuelles 99% du temps, lors des quelques sorties, j'avais beaucoup de mal car perdre ses compétences en matière de sociabilité, ça va très vite, et ça se retrouve très doucement). C'était une solitude à la fois volontaire et non volontaire. Au lycée, je "détestais tout le monde", et je n'avais qu'une hâte c'était de me barrer, tout en me sentant aussi très seule et en espérant avoir de vrais amis. J'ai dans le même temps développé de grosses tendances à la dépendance affective, corroborée par une enfance où je me suis sentie très seule d'un point de vue amour familial.
Tout ça pour dire que je partais sur des bases que je considère non saines.

Aujourd'hui, j'ai 25 ans et je n'ai plus ressenti la solitude que je ressentais avant depuis au moins 3 ans. Et ça c'est fait par des "leviers" qui m'ont permis de réapprendre à me sociabiliser : faire des sorties seules, ce qui permet de voir du monde sans créer de lien mais en se réhabituant à l'autre, accepter toutes les sorties (vu qu'elles étaient pas nombreuses) des "camarades" de classe, m'aider du virtuel pour favoriser des rencontres IRL, m'inscrire sur des sites de rencontre pour rencontrer des personnes que je ne rencontrais pas dans la vraie vie, m'ouvrir au maximum aux autres dans les contextes d'étude et travail.
Ca demande un effort, mais cet effort ensuite devient conforme à ce que tu es, si la solitude te poser problème. Je suis toujours de nature assez solitaire, j'aime bien la solitude, mais j'aime aussi parler à de nouvelles personnes, aller à des soirées, faire des choses en groupe. J'ai découvert que j'aimais les deux, et non pas, comme quand j'avais 14 ans, où j'étais persuadée que tout ça ne me conviendrait jamais.

Il faut être dans le faire si tu ne veux pas stagner et passer ton temps à ruminer. Tu aimes un truc ? Fais-le. Essaye de t'inscrire à des clubs/associations/cours. Utilise le virtuel, il n'y a pas que des cons dessus, loin de là. Garde espoir et n'oublie pas que tu es en capacité de changer des choses dans ta vie, même si ça prend du temps et que ça implique de la patience avec soi-même.
Message cité 1 fois

---------------
"Some failure in life is inevitable. It is impossible to live without failing at something, unless you live so cautiously that you might as well not have lived at all – in which case, you fail by default."

"Et on pleure, oui on pleure la destinée de l'Homme."

"Tout peut arriver dans la vie, et surtout rien."

Ça c'est moi : [:megalomaniak]
  1. answer
  2. Posté le 08/04/2018 à 21:06:13  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 

Bazinga a écrit :

Je pense que tu fais fausse route en cherchant "la" ou "une " personne avec qui tu pourrais avoir une amitié vraiment profonde. C'est trop de pression sur une personne. Il faut apprendre à créer un tissu de connaissances, de potes, d'amitié, d'amours, et peut-être avoir la chance d'avoir réussi à créée une toile indestructible avec quelqu'un en particulier.

Le lien avec les autres se crée au fil des expériences de vie. Et ce sont ces expériences qu'il faut dans un premier temps développer pour réussir à créer du lien.

J'ai un passé de meuf très asociale. De la classe de seconde à environ mon master 1 (vers 21 ans), j'étais très seule (aucun ami, aucune relation sentimentale, les seules connaissances que j'avais venaient d'internet et étaient virtuelles 99% du temps, lors des quelques sorties, j'avais beaucoup de mal car perdre ses compétences en matière de sociabilité, ça va très vite, et ça se retrouve très doucement). C'était une solitude à la fois volontaire et non volontaire. Au lycée, je "détestais tout le monde", et je n'avais qu'une hâte c'était de me barrer, tout en me sentant aussi très seule et en espérant avoir de vrais amis. J'ai dans le même temps développé de grosses tendances à la dépendance affective, corroborée par une enfance où je me suis sentie très seule d'un point de vue amour familial.
Tout ça pour dire que je partais sur des bases que je considère non saines.

Aujourd'hui, j'ai 25 ans et je n'ai plus ressenti la solitude que je ressentais avant depuis au moins 3 ans. Et ça c'est fait par des "leviers" qui m'ont permis de réapprendre à me sociabiliser : faire des sorties seules, ce qui permet de voir du monde sans créer de lien mais en se réhabituant à l'autre, accepter toutes les sorties (vu qu'elles étaient pas nombreuses) des "camarades" de classe, m'aider du virtuel pour favoriser des rencontres IRL, m'inscrire sur des sites de rencontre pour rencontrer des personnes que je ne rencontrais pas dans la vraie vie, m'ouvrir au maximum aux autres dans les contextes d'étude et travail.
Ca demande un effort, mais cet effort ensuite devient conforme à ce que tu es, si la solitude te poser problème. Je suis toujours de nature assez solitaire, j'aime bien la solitude, mais j'aime aussi parler à de nouvelles personnes, aller à des soirées, faire des choses en groupe. J'ai découvert que j'aimais les deux, et non pas, comme quand j'avais 14 ans, où j'étais persuadée que tout ça ne me conviendrait jamais.

Il faut être dans le faire si tu ne veux pas stagner et passer ton temps à ruminer. Tu aimes un truc ? Fais-le. Essaye de t'inscrire à des clubs/associations/cours. Utilise le virtuel, il n'y a pas que des cons dessus, loin de là. Garde espoir et n'oublie pas que tu es en capacité de changer des choses dans ta vie, même si ça prend du temps et que ça implique de la patience avec soi-même.
Afficher plus
Afficher moins


C'est totalement ça, perdre les capacités de créer du lien avec les autres, cette sociabilité.
Le fait que je sois susceptible as fuck ne facilite pas les choses.

C'est peut-être con dit comme ça, mais c'est peut-être le message qui se rapproche plus de mon vécu. Avec cette pointe d'espérance en plus, ça réussirait presque à me mettre dans de meilleures dispositions pour agir.
Je te remercie sincèrement d'avoir écrit ça.

Je sais ce qu'il me reste à faire, encore faut-il que j'en aie le courage.

  1. answer
  2. Posté le 16/04/2018 à 23:22:22  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 

Zyc79wm a écrit :

Disons que ton idiotie est particulièrement contagieuse :)
Afficher plus
Afficher moins

Ne m'attribue pas la responsabilité de ton état. Tu étais déjà ainsi bien avant que je m'inscrive. :)

Message cité 1 fois
  1. answer
  2. Posté le 17/04/2018 à 11:53:07  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 

Zec01zm a écrit :

Ne m'attribue pas la responsabilité de ton état. Tu étais déjà ainsi bien avant que je m'inscrive. :)
Afficher plus
Afficher moins


C'est à dire que ta connerie est tellement large qu'elle englobe tout l'espace temps.
Elle a même franchi le mur de Planck : chapeau bas.

  1. answer
  2. Posté le 05/05/2018 à 22:06:27  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Le mur de Planck ?

(Publicité)
 Page :
1

Ajouter une réponse
Aller à :
 

Sujets relatifs
Je suis seul et isolé, comment changer ? Je suis seul et isolé, comment changer ?
Plus de sujets relatifs à : Socialement isolé

Les 5 sujets de discussion précédents Nombre de réponses Dernier message
Se sentir coupable de vouloir rester seule 0
J’ai pas d’amie à qui me confier (meilleure amie) 6
Hikikomori ? 2
Je sais plus quoi faire x( 3
Rêve étrange 2