FORUM Ados-Sante

|-  Nutrition

||-  

Mon expérience de jeûne (et bain dérivatif?)

 

liste des connectés  Lancer une recherche S'inscrire S'identifier Répondre à cette discussion Créer un nouveau message
 

Ajouter une réponse

 
Page photos
 
 Mot :  Pseudo :  
Vider la liste des messages à citer
 
 Page :
1
Auteur
 Sujet :

Mon expérience de jeûne (et bain dérivatif?)

Prévenir les modérateurs en cas d'abus 
Profil : Inconnu
ombelico
  1. answer
  2. Posté le 10/04/2018 à 12:43:41  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Bonjour tout le monde,

Alors voilà, pour ceux/celles qui connaissent le concept de "jeûne" (et ceux qui ne connaissent pas, lire ce lien), j'ai commencé à jeûner depuis le 7 avril au matin (aujourd'hui est mon 4ème jour) et j'aimerais partager avec vous cette expérience; n'hésitez donc pas à partager la vôtre, j'en serais ravie.

Tout d'abord je me présente, j'ai 20 ans bientôt 21, et j'ai toujours porté énormément d'attention à mon corps grâce à l'éducation "alternative" que j'ai eue. Maintenant que les années ont passé et que je vis seule, j'ai décidé de reprendre en main ce corps affaibli par les toxines et l'anxiété omniprésente dans nos vies.
Décider de jeûner pour moi est, avant tout, un retour à ma nature première. Mais pour effectuer ce retour, il est d’abord nécessaire de décrasser ce corps qui subit depuis trop longtemps des adaptations qu’on lui a imposées (d’où le stockage de graisses). Un corps sain sait se détoxiner par lui-même. Or, nos modes de vie ayant basculé vers une absence quasi-totale d’activité au sens propre du terme, c’est notre cerveau qui régit le corps et prend les décisions à sa place. Les conséquences sont innombrables, mais je m’intéresse surtout à celles qui nous empêchent de vivre entièrement et purement ce « hic et nunc » dont on nous fait l’éloge. Nous dictons à notre corps les différents « buts » à atteindre sans lui laisser son mot à dire… Un homme qui a parcouru 300km en 10 jours de jeûne disait « dans une marche " normale " je ne suis jamais " ici et maintenant ", pour la raison que je fantasme plus ou moins sur le prochain arrêt avec repas à la clef. Cela empêche de voir bien les arbres du coin, les oiseaux, les nuages, le soleil, tout ce qui est là devant moi, autour de moi, les odeurs les bruits, tout cela est remplacé par un but. Ce but qui peut être le prochain tournant ou d’atteindre le quart d’heure suivant est essentiellement nuisible car justement, le but occulte le présent. »
En délaissant notre corps et en n’oubliant de l’écouter, nous avons écrasé des facultés qui font pourtant partie intégrante de notre nature profonde. C’est donc pour une détoxination et une reconnexion avec mon corps que j’ai choisi le jeûne.

Il faut savoir que depuis plus d'un mois j'ai aussi commencé les bains dérivatifs que je nommerai BD à partir de maintenant (lire ce lien-là), que j'ai décidé de ne pas abandonner même pendant le jeûne.

Mon journal

Jour 1 (07/04/2018): C’est souvent qu’il m’arrive de sauter un repas ou deux, voire même de ne pas avaler plus de 200calories par jour parce que mon corps me dit « stop », donc le premier jour n’a pas été difficile pour moi à part avant de dormir, où je sentais vraiment mon ventre qui réclamait et qui n’était pas habitué à ne pas être immédiatement (ou presque) satisfait. Mal de crâne +++ J’ai eu une nuit un peu agitée, avec des rêves violents
Jour 2 (08/04/2018) : réveillée moyennement en forme mais assez reposée, j'ai fait mon BD pendant 20min et puis j'ai pris un jus de fruit (besoin de sucre). Ensuite je me prépare pour sortir avec 2 litres d’eau et de jus pour mes 4 heures de promenade (que je n’ai presque pas touché). Je suis en pleine forme, je marche beaucoup et sereinement sous un temps splendide. En attendant le bus du retour je m’assieds et me rends compte que je n’ai pas forcément envie de rentrer ; je savoure pleinement ma « pause » assise, sous les derniers rayons chauds de la journée. Je rentre et la faim est plus dure à gérer sans activité. Je me couche vers minuit après un bouillon aux légumes délicieux. Mal de gorge (aux ganglions), et il faut savoir que j'ai eu souvent des angines blanches, parfois même plusieurs fois par an (causes psychologiques)
Jour 3 (09/04/2018): …. Je me réveille vers 6h30 : impossible de me rendormir alors à 8h je me lève, fais le BD pendant 25 min et suis en pleine forme. Je décide encore une fois d’aller me promener, avec un petit jus et de l’eau (que je ne touche quasiment pas non plus car n’en ressentais pas le besoin. Quasiment 6h de marche en pleine nature : une promenade paisible, roborative + reconnexion avec des moments de mon passé, comme si mon corps était réceptif à tout ce qui pourrait me rappeler des souvenirs non digérés afin de faire la paix avec eux (idem mal de gorge). Pas de coups de fatigue à part vers la fin de la promenade où j’ai dû m’arrêter plusieurs fois pour souffler. En rentrant bouillon + tisane + bcp d’eau pour vider mon corps des toxines. Retour dans le lit, mes yeux commencent à devenir lourds à partir de 20h, état critique, envie de manger et de rompre le jeûne (début crise d’autolyse?). Mais je lis des forums sur le jeûne et essaie d’être forte : go prendre une douche bien chaude pour apaiser mon corps et mes muscles. Après la douche tout va bien, mon cerveau tourne à 100km/h, je lis encore des forums et me surprends à dire à voix haute « ah, ça c’est vraiment bien » (je ne parle jamais toute seule). Je suis relaxée (musique antistress) et motivée (voilà pourquoi j’ai commencé le journal). Je continue demain encore car je sens que mon corps travaille réellement à l’expulsion des toxines. J’arrêterai quand je sentirai que j’aurai vraiment repoussé mes limites, et non cédé à des envies passagères et contrôlables (si je cède, je ne décide pas, et donc mon jeûne n’aura servi à presque rien). Je veux que ce soit mon corps qui décide quand est-ce que je suis prête à remanger parce que j’aurai réellement faim. J’ai hâte de vivre ce 4ème jour de jeûne.
Jour 4 (10/04/2018) : Le véritable jeûne commence, je le sens. Nuit de 8h, mais très agitée et pas reposante ; d’ailleurs levée avec cernes et teint pâle, nausées, état faible, bouche pâteuse, et urine très foncée : le boulot commence. J’ai perdu du poids, je ne me suis pas pesée mais ça se voit au niveau des clavicules, du ventre et des jambes surtout. Pas envie de manger même si mon ventre remue (comme si j’étais malade, avec de la fièvre) ; ni envie de jus, de tisane ou de bouillon. Je ne me sens pas de faire le BD ce matin, ni de marcher. On verra dans la journée
Début d'après-midi: j'oscille entre la faim et la démotivation, et l'absence de faim et le sentiment d'être fière de ce que j'accomplis (j'écris et mon ventre gargouille intensément). Je ne bois quasiment pas et les nausées sont parties. Le temps est long sans marche...

la suite quand j'en saurai plus ;-)

Partagez vos expériences!! et dites-moi en passant si vous avez déjà essayé jeûne + BD ?
Message édité par Ombelico le 10/04/2018 à 14:41:32
(Publicité)
Profil : Inconnu
ombelico
  1. answer
  2. Posté le 10/04/2018 à 20:53:50  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Je vous raconte cette faim de journée:

16h15 et j'ai remarqué que j'étais très frileuse durant le jeûne, j’ai dû rajouter des couches et me mettre sous les couettes
Je me suis levée pour aller remplir la bouteille d’eau, j’ai eu la tête qui tournait puis regain d’énergie : motivée et pas envie de manger
-La fatigue est arrivée vers 16h30 alors j’ai fermé les yeux et ai dormi quasiment deux heures (même si j’aurais pu dormir bien plus…)
-Petite diarrhée en me levant (miam)
- c’est dingue comme je cicatrise vite : petits boutons et éraflures partis en moins de 24h
- Douleur passagère au poumon droit (comme si ça prévenait d’une douleur que j’aurais eue bcp de temps après sans le jeûne, qui ce serait même développée ?)

Je pense à rompre le jeûne en douceur demain. J'irai sûrement faire les courses car je rêve d'un bol de céréales avec du lait (je ne mange jamais de céréales)

Profil : Inconnu
ombelico
  1. answer
  2. Posté le 10/04/2018 à 22:45:36  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
22h30 : le pire est passé, je le sens. Je n’ai plus la tête qui tourne quand je me lève, et je me sens moins faible. Mon corps réclame moins et semble avoir renoncé à la nourriture. Ca ne veut pas dire que je ne rêve pas de patates, de pâtes, de céréales, d’épinards… Mais je sais que c’est mon cerveau qui gère ces envies, donc je ne céderai pas. Je ne sais pas quand rompre le jeûne, ça dépendra de mon état demain.

En vacances au pays des licornes
Profil : Citoyen
pineapple0103
  1. answer
  2. Posté le 10/04/2018 à 22:49:08  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Hello,

Je ne sais pas trop que penser de cette expérience.

D'un côté, le jeûne commence à intéresser de nombreux nutritionnistes. En général, il est conseillé de jeûner un jour par semaine.

Mais d'un autre côté, jeuner 5 jour, sans être suivi par un médecin, jusqu'à s'en sentir mal... c'est un peu de l'inconscience à mes yeux.

Pour rompre le jeûne, mange léger, un fruit en fin d'après midi, un potage aux légumes le lendemain...

Si tu as jeûné pour nettoyer ton corps, évite de l'encrasser avec des céréales chimiques. Quant au lait, il peut être difficile à digérer en temps normal, alors après avoir jeûné, j'éviterais.

Je te conseille de chercher un peu sur internet, il y a plein de sites qui donnent des menus pour reprendre une alimentation saine après un jeune.

Profil : Inconnu
ombelico
  1. answer
  2. Posté le 10/04/2018 à 23:03:30  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Je ne me sens pas "mal", ce sont juste les effets de la crise d'acidose. Je suis très informée et jeûne avec vigilance, toujours. Quant à ma réalimentation prochaine, je mangerai progressivement et légèrement pendant plusieurs jours afin de réhabituer mon corps à la nourriture.
En France les gens ne sont que très peu informés de la valeur thérapeutique du jeûne, mais des pays comme l'Allemagne et la Russie organisent des jeûnes de plusieurs semaines remboursées par sécu !
Les effets bénéfiques et curatifs sont incontestables, il suffit juste d'être à l'écoute de son corps, chose que le jeûne permet

Profil : Inconnu
ombelico
  1. answer
  2. Posté le 11/04/2018 à 11:13:44  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
5ème jour (11/04/2018)
Après une nuit agitée et courte (eh oui, il faut savoir que le jeûne ne me repose pas), je me sens parfaitement bien physiquement et mentalement (avec de légers gargouillements néanmoins) et pas prête encore à rompre le jeûne. Je sens que mon corps se libère des toxines, et surtout je sens que j'ai passé le pire (crise d'acidose hier; état de faiblesse générale, tête qui tourne, inconfort et nausées). Mon corps s'est enfin habitué, après 4 jours, à ne pas se nourrir d'aliments externes mais bien des lipides et des protéines déjà présentes dans mon corps !

Je ne romprai pas le jeûne avec des aliments chimiques, c'est promis ! Je me suis bien renseignée... et commencerai avec un fruit, ou un légume, en augmentant au fur et à mesure les doses.
Message édité par Ombelico le 11/04/2018 à 11:17:29
En vacances au pays des licornes
Profil : Citoyen
pineapple0103
  1. answer
  2. Posté le 11/04/2018 à 11:23:39  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Ok, tu me rassures!

Je n'avais jamais entendu des jeûnes remboursés! Mais je pense qu'en Russie, c'est lié à la religion orthodoxe. En se fiant strictement au calendrier religieux, il y a plus de jours avec une alimentation spéciale (que ce soit jeûne complet ou alimentation sans viande, sans poisson ou sans matière grasse) que de jours, où tu peux manger de tout!

(Publicité)
Profil : Animatrice
aenere
  1. answer
  2. Posté le 11/04/2018 à 13:22:57  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Je suis comme Pineapple0103, un peu perplexe.

Je ne connais pas le jeûne, mais je sais que les régimes drastiques (<700 kcal/jour voire pire) sont mauvais par la santé. Dans un premier temps, tu perds ta graisse, c'est en général ce que l'on veut. Mais par la suite, l'organisme se met à grignoter les muscles, et les organes, et c'est pas top. En plus, dès le régime terminé, dès qu'on remange un peu plus, le corps va vite se remettre à faire des réserves de graisse, pour prévenir d'une prochaine famine. Les muscles, eux, ne reviennent que plus difficilement.

C'est pour ça que ça me laisse dubitative. Ton jeûne va durer combien de temps ?

Profil : Inconnu
ombelico
  1. answer
  2. Posté le 11/04/2018 à 14:27:26  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Rien à voir avec la religion (sur le coup), mais à voir avec la santé et la thérapie suite à des expériences scientifiques menées depuis un siècle vers le lac Baikal !
Je te conseille fortement de regarder ce reportage très bien fait sur ce sujet : https://www.youtube.com/watch?​v=kavUgYVQEKM

Bien à toi :-)

Profil : Inconnu
ombelico
  1. answer
  2. Posté le 11/04/2018 à 14:30:04  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Suite du 5ème jour :
J'ai une énergie de malade et une humeur excellente ! Ni faiblesse, ni tête qui tourne, ni nausées; rien ! Je me suis activée depuis mon réveil à 10h30, je fais le ménage, range les placards, et me mets à des activités artistiques
Je n'ai pas faim, ni soif (mais je bois quand même pour évacuer les toxines). J'ai en revanche perdu beaucoup de poids, mais ça ne me change pas de d'habitude car j'ai souvent des périodes où je maigris sans raison particulière (hormones, ou état d'esprit).

Profil : Inconnu
ombelico
  1. answer
  2. Posté le 11/04/2018 à 19:07:01  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
J’ai décidé de rompre le jeûne demain matin car mon amoureux arrive ainsi que ma famille qui vient me voir, donc ça va être restau à gogo. J’ai quelques jours pour réhabituer mon estomac à manger, même si sincèrement, je n’ai aucune envie de rompre le jeûne et n’ai ni faim ni soif(le contraire d’hier ; ou comment passer d’un extrême à un autre)… mais pour me motiver j’ai fait les courses : du lait de soja biologique, des épinards bio, des céréales bio sans sucre que je mangerai avec des kiwis…

Profil : Inconnu
ombelico
  1. answer
  2. Posté le 12/04/2018 à 10:19:00  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
6ème jour (12/04/2018) – rupture du jeûne
Pas sommeil, me suis quand même forcée à dormir… mais nuit courte et hyper agitée avec des rêves fiévreux, réveillée à 4h et impossible de me rendormir. Toujours pas sommeil.
Pas au top de la forme aujourd'hui même si physiquement j'ai bonne mine. De toute façon, je romps le jeûne dans quelques heures, quand mon copain arrive. Au menu ce sera des patates bouillies...
J'avoue que même si j'ai des "gargouillements", j'aurais moins tendance à sauter sur la nourriture comme j'aurais fait avant... J'espère que ça durera, et de toute manière, même si je romps le jeûne précipitamment, ça m'a motivée à en faire un plus long étant donné que cette expérience a prouvé que j'en étais capable ! surtout si on considère que mes deux derniers jours ne consistaient qu’à boire de l’eau (et à peine 1L).
Donc... si je devais faire un bilan...
Message édité par Ombelico le 12/04/2018 à 10:19:22
(Publicité)
Profil : Inconnu
ombelico
  1. answer
  2. Posté le 12/04/2018 à 10:34:08  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
BILAN
Les +
- Détoxination du corps et de l’esprit : plus tranquille et sereine, j’ai repoussé mes limites et ai su écouter mes véritables besoins et aller à l’encontre des faux désirs de nourriture ; ça rend fier de soi.
- J’ai pris du temps pour moi et malgré les insomnies je me sens en forme et reposée, décrassée
- Me voilà affinée, perte des mauvaises graisses (je n’étais déjà pas grosse… 1m70 pour 58kg en général)
- Ma peau est plus douce, mes ongles plus beaux et solides
- Je n’ai pas perdu en masse musculaire (et en suis heureuse)
- Je verrai les autres résultats durant la réalimentation
- Je connais mieux mon corps et saurai continuer en prendre soin, même si j’ai trouvé avoir une bonne santé car je n’ai pas eu de réactions extrêmes comme on peut le lire dans les témoignages de la plupart des jeûneurs, ni de symptômes alarmants (je n’ai eu l’urine très foncée que lors de ma crise d’acidose, et ma langue n’est pas si blanche que ça… Mais bon, peut-être aurais-je eu d’autres symptômes si le jeûne avait perduré.
- Ça ne m’a pas du tout empêchée de m’activer, au contraire.
Les –
- C’est très dur de se priver de nourriture quand on a l’habitude d’un mode de vie rythmé par les repas, même si mes repas n’ont jamais été réguliers ces dernières années…
- La nourriture est OMNIPRESENTE partout où je vais, et dans tout ce que je fais (surtout les réseaux sociaux que je vous conseille de délaisser pendant la durée du jeûne, surtout durant les premiers jours)
- On perd un peu de patience et d’énergie pour autrui, mais je pourrais tout aussi bien le mettre dans les + car c’est parfois bon de se recentrer un peu sur soi.
- On perd en sociabilité bien sûr. C’est un temps de repos qui nécessité d’être dans un environnement serein et sain, loin du bruit et de l’agitation. Je vous conseille donc de mettre en suspend votre travail ou autre pour éviter le stress (qui empêche la dimension thérapeutique du jeûne).
- Mais surtout… LES NUITS. Moi qui ai l’habitude de dormir 10h/nuit et de me lever à midi, ça me fait tout bizarre de ne pas avoir sommeil et me suffire que de quelques heures pour être d’aplomb le lendemain…
- Ce qui m’amène au dernier point négatif : le temps est LONG. Donc occupez-vous… regardez des forums, des reportages, des articles sur le jeûne m’a beaucoup aidée à 1) passer le temps 2) rester motivée et donc ne pas craquer.

Je vous tiens au courant pour ma réalimentation + si je fais un jeûne plus long. En attendant, je vous le recommande complètement (même si c'est mieux de le faire avec une personne qui vous est chère)

Bien à vous, et à bientôt ! :-)

Profil : Notable
libertarien
  1. homepage
  2. answer
  3. Posté le 26/04/2018 à 03:22:37  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Désolé par avance d'être aussi direct, mais c'est du pure bullshit. Ca a deja fait l'objet d'etudes cliniques en large et en travers, le jeûne ne trouve bénéfice que lorsqu'il prends une forme intermittente sur des fenêtres de 16 à 20h et n'apporte pas vraiment plus niveau santé qu'une 'calorie restriction'. Pour ceux qui ont déjà une alimentation équilibrée et une pratique sportive régulière, le jeune ne risque pas d'apporter grand chose (rien en fait).

Le jeune 'detox', c'est juste d'un énième phénomène un peu hype de gens profondément ignorant du sujet des biotranformations hépatiques et rénales. Le foie, qui est un organe très complexe, s'occupe déjà de purifier l'organisme. Il n'a pas besoin d'être affaibli avec des fasting à la con: tu serais morte d'une encéphalopathie hépatique depuis belle lurette si il avait failli a sa mission. Cette hype, c'est à l'instar des poncifs autour du bio, du chimique vs naturel, de la pretendue viande rouge cancérigène, ou d'autres balivernes.

Ce jeûne aide surtout à la déshydratation car induit une carence en sodium qui stoppe la préservation des fluides dans l'organisme. L'arrêt des apports caloriques conduit à une diminuation du métabolisme, une rétention des graisses comme mécanisme de survie, pour preserver le seul stock de glycogène a present disponible.
Le corps compense l'absence d'ingestion de protéines en autophageant ses propres tissus musculaires (état catabolique), décomposant ces protéines musculaires en acides aminés.

De plus, une hypovitaminose en B1 et une déficience en électrolytes peuvent conduire à terme à une insuffisance cardiaque ou une insuffisance rénale aiguë.

Je vois pas trop ce qu'il y a de positif dans tout ça.

Elle vient d'où cette idée de jeûne remboursé par la sécu sinon ? J'ai vécu en Russie, je parle russe, je veux bien des sources officielles en russe. No offence, mais je suis sur que si j'en parle à des amis russes, ils vont taper des barres.


---------------
- Do you know the difference between an error and a mistake, Ensign?
- No, sir.
- Anyone can make an error, Ensign. But that error doesn't become a mistake until you refuse to correct it.

- Grand Admiral Thrawn
Profil : Inconnu
ombelico
  1. answer
  2. Posté le 26/04/2018 à 08:33:59  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Bonjour,
Ton intervention est intéressante, quoiqu'un peu dogmatique, et c'est avec plaisir que j'y réponds.
Il y a une peur très présente autour du jeûne que j’ai du mal à comprendre, c’est limite un tabou dans notre société où l’on ne cesse jamais de s’alimenter. Mais bon, quand on pense que certains remettent encore en cause le fait que la terre soit ronde... Ça n'a effectivement rien de surprenant.
Le fait est que nous vivons dans un monde où la nourriture régit notre mode de vie : minimum 3 repas par jour, et ce même quand on est malades et que l'enfant proteste malgré tout en affirmant qu'il n'a pas faim. On s’alimente en permanence et on ne laisse jamais à notre corps le temps de faire son travail, un travail de nettoyage indispensable pour notre bon fonctionnement (le foie en fait partie ; sollicité en permanence lui aussi, un nettoyage du foie est indispensable pour qu'il puisse faire son boulot à merveille à nouveau). Lorsque notre corps est privé de nourriture, il déclenche naturellement le processus de nettoyage. Il va s’auto-nourrir en se servant en premier des cellules abimées, il les mange et en même temps en crée de nouvelles qui sont saines. N’est-ce pas magique ? Le corps est une pure merveille de la vie et c’est dommage de passer à côté de cet outil. Jeûner est un acte logique. Il suffit de s’imaginer des milliers d’années en arrière. Nous sommes dans la nature, il y a forcément des jours où nous ne trouvions pas de nourriture. On peut rester plusieurs jours sans rien trouver avant de tomber enfin sur un arbre fruitier ou d’autres éléments de la nature qui peuvent nous nourrir. Le corps est fait pour jeûner, c’est un fait.

Quand au fait que les russes soient mieux au courant que nous sur le jeûne, c'est aussi un fait. Les expériences de jeûnes ont presque toutes été initiées là-bas dès le début du 20ème siècle et approfondies dans les années 50 : incontestablement, le jeûne a soigné des milliers de personnes qui désespéraient de pouvoir guérir un jour, et qu'on assomait de médicaments à la con qui ne soignent pas mais ne font qu'écraser des symptômes qui sont justement là pour alerter l'individu de son état. Les médicaments qu'on nous prescrit affaiblissent lentement notre système immunitaire dont on ignore les ressources, alors qu'il suffirait d'écouter son corps et d'arrêter de bouffer. C'est tabou, oui. Parce que les gens font des amalgames ; mais jeûner N'EST PAS renier la science et tous les progrès jusqu'ici. Mais jeûner EST une ressource naturelle de notre métabolisme, et l'erreur intrinsèque serait de cracher dessus.
No offense bien sûr.
Si tu es ouvert au débat, regarde le reportage "Le jeûne, une nouvelle thérapie" de Thierry Lestrade que tu peux trouver sur Arte ou YouTube
Message cité 1 fois
Profil : Notable
libertarien
  1. homepage
  2. answer
  3. Posté le 26/04/2018 à 16:31:37  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 

Ombelico a écrit :

Bonjour,
Ton intervention est intéressante, quoiqu'un peu dogmatique, et c'est avec plaisir que j'y réponds.
Il y a une peur très présente autour du jeûne que j’ai du mal à comprendre, c’est limite un tabou dans notre société où l’on ne cesse jamais de s’alimenter. Mais bon, quand on pense que certains remettent encore en cause le fait que la terre soit ronde... Ça n'a effectivement rien de surprenant.
Le fait est que nous vivons dans un monde où la nourriture régit notre mode de vie : minimum 3 repas par jour, et ce même quand on est malades et que l'enfant proteste malgré tout en affirmant qu'il n'a pas faim. On s’alimente en permanence et on ne laisse jamais à notre corps le temps de faire son travail, un travail de nettoyage indispensable pour notre bon fonctionnement (le foie en fait partie ; sollicité en permanence lui aussi, un nettoyage du foie est indispensable pour qu'il puisse faire son boulot à merveille à nouveau). Lorsque notre corps est privé de nourriture, il déclenche naturellement le processus de nettoyage. Il va s’auto-nourrir en se servant en premier des cellules abimées, il les mange et en même temps en crée de nouvelles qui sont saines. N’est-ce pas magique ? Le corps est une pure merveille de la vie et c’est dommage de passer à côté de cet outil. Jeûner est un acte logique. Il suffit de s’imaginer des milliers d’années en arrière. Nous sommes dans la nature, il y a forcément des jours où nous ne trouvions pas de nourriture. On peut rester plusieurs jours sans rien trouver avant de tomber enfin sur un arbre fruitier ou d’autres éléments de la nature qui peuvent nous nourrir. Le corps est fait pour jeûner, c’est un fait.

Quand au fait que les russes soient mieux au courant que nous sur le jeûne, c'est aussi un fait. Les expériences de jeûnes ont presque toutes été initiées là-bas dès le début du 20ème siècle et approfondies dans les années 50 : incontestablement, le jeûne a soigné des milliers de personnes qui désespéraient de pouvoir guérir un jour, et qu'on assomait de médicaments à la con qui ne soignent pas mais ne font qu'écraser des symptômes qui sont justement là pour alerter l'individu de son état. Les médicaments qu'on nous prescrit affaiblissent lentement notre système immunitaire dont on ignore les ressources, alors qu'il suffirait d'écouter son corps et d'arrêter de bouffer. C'est tabou, oui. Parce que les gens font des amalgames ; mais jeûner N'EST PAS renier la science et tous les progrès jusqu'ici. Mais jeûner EST une ressource naturelle de notre métabolisme, et l'erreur intrinsèque serait de cracher dessus.
No offense bien sûr.
Si tu es ouvert au débat, regarde le reportage "Le jeûne, une nouvelle thérapie" de Thierry Lestrade que tu peux trouver sur Arte ou YouTube
Afficher plus
Afficher moins


Il n'y a pas de peur, le jeune est une pratique beaucoup plus étudiée que tu semble le présenter. Ici une publication dans Cell, une revue médicale top tiers.

L'étude souligne le rôle du jeûne intermittent dans la réduction du stress oxydatif et des inflammations, renforce la protection cellulaire, optimise les réactions endo et exoénergétiques, promeut la dégradation des lipides par cétogénèse. Les chercheurs parlent d'applications du jeune notamment chez les sujets en surpoids ou sédentaires pour améliorer leur sensibilité à l'insuline (prévenir le diabète), réduire l'hypertension, améliorer la prévention, protéger l'ADN de lésions potentielles, etc.
Donc, pas de dogmatisme.

Ainsi, on peut conseiller le jeûne intermittent sous supervision médicale comme solution pour un type de population comme on pourrait conseiller la restriction calorique. Néanmoins, ne plus s'alimenter pendant plusieurs jours ou ne boire que de l'eau (water fasting) ou presque est néfaste pour l'organisme

Ton raisonnement est simpliste, le foie n'est pas une bagnole, on lui fait pas faire une vidange et ça repart. Les réactions cataboliques et anaboliques du foie sont très complexes, et nécessite l'ingestion de précurseurs pour assurer ses fonctions.

Le foie a par exemple besoin d'acides aminés qui ne sont pas stockés dans l'organisme pour assurer certaines missions essentielles comme la conversion de l'ammoniaque, toxique, issue de la flore intestinale, en urée. Ne plus s'alimenter conduit à une carence, d'où la dégradation forcée des protéines issues des tissus musculaires.
La vitamine K est aussi indispensable à la coagulation du sang et éviter la formation de thrombose (caillot sanguin), responsable d'AVC ischémique, d'embolie pulmonaire, d'infarctus du myocarde. Or, elle est très peu stockée par l'organisme et doit être apportée régulièrement par l'alimentation.
Le jeûne sur une longue période est la 3ème cause d'hypokaliémie ou insuffisance de potassium, responsable de la dégradation du système nerveux, du bon fonctionnement du coeur, et ironiquement de la sécrétion de la bile produit par le foie, pour précisément filtrer les toxines du corps.
Le potassium bien que conservé dans les cellules sous forme de cations pour assurer l'équilibre hydro-électrolytique n'est pas réellement stocké comme les lipides pour une utilisation future (et donc réservé et utilisé en continue pour cette fonction), et une alimentation régulière est nécessaire pour maintenir un niveau correct de potassium disponible dans le corps.

Sur ces 3 exemples, on voit bien les conséquences nocives qu'un jeûne prolongé (i.e + de 72h, le tien a duré plus de 6 jours) pourrait constituer, notamment sur la filtration des toxines.


Hmm.. tu tiens vraiment à qu'on compare l'espérance de vie de l'homo sapiens nomade et celle de l'homme moderne ?

Parler de médicaments en général n'a pas de sens, si tu ne précise pas quelle molécule tu parles, le dossier médical du patient, le contexte d'utilisation de la molécule, etc, tant les maladies et les individus sont spécifiques

Tu as l'air d'opérer une fausse séparation entre naturel et chimique, qui n'existe pas. Tout est composé de mêmes atomes qui reviennent souvent, sur une base carbone, et il n'est pas rare que ces médicaments soient synthétisés à partir d'organismes existants dans la nature.

Ca me rappelle lorsque ma mère a eu un cancer, mon frère n'arrêtait pas de parler de la nocivité des produits utilisés en chimiothérapie, des labos, de traitement naturels, ce type de trucs. Il a fallu que je l'informe que le docétaxel, agent chimiothérapeutique de 1ère ligne préconisé par l'oncologue était extrait de l'if européen, un arbuste qui poussait dans notre jardin lorsqu'on était petits.
Comme les médicaments anti-paludiques issus des plantes astéracées, la lovastatine pour lutter contre le cholestérol d'une variété de riz, le nitisinone provenant d'une plante du bush australien pour traiter la tyrosinémie, et j'en passe.

A croire que les gens ont oublié d'où venaient les pénicillines.

On peut parler du bienfaits du jeûne intermittent sous supervision médicale dans des contextes qui s'y prête, cependant, ces miracles de huit jours sans bouffer.. disons poliment que j'y croirais quand ce sera validé par plusieurs études représentatives en double aveugle.


---------------
- Do you know the difference between an error and a mistake, Ensign?
- No, sir.
- Anyone can make an error, Ensign. But that error doesn't become a mistake until you refuse to correct it.

- Grand Admiral Thrawn
(Publicité)
 Page :
1

Ajouter une réponse
Aller à :
 

Sujets relatifs
Mal dans mon corps depuis mon plus jeune âge : Obésité je jeûne et j'ai l'impression de prendre
Ventre et maillot de bain Jeûne 12 jours
Plus de sujets relatifs à : Mon expérience de jeûne (et bain dérivatif?)

Les 5 sujets de discussion précédents Nombre de réponses Dernier message
Perte de poids 1
Crise de boulimie non vomitive help 1
je mange des penis 22
Surpoids de l’adolescente 11
Bio, local, petits producteurs et Zéro Déchet 1