FORUM Ados-Sante

|-  Coups de blues

||-  

Suicideriez-vous ?

 

liste des connectés  Lancer une recherche S'inscrire S'identifier Répondre à cette discussion Créer un nouveau message
 

Ajouter une réponse

 
Page photos
 
 Mot :  Pseudo :  
Vider la liste des messages à citer
 
 Page :
1
Auteur
 Sujet :

Suicideriez-vous ?

Prévenir les modérateurs en cas d'abus 
Profil : Inconnu
oculus298
  1. answer
  2. Posté le 14/09/2018 à 20:34:51  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Imaginons.

Vous voilà là bienvenue dans un monde, le nôtre, en tant qu'être humain. Comme tout être vivant, vous découvrez la vie, le monde, vous grandissez. Vous n'avez pas l'air anormal. Vous avez une famille, des parents, peut être même des frères et soeurs ? Passons. Vous avez aussi vos premiers copains, vous allez à l'école, vous réussissez bien. Vous semblez être une bonne personne et tout vous semble bien se passer pour vous.

Mais un jour, tout changea. Vous réalisez que petit à petit, vous perdez vos amis, vos proches.. plus le temps passe et moins vous en avez. Ils commençent chacun à construire leur vie mais pour une raison que vous ignorez il ne se passe rien dans la votre. Plus personne ne s'intéresse à vous... Et vous voilà partis pour vivre seul. 1 an. 10 ans. 20 ans.. Vous qui pensiez pouvoir fonder une famille, donner la vie, chérir la personne qui compte le plus à vos yeux.. et à qui vous comptez autant bien sûr. Et bien quoi que vous fassiez, pour vous rendre intéressant, rencontrer la bonne personne, faire des efforts, persévérer.. Rien n'y fait, vous ne trouverez jamais.
Vous qui passiez des anniversaires, des noëls mémorables dans votre enfance.. que sais-je ? Vous êtes condamnés à les passer seul, sans personne avec qui passer un bon moment. Votre rituel est le suivant: Vous vous levez, seul. Vous allez travailler.. vous mangez, seul. Bref, je vais pas non plus énumérer tout ce que l'on fait dans une journée. Et supposons, mes amis, que dans la peau de la personne qui vivrait cela, vous ne supportez pas la solitude.

Ma question est la suivante: Vous suicideriez-vous ?
Si OUI: Pourquoi ? Que ressentez-vous en vous imaginant être cette personne ? Auriez-vous une idée de ce qu'il ressent ?
Si NON: Pourquoi ? Que feriez-vous ? Si vous étiez cette personne, comment le viveriez-vous ? De même , auriez-vous une idée de ce qu'il ressent ? Que pensez-vous des personnes qui diraient OUI ? Et qu'est-ce que vous leur diriez ?

À vos claviers !
Message édité par Oculus298 le 14/09/2018 à 20:36:40
(Publicité)
C'est assez banal.
Profil : Citoyen
sorgsen
  1. answer
  2. Posté le 15/09/2018 à 11:51:19  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
je dois avouer que c'est un sujet très intéressant mais j'ai peur d'être maladroit

d'abord je trouve que c'est difficile de se faire une idée de la vie entière de cette personne, on sait seulement qu'elle vit seule et n'a pas de liens amicaux avec ses collègues sur son lieu de travail et que ça la rend mal. on ne sait pas si elle a des problèmes de santé, si elle fume, boit ou se drogue, si elle a perdu quelqu'un de très important, si elle a une passion, si elle a un animal de compagnie, si elle a déjà beaucoup vécu, si elle a la motivation de tenter d'arranger les choses... bref, tant de choses qui peuvent influencer la décision de se suicider ou non

mais de façon générale, je pense que cette personne, comme tout un chacun, peut penser au suicide à un moment de sa vie et mettre cette pensée à exécution - et le réussir ou non

dans le cas où elle n'a plus l'impression d'avancer dans sa vie, que ses forces l'ont petit à petit abandonnée, qu'elle commence à se faire vieille et qu'elle a l'impression d'avoir vécu tout ce qu'elle avait à vivre, qu'elle n'a ni motivation ni détermination pour tenter de trouver une personne à qui s'accrocher, aucune passion vive telle que l'écriture, aucun être à aimer ou si aimer la fait souffrir... dans ce cas-là, si j'étais cette personne, oui, je prendrais la décision de me suicider, et je prendrais cette décision uniquement car j'aurais la conviction d'avoir fait ce que j'avais à faire et qu'il n'y avait plus rien à vivre, que, de toute façon, je n'ai jamais demandé à vivre et qu'il vaut mieux en finir plutôt que d'en souffrir et rester sans espoir. cette personne ne ressentirait alors aucune peur au moment de partir, seulement un soulagement, celui d'accéder à un repos bien mérité et de retourner à la terre et la poussière

c'est pour ça, je pense, que j'ai extrêmement du mal à pointer le suicide comme quelque chose de mauvais et à décourager les gens absolument décidés à en finir - je parle donc bien de ceux qui n'en ont aucunement peur et ne renvoient aucun signe qui dirait "aidez-moi je vais me tuer sinon". ces gens-là, je leur dirais plutôt - si j'apprenais leur plan évidemment - : "si tu penses que tu n'as plus rien d'intéressant à vivre, que tu as fait ce que tu avais à faire, d'accord". mais avec cette pensée-là, j'ai l'impression d'être un fils de pute qui veut pousser et encourager les autres à se suicider, en plus d'être en tort aux yeux de la loi car il me semble que je serais alors en situation de non-assistance à personne en danger

que penser de ma vision du suicide dès lors ? je suis amplement confus par ce sujet, mais aussi inexorablement intéressé par ce que les autres pourraient en penser

content d'avoir pu m'exprimer en tout cas !


---------------
och glömska, glömska av stora synder och stora sorger,
det ger endast havet, och absint!
En vacances au pays des licornes
Profil : Notable
pineapple0103
  1. answer
  2. Posté le 15/09/2018 à 17:57:50  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
A mes yeux, le suicide ne doit être utilisé qu'en dernier recours, en cas de douleur physique ou psychique intolérable. Tout simplement parce que je ne crois pas au fait qu'une personne puisse froidement décider qu'elle n'a plus rien à vivre. On n'a jamais tout donné et on n'a jamais tout reçu. Et plus encore, on peut avoir l'impression que notre disparition n'affectera pas grand-monde, mais ce n'est jamais le cas. Ne serait-ce que la famille qui a investi tant de temps à te donner tout son amour, son temps. Certes, il est possible d'être en froid avec ses géniteurs, mais c'est pas pour autant qu'ils souhaitent notre mort ou même qu'ils s'en remettront sans problèmes.
Pour résumer, je trouve que le suicide n'est pas une solution.

Qu'aujourd'hui, on a énormément de moyens pour faire en sorte que les gens aille mieux, en terme de médicaments, thérapies, encadrement, mais que bien trop peu de gens osent parler de leur problèmes et réclamer de l'aide.

Profil : Inconnu
oculus298
  1. answer
  2. Posté le 15/09/2018 à 19:38:32  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Merci pour vos réponses.

Effictivement il faut prendre beaucoup de choses en considération. On peut considérer que j'ai posé toutes les problématiques et que par conséquent il n'y en a pas d'autres comme les problèmes de santé, financiers etc...

La condamnation à la solitude commence à l'âge adulte. La personne vit donc seule en étant relativement jeune jusqu'à vieillir..
Mais alors, dans cette situation, la personne doit-elle décider de mettre fin à ses jours relativement tôt, en pensant qu'elle n'a déjà plus rien à vivre et que la vie ne veut plus rien lui offrir, ou doit-elle quand même vivre dans la solitude ? Est-il vraiment nécessaire qu'elle attende de vieillir avant de décider de se suicider ?
Personnellement, si j'étais cette personne et que je vieillissais, je finirai par me dire que je souhaiterais de tout coeur revenir en arrière et vivre ce que la vie n'a jamais voulu m'offrir.. Est-ce là pour toi une phase d'acceptation ou d'appréhension de la mort ? (J'ai déjà une petite idée de la réponse.)

Autre fait: Tu dis encourager quelqu'un à mourir si vraiment il sait qu'il a vécu tout ce qu'il avait à vivre. Imaginons que ça se réalise un jour, et que la personne à qui tu avais dit ça meurt dans les jours qui suivent. Penses-tu pas que tu le regretterais ?

D'un autre côté on a un avis contraire au précédent, disant que l'on a jamais tout reçu. Mais que pourrait recevoir une personne telle que je l'ai cité ?

Si tu étais cette personne, tu demanderais de l'aide.. mais comment ferais-tu si personne ne te tendais la main ? S'il n'existe personne pour te rendre plus heureuse ? Tu continuerais à demander de l'aide, et tu vivrais, jusqu'au bout, en te droguant afin de penser que ta vie vaut la peine d'être vécue alors que tu n'as rien reçu de ce que tu voulais recevoir ?

C'est assez banal.
Profil : Citoyen
sorgsen
  1. answer
  2. Posté le 15/09/2018 à 22:03:02  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
je ne sais pas. je tolère la solitude et j'ai du mal à savoir si dans son cas j'attendrais de vieillir avant de songer à me suicider. je pense quand même que oui, car je voudrais m'assurer de n'avoir plus grand chose à vivre... mais qui sait en réalité ce que je ferais si je me retrouvais dans cette situation ?

je ne comprends pas très bien ta question concernant l'acceptation ou l'appréhension de la mort

je tiens à nuancer : je n'encourage en réalité personne à se suicider. j'ai du mal à décourager une personne qui y a mûrement réfléchi et ne renvoie pas d'appel à l'aide à travers ses idées suicidaires, mais je ne l'encourage pas pour autant. je pense que c'est surtout que j'accepte, que je n'arrive pas à me convaincre que j'ai mon mot à dire. un "je respecte ton choix", mais bon. je ne suis pas génial de ce côté-là, je pense

mais du coup non je ne regretterais pas. ou du moins je ne pense pas. je ne sais pas. dans le cas où je sais avoir juste respecté sans avoir encouragé son choix, je ne me sentirais pas coupable et n'aurais pas regretté de lui avoir dit que j'accepte son choix sans en dire davantage. si la personne le veut vraiment, y a réfléchi dans le calme, sans être sous l'emprise d'angoisses, de peurs, de troubles mentaux qui altéreraient son jugement et ses décisions osv., je serais bien sûr touché de son départ mais je ne pense pas que je m'en voudrais de ne pas l'avoir à tout prix empêchée. je ne sais même pas si j'aurais pu l'en dissuader, moi ou une quelconque autre personne d'ailleurs

mais encore une fois, qui sait réellement ce que je ferais et comment je réagirais ? je ne peux que supposer


---------------
och glömska, glömska av stora synder och stora sorger,
det ger endast havet, och absint!
Profil : Notable
libertarien
  1. homepage
  2. answer
  3. Posté le 16/09/2018 à 00:26:59  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
L'erreur, c'est déjà de penser que c'est les autres qui peuvent vous rendre heureux. C'est faux.
Un pote qui fêtait la naissance de son fils il y a 2 ans vient d'entrer en dépression à cause de la pression d'être jeune parent, il boit pour tenir le coup. Il y a pas longtemps, un autre m'a appelé parce qu'il était au fond après la rupture d'une relation de 4 ans qui était partie pour durer. Ces situations à priori de 'bonheur' ont toutes une facette négative qui finie par surgir et tape de plein fouet.
Lao Tzu l'avait très bien compris lorsqu'il a écrit:

Citation :


If something looks beautiful to you, something else must be ugly.
If something seems good, something else must seem bad


Je changerai le rapport que j'ai avec mes pensées, car le problème, ce ne sont pas ces situations en tant que telles, mais les pensées que nous éprouvons par rapport à ces situations. Je pense qu'il n'y a pas de choses plus importantes dans la vie que de modifier le rapport avec notre flow de pensées quotidien.
Message édité par libertarien le 16/09/2018 à 00:48:49

---------------
- Do you know the difference between an error and a mistake, Ensign?
- No, sir.
- Anyone can make an error, Ensign. But that error doesn't become a mistake until you refuse to correct it.

- Grand Admiral Thrawn
Vivre plus fort
Profil : Quidam
oaril
  1. answer
  2. Posté le 23/09/2018 à 18:04:39  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
J'ai du mal à me projeter, je ne sais pas vraiment comment je réagirais si j'étais cette personne et que je vivais cette situation. D'un côté, j'aurais envie d'en finir, d'anéantir cette vie qui n'est que souffrance. Et d'un autre côté, j'aurais peur de passer à l'acte. Peut-être que je continuerais à espérer et que ça m'empêcherait de me suicider. Mais j'aurais avant tout peur de la mort. Et je pense que je serais prisonnière entre cette envie d'en finir et cette peur d'en finir. Je suis incapable de déterminer quelle décision j'aurais prise.

Si une personne faisait le choix de se suicider, je ne trouverais ça ni lâche, ni courageux. J'éprouverais de la tristesse sans pour autant approuver ou désapprouver son acte.


---------------
"C'est la vie que je prends pour une plaisanterie. La vôtre, la mienne, celle de tout un chacun."
(Publicité)
je ne me travesti pas
Profil : Légende
smarloumissnitemuse
Sur mon blog :
  1. answer
  2. Posté le 02/11/2018 à 22:48:40  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Je me renfermerai surement dans les animés mangas qui m'ont déjà bien bien aidé il y'a de cela 9 ans je continuerai à vivre pour la culture car apparemment on voudrait pas de moi :o.


---------------
celui qui répondra après moi ne deviendra jamais légendaire mais aura une gastro dans l'année. Ceux qui ont déjà ce statut auront toujours une gastro et passeront leurs journées ici


Smarlou (conseiller de la chef) , Mblumière (mon pote excité) , petitecroute (ma sœur de coeur) , Chloédéco (chef et perturbante) , labelleraison (ma diablesse)
Profil : Inconnu
oculus298
  1. answer
  2. Posté le 03/11/2018 à 22:29:29  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Merci pour vos réponses..

smarloumis​snitemuse tu as su trouver une solution qui te convienne, disons.. Pour ma part j'aurais eu tendance à dire ce qu'Oaril a dit.

(Publicité)
 Page :
1

Ajouter une réponse
Aller à :
 

Sujets relatifs
Plus de sujets relatifs à : Suicideriez-vous ?

Les 5 sujets de discussion précédents Nombre de réponses Dernier message
Besoin qu'on me lise?? Comment faire ?? L'impression d'être seule ?? 2
URGENT 3
Je suis trop emphatique c’est horrible 1
Automutilation/suicide mon histoire 1
Je me suis battu avec mon pote hier 1