liste des connectés  Lancer une recherche S'inscrire S'identifier Répondre à cette discussion Créer un nouveau message
 

Ajouter une réponse

 
Page photos
 
 Mot :  Pseudo :  
Vider la liste des messages à citer
 
 Page :
1  2  3  4  5  6  7  8
Dernière Page
Page Suivante
Page Précédente
Première Page
Auteur
 Sujet :

Auto-mutilations et scarifications : racontez votre histoire!

Prévenir les modérateurs en cas d'abus 
Un oeil , la fenêtre de l'âme ?
Profil : Citoyen
aaaaa11
  1. answer
  2. Posté le 14/09/2014 à 20:36:54  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Reprise du message précédent :
Chaque expérience est différente. Moi, au début, je me coupais juste pour ressentir quelque chose, voir que je contrôlais mon corps. Puis après, je me coupais parce que j'allais mal. Après je vais pas tout redire , j'ai déjà écris un post un peu plus haut.
Message cité 1 fois

---------------
Parce que ça y est , je m'ennuie tellement que j'ai décidé de faire (presque) comme tout le monde : http://ask.fm/alisthings

Si tu t'ennuies à lire ceci, tu peux toujours passer par là : http://alisthingsworld.tumblr.com/
(Publicité)
Ynès *_*
Profil : Etranger
saouipdsqm
  1. answer
  2. Posté le 14/09/2014 à 21:24:53  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 

Aaaaa11 a écrit :

Chaque expérience est différente. Moi, au début, je me coupais juste pour ressentir quelque chose, voir que je contrôlais mon corps. Puis après, je me coupais parce que j'allais mal. Après je vais pas tout redire , j'ai déjà écris un post un peu plus haut.
Afficher plus
Afficher moins

Et bien tu a énormément de courage .
Moi quand je vais mal , je vais voir ma soeur , mes amie , ma cousine et elles me font sourrire et toi tu te coupe ?

Je suis trop curieuse moi x)

Un oeil , la fenêtre de l'âme ?
Profil : Citoyen
aaaaa11
  1. answer
  2. Posté le 19/09/2014 à 18:49:31  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Non , cela fait un an et presque quatre mois que je ne me mutile plus.


---------------
Parce que ça y est , je m'ennuie tellement que j'ai décidé de faire (presque) comme tout le monde : http://ask.fm/alisthings

Si tu t'ennuies à lire ceci, tu peux toujours passer par là : http://alisthingsworld.tumblr.com/
éphemère
Profil : Citoyen
gabyli2010
  1. answer
  2. Posté le 28/11/2014 à 06:01:29  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
J'ai commencer a me mutilé il y a un an pour cause le harcelement, qui a durer la moitier de mon année de 4 eme, pendant la même année il y a eu de gros problémes de famille et personnes ne me parler de quoi que se soit et j'ai commencer a pensser que je ne servait a rien peu de tenps aprés ma meilleure a amie (qui savait se que je fesais) m'a abandoné car elle ne comprennait pas ce geste, mais d'autres amis m'on pris sous leurs ails malheureusement oils ont essauer de m'aider a arreter plusieurs fois sans succes puis les grandes vacances en rentrant je pensser recommencer sur des nouvelles bases mais les amis avec qui j'était rester pendant un an mon dit de ne plus rester avec eux parce en trautre : "tu ne sert a rien", "tu fais pitier" et finalement ma mere a vue plusieurs fois mais bras mais se ne m'a pas empecher de le faire en ce moment j'ai un copain qui est au courant mais qui habite trop loin pour faire quoi que se soit, des amis qui sont au courant mais qui ne comprenne pas en fin pas tous et ceux qui comprenne n'habite pas a coté du coup je n'en parle plus a personne et j'en suis au stade ou ces de pires en pires… je n'ai pas arreter.


---------------
anna je t'adore, je ferais tout pour toi ♥♥♥

la vie est un jeu, soit tu est le joueur soit le jouet.

~JAIACCDBYZ~ ♥
Absent depuis longtemps, je fais un tour
Profil : Quidam
anonymous37
  1. answer
  2. Posté le 01/01/2015 à 01:07:21  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
J'ai commencé aujourd'hui... Enfin, pas vraiment, j'avais déjà essayé une fois avant, mais je n'y avais pas mis suite... Mais là, je suis bien partie pour continuer...


---------------
Tous les matins je me réveille et je constate que tu n’est pas là à côté de moi. Tous les soirs je me couche et je constate que tu n’est pas là à côté de moi. Mais que ce soit le matin ou le soir, je constate que je pense toujours à toi malgré que tu ne sois pas là à côté de moi. Et comme chaque jour, je t’aime d’avantage, aujourd’hui plus qu’hier, et bien moins que demain.
  1. answer
  2. Posté le 13/01/2015 à 17:53:48  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
C'est une très longue histoire pour ma part.

Profil : Inconnu
leopoldine197870
  1. answer
  2. Posté le 30/12/2016 à 13:12:00  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
J'ai commencé à me mutiler il y a environ 2 mois et récemment, avant les vacances de noël, un prof a vu mes blessures qui saignaient. Il m'a envoyée à l'infirmerie mais l'infirmier n'était pas là alors il m'a envoyée à la Vie Scolaire en ordonnant à la fille qui m'accompagnait de montrer mon avant-bras à un adulte là-bas. Une surveillante à désinfecté ma plaie et m'a mit un bandage. Je suis remontée en classe et j'ai assisté à la fin du cours. Quand ça a sonné je suis partie à toute vitesse au cas où le prof voudrait m'en parler et je suis rentrée chez moi...

c'était un vendredi et vu que le lendemain j'avais cours avec lui j'avais très peur et j'ai même hésité à sécher. Finalement j'y suis allée et il n'a rien dit du tout. Il faisait comme si de rien n'était.

Alors je me suis dit qu'il n'avait pas fait attention ou qu'il ne comptait pas faire quoi que ce soit d'autre, sauf que le lundi, quand je suis arrivée au lycée j'ai été convoquée chez la CPE quo m'a posé des questions en confirmant que c'était bien ce prof qui lui avait rapporté cette histoire. Je n'ai pas voulu parler et elle m'a laissée partir.

Depuis il ne s'est rien passé, le prof fait comme si de rien n'était et mes parents n'ont apparement pas étés prévenus...

S'il vous plaît, à quoi dois-je m'attendre? Est-ce que c'est fini cette histoire à votre avis?
Merci d'avance pour vos réponses...
Message cité 1 fois
(Publicité)
Et on patine dans la gadoue/Sans jamais s'habituer
Profil : Etranger
moon-wilcox
  1. answer
  2. Posté le 11/01/2017 à 21:45:09  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 

Leopoldine197870 a écrit :

J'ai commencé à me mutiler il y a environ 2 mois et récemment, avant les vacances de noël, un prof a vu mes blessures qui saignaient. Il m'a envoyée à l'infirmerie mais l'infirmier n'était pas là alors il m'a envoyée à la Vie Scolaire en ordonnant à la fille qui m'accompagnait de montrer mon avant-bras à un adulte là-bas. Une surveillante à désinfecté ma plaie et m'a mit un bandage. Je suis remontée en classe et j'ai assisté à la fin du cours. Quand ça a sonné je suis partie à toute vitesse au cas où le prof voudrait m'en parler et je suis rentrée chez moi...

c'était un vendredi et vu que le lendemain j'avais cours avec lui j'avais très peur et j'ai même hésité à sécher. Finalement j'y suis allée et il n'a rien dit du tout. Il faisait comme si de rien n'était.

Alors je me suis dit qu'il n'avait pas fait attention ou qu'il ne comptait pas faire quoi que ce soit d'autre, sauf que le lundi, quand je suis arrivée au lycée j'ai été convoquée chez la CPE quo m'a posé des questions en confirmant que c'était bien ce prof qui lui avait rapporté cette histoire. Je n'ai pas voulu parler et elle m'a laissée partir.

Depuis il ne s'est rien passé, le prof fait comme si de rien n'était et mes parents n'ont apparement pas étés prévenus...

S'il vous plaît, à quoi dois-je m'attendre? Est-ce que c'est fini cette histoire à votre avis?
Merci d'avance pour vos réponses...
Afficher plus
Afficher moins



Il est possible en effet que tes parents soient prévenus et ce serait la meilleure solution tu sais...

J'ai commencé à me mutiler en quatrième. Il y donc plus de 5 ans. J'ai enchaîné avec une dépression sévère puis par du harcèlement (oui oui dans ce sens là) qui n'a fait qu'empirer ma dépression. Je suis ensuite passée à la Ts en 2nd, puis, pour arrêter de me scarifier, je suis passée par l'anorexie mi-seconde, la boulimie, re l'anorexie... tout en continuant à me mutiler. Fin 1ère pétage de plomb. Je me scarifie de manière ultra violente (je porte toujours les cicatrices) (je ne mange plus non plus, passe mon temps à faire des crises vomitives, pleure H24, ne pense qu'au suicide). 1ère hospitalisation en psychiatrie pour un mois. Suivie quelques mois plus tard de 8 mois en HdJ. Je vomis tous les jours, me scarifie quasi tous les jours.
Aujourd'hui je suis en clinique soin-étude
Parce que j'ai commencé un jour à me scarifier. Parce que j'ai décidé de sortir mes petits ciseaux de classe et de me faire une coupure en forme de V. Puis une deuxième. Peut être y en a t il eu une troisième. Je ne sais plus

Ça fait 5 ans que je suis là dedans. 5 ans que je ne m'en sors pas. 5 ans, avec longtemps les ciseaux de classe et les compas. Puis un jour le cutter. Les couteaux de cuisine. Les grosses coupures qui saignent beaucoup. Les cicatrices
Et surtout une autre addiction, le grattage. Je gratte mes croûtes. Depuis que je suis bébé. Je gratte tout. Les croûtes, jusqu'à ce que je n'ai plus rien à gratter. La moindre blessure met des mois à guérir. Je m'arrache aussi les peaux autours des doigts, je suis allée jusqu'à m'arracher l'ongle du pouce gauche, et des ongles d'orteils. Je m'arrache aussi les peaux dans la bouche.
J'ai vu l'inquiétude dans les messages de mes amis. La peur dans les yeux de mes parents. Leur souffrance. La panique dans les yeux de mes profs quand ils apprenaient la vérité. J'ai passé mon lycée à mentir. Des étés et des années en manches longues. La honte. La peur. Les larmes...


---------------
https://moonwilcox.skyrock.com
Ce n est pas parce qu ils sont nombreux à avoir to
Profil : Etranger
auddi79
  1. answer
  2. Posté le 11/01/2017 à 22:37:26  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Bonjour ,
je savais pas sur quel forum le poster y en a tellement sur la mutilation mais celui ci semble bien :)
Quand je lis la plupart des messages sur les forums je ne me reconnais pas dans la mutilation que les gens décrivent. Alors je vais raconter mon histoire.
Vers 11 ans, j'ai commencé à voir des psy j'allais pas bien je déprimais beaucoup ... Vers 14 ans on m'a détecté bipolaire vers 16 ans j'ai commencé à me mutiler ... faut savoir déjà que je nai jamais été victime de violences ni de persécutions harcèlement ou toute autre chose j'ai toujours eu des amis, une famille, ma soeur jumelle que j'adore je me suis sentit toujours senti intégré ou que je passais j'ai eu mon bac les cours ça a toujours été bref tout va bien dans ma vie tout a toujours été bien j'ai eu plein de petits amis, la plupart j'en garde un très bon souvenir . Le problème et je crois est toujours venu de moi ... Je n ai jamais trop supporté de vivre, la bipolarité franchement je ne sais pas trop ce que c'est même si je la vis au quotidien on m'a toujours répète que j'étais quelqû un malgré la bipolarité alors j'ai toujours eu du mal à différencier ce qui fait partie de moi ou ce qu'il faut associer à la bipolarité . Je peux juste dire ce que je vis en moi ... Des fois je suis hyper bien je parle très fort j'ai le coeur qui bat vite je suis excitee à fond je parle hyper fort ( il m'a fallu du temps pour prendre conscience que ce netait pas normal lorsque j'étais dans cette phase) et je vais m'envoler je vais partir dans mon délire car j'invente des histoires je suis bien trop bien je le cris sur les toits " je suis bien, tout va bien la vie est tellement belle ' je rigole à tout alors qu'il n'y a rien à rigoler bref je vais partir je le sens j'ai besoin de redescendre je m'éloigne. .. Je prends le couteau me transperce la peau le sang coule et la je redescends ça me fait du bien je voulais pas partir dans ma folie je suis contente de ce que je viens de faire ... Des fois c'est tout le contraire je suis au fond de mon lit je me cogne la tête y a trop de souffrance en moi cette souffrance elle va me tuer j ai du mal à respirer je fais une crise je hurlé en pleurant j'ai besoin de faire sortir ce qui se vit en moi cette souffrance je ne peux pas là posséder elle est trop pour moi je vais mourir sinon alors je prends le crayon souvent c'est la première chose qui est la et je me transpercé la peau et la les larmes se stoppent le soulagement m'envahit je respire enfin normalement .
Quelques fois je suis stable mais l'envie d'exister est la ... Et je me rappelle que ça fait du bien quand je me mutile alors je me mutile parce que j'ai besoin de sentir que je suis vivante ... Car je l'avoue l'image de moi en train de me mutiler revient tous le temps tous le temps je veux j'aime me faire ça. .. Mes avant bras sont aujourd'hui remplis de trace les cicatrices sont la je n'ose plus me mutiler la car je ne veux pas toucher mes cicatrices. .. ( c'est ça qui m'a fait un peu arrêter ) .
J'ai été hospitalisé y a 2 ans en adulte ... l'hp ça aide pas ... Ça aide peut être dans le sens où je me suis dit que je n'étais que tres peu atteinte par rapport aux autres ! C'est bête mais moi ça m'avait fait un déclic y a deux ans . Car voir maintenant les gens que je fréquente mes colocs mes amis tous les jours bah je vois que je suis atteinte quand même un peu... Je prends des médicaments. Je vais mieux y a des phases avec d'autres sans .
J ai lu des livres sur la bipolarité malgré qu il y en a peu ... Des fois je me suis reconnue d'autres pas . Ils marquent juste que le suicide est assez important chez les bipolaires ... Des fois j'avoue ça me fait peur car la de suite je n'ai pas envie de mourir jamais mais quand je vais mal très mal je vois que je pars j'ai envie de me jeter sous une voiture ... Si je veux me suicider je ne veux pas que ça soit pendant une crise une décision irréfléchie
En tous cas je ne veux pas mourir
Voilà

Profil : Inconnu
jb1255
  1. answer
  2. Posté le 07/03/2017 à 17:28:29  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Bonjour,
Je suis étudiante en Psychologie à l'université Paris Descartes. Je réalise actuellement une étude concernant les scarifications.
Dans ce cadre, je suis à la recherche de jeunes femmes qui ont recours aux automutilations et qui seraient intéressées pour me rencontrer en région parisienne et passer un entretien unique d'environ 40 minutes au travers duquel elles pourront me raconter leur expérience.
Vous pouvez me contacter via cette adresse mail: julie.parisdescartes@gmail.com

  1. answer
  2. Posté le 16/03/2017 à 07:45:02  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Es que je peux raconter pourquoi je me mutile ou pas ?
Message cité 1 fois
Profil : Inconnu
bella60345224
  1. answer
  2. Posté le 19/05/2017 à 03:00:24  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 

Mii884o a écrit :

Es que je peux raconter pourquoi je me mutile ou pas ?
Afficher plus
Afficher moins


Bon soir à tous et toutes..
Je suis une maman et je viens de decouvrir que ma fille de 13ans se mutile. ..
Il y a des forums pour nous parents. .ms moi je veux comprendre/savoir ce que vs ressentez.
Ma fille a subi l année dernière du harcèlement de jeunes filles.
Cette année elles ne sont plus ensemble et je pensait que tout allez bien..
Et la le collège ma appeler à la demande de ma fille.
Ms lorsque je lui demande elle me réponds je sait pas..
Aidez moi...comment doit-je faire?
Quels sont vos besoins..vos attentes..
J'aime ma fille plus que moi MM. .et je m'en veux tellement de pas l avoir aider mieux. ..
J espère ne pas vous paraître trop intrusive sur vos confidences..
En tout cas ..vous êtes tous si poignant et pleins de courage à vs.

(Publicité)
Vivre ce n'est pas attendre que l'orage passe. Viv
Profil : Superstar
laulaus
  1. answer
  2. Posté le 19/05/2017 à 06:53:49  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Les attentes et les besoins de chaque ado sont différents ... il est difficile de dire ce que votre propre fille attend, nous ne la connaissons pas personnellement.

Peut être que le fond du problème ce n'était pas juste ces filles qui l'embetaiéy. Peut être qu'il y a un mal être plus profond qui lui n'a pas été résolu. Vous avez essayez de faire appelle à un psychothérapeute ? Peut être pourrait-il mettre le doigt sur ce qui lui fait mal...

Perso je me mutilais car j'avais mal en moi, l'impression de ne pas être à ma place chez moi, que je ne manquerais à personne si je disparaissais, je suis homosexuelle et cette époque c'était une période de remise en question et de non acceptation pour moi, je me mutilais un peu pour tout ca et peut être beaucoup par solitude.

Je pense pas avoir aidé beaucoup mais à part soutenir votre enfant, essayer d'etre la pour elle sans être étouffante je sais pas trop quoi conseiller.


---------------
"Plus on aime, plus on souffre. La somme des douleurs possibles pour chaque âme est proportionnelle à son degré de perfection" slogan BDLV
Profil : Inconnu
bella60345224
  1. answer
  2. Posté le 19/05/2017 à 12:56:38  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Merci de votre réponse. ..
Effectivement avec son père on a divorcé ms on s'entend très bien et on fait une Garde alternee...
Elle a une soeur de 17ans...
Je reste sur l idée que son poids est un problème car c'est ce qui revient à chaque fois...pourtant elle n'est pas grosse..1m57 57 kg..et avec un corpsferme comme une sportive!!!
Comme tu dit peut être que certaines choses n'ont pas été si bien accepté que je le croit..
Lundi nous avons rdv avec l infirmière du collège et le soir avec le docteur..quelle connaît pour voir.
Nous avons peur de la laisser seul lorsque nous travaillons le samedi...d'un avis de jeunes..doit on la laisser et lui faire confiance ?ou plutôt de trouver une activité ?

Vivre ce n'est pas attendre que l'orage passe. Viv
Profil : Superstar
laulaus
  1. answer
  2. Posté le 19/05/2017 à 16:39:11  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Je pense qu'il faut voir avec elle ce qu'elle préférerais... si une activité lui plait pourquoi pas, au contraire si elle préfère être chez vous vous pouvez envisager ça aussi, à vous de voir ce qui est faisable (je ne peux pas vous dire de lui faire confiance, c'est à vous de juger si elle en est digne ou non.

Parlez avec elle, voyez ce qui lui donne envie et essayez de faire au mieux. Évidemment si la laisser seule signifie être pour elle un moment tranquille pour se mutiler et bien changer de plans... mais sans essayer, sans discuter on ne peux pas savoir à l'avance ce qui est le mieux.

Pour en revenir à votre divorce, il remonte à loin ? Si c'est récent ca pourrait peut être jouer... mon petit frère à u beaucoup de mal à accepter le divorce de mes parents bien qu'ils s'entendent bien après la séparation (il était petit lorsque c'est arrive et en grandissant il a u beaucoup de mal à trouver sa place dans la famille, d'une part car mes parents se sont remariés et ont u d'autres enfants et autres part car il a gardé aucun souvenir de la famille que nous formions avant ... ce qui l'a aidé c'est de voir un pédopsychiatre pendant quelques temps, il avait besoin de parler à quelqu'un d'extérieur, quelqu'un qui pourrait écouter sans juger )


---------------
"Plus on aime, plus on souffre. La somme des douleurs possibles pour chaque âme est proportionnelle à son degré de perfection" slogan BDLV
Profil : Citoyen
cadichon-artiste
  1. answer
  2. Posté le 23/05/2017 à 12:17:47  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
A-t-elle commencé à se mutiler au moment de ce harcèlement ? Parce qu'il est possible qu'elle ait "découvert", expérimenté la mutilation à ce moment-là, et découvert combien ça lui faisait du bien (une question d'hormones libérées), et qu'elle l'utilise désormais dès qu'elle a besoin de se faire du bien ...
Pour la laisser seule ou non, je pense également qu'il faut lui en parler, mais sans trop la forcer si elle n'a pas envie d'en parler. Je n'ai jamais pu parler de ça avec mes parents, et plus ils me forçaient, plus cela me braquait. Pour en revenir sur le fait de la laisser seule, proposez lui justement une activité pour se défouler d'une autre manière, mais si elle préfère rester seule, laissez-la faire son choix.
Si vous avez encore des questions, n'hésitez pas !


---------------
Une fille, 254189 conneries, des milliers de rêves, 2 yeux bleus, 1 famille, 7145 promesses, 98452 pétages de plombs, 22 cicatrices, 2500 h de boudage, 45120 gros mots, 1 père, 1 mère, 1 soeur, 4 animaux, 22 h de bronzette, pleins de nouvelles rencontres, 800735999887 fous rires, 65147 coups de gueules, 58941254 tirages de langue, 46982 concours de grimaces, 43 déceptions, 7845 km à pied, 1 skyblog, 7 adresses e-mail, 4510 "mouais", 1 meilleur ami pour toujours, 142561 cheveux, 784598712 larmes, 78452 chewing-gum, 78459 grimaces, 7845512 prises de photos, 7845 engueulades, 487569245 sourires, 4561 hésitations, 4875231 bâillements ... Une vie.
Profil : Inconnu
anciennedepressive
  1. answer
  2. Posté le 16/09/2017 à 16:13:33  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Je pense que ce que tu dis est très déplacer ! Tu dis que tu as fais sa parce que sa te fais du biens tu te rends compte de ce que tu dis ! La mutilation n'est pas UN JEU !!! Les personnes qui font sa souffre et veulent arrêter. Toi tu fais sa parce que sa te procure du plaisir. C'est du grand n'importe quoi ! Ceux qui souffre veulent arrêter et toi tu fais sa par envie c'est honteux et très déplacer.

...
Profil : Inconnu
dolores123456789
  1. answer
  2. Posté le 23/11/2017 à 20:03:43  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Slt
Tt d abord , j ai choisie comme pseudo Dolores , (qui signifie douleur en espagnol) car ç est le mot qui depuis le 3 septembre 2016 (jour de ma rentrée en 3 eme) me décrit le mieux.
J avais un défaut sur le visage (je ne dirais pas quoi car j ai trop honte de mon apparence) et on s étais tj un peu moquée de moi , mais en 3 eme je me suis retrouvée ds une classe ou je n avais ps d amis et ds laquelle je ne connaissais ps grand monde . 2 garçons se sont moques de moi des le 1 er jour , au début je me disais qu ils allaient se lasser et arrêter mais au fur et à mesure le harcèlement que je subissait à augmenter en" intensité " et j allais vraiment très très mal . J ai essayée de m ouvrir les veines 2 ou 3 fois mais je n ai pas eu le courage de les trancher. Par contre le fait de me couper m à fais du bien et c est comme ça que je suis devenue dépendante à la mutilation . Au début ç étais juste des petits traits au cuter ensuite des coupures avec la lame de mon taIlle crayon et finalement une lame de rasoir . J ai des cicatrices et je n arrive pas à arrêter même si maintenant je suis au lycée et qu on ne se moque plus de moi car j ai changée physiquement mais à cause du harcèlement dont j ai été victime l année dernière (moquerieS , humiliationS...) j ai perdue tt confiance en moi je ne participe plus en classe je suis dépressive et accroc aux lames ... Ces 2 ●●●●●●● ont gaches ma vie , rien ne seras plus comme avant et je ne pourrais jamais oubliée ce qu on m à fais rien qu en regardant mes bras tt les scènes ou je me faisais humiliées me revienne et j ai bcp de mal à dormir ... J en ai trop marre de ma vie . Aidez moi svp mrc d avance

...
Profil : Inconnu
dolores123456789
  1. answer
  2. Posté le 23/11/2017 à 20:28:09  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Slt

Tt d abord , j ai choisie le pseudo Dolores. ( qui signifie douleur en espagnol ) Ça c est le mot qui depuis le 3 septembre 2016 (jour de ma rentrée en 3 eme ) me décrit le mieux .
J avais un défaut sur le visage (je ne dirais pas quoi car j ai trop honte de mon apparence ) et on s étais tj un peu moquée de moi, mais en 3 eme je me suis retrouvée ds une classe ou je n avais ps d amis et ds laquelle je ne connaissais pas grand monde. 2 garçons se sont moques de moi des le 1 er jour, au début je me disais qun ils allaient se lasser et arrêter mais au fur et à mesure le harcèlement que je subissait à augmenter en " intensité "et j allais vraiment très très mal. J ai essayée de m ouvrir les veines 2 ou 3 fois mais je n ai pas eu le courage de les trancher. Par contre le fait de me couper m à fais du bien et c est comme ça que je suis devenue dépendante à la mutilation. Au début ç étais juste des petits traits au cuter ensuite des coupures avec la lame de mon taIlle crayon et finalement une lame de rasoir. J ai des cicatrices et je n arrive pas à arrêter même si maintenant je suis au lycée et quon ne se moque plus de moi car j ai changée physiquement mais à cause du harcèlement dont j ai été victime l année dernière, ( moquerieS, humiliationS ) j ai perdue tt confiance en moi je ne participe plus en classe, je suis dépressive et accroc aux lames. ..Ces 2 ●●●●●●● ont gaches ma vie, rien ne seras plus comme avant et je ne pourrais jamais oubliée ce qu on m à fais, rien qu en regardant mes bras tt les scènes ou je me faisais humiliées me reviennent et j ai bcp de mal à dormir maintenant. J en ai trop marre de ma vie . Aidez moi svp mrc d avance .

Profil : Inconnu
aizsun
  1. answer
  2. Posté le 22/12/2017 à 18:22:05  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Hey ce topic n'est peut-être plus actif mais j'aimerais dire mon histoire :
J'ai 13 ans et je me mutile depuis mes 11 ans ( 2 ans ) au début je me tapai les poings contre des murs en pierre jusqu'à beaucoup saigner et c'était comme un drogue je ne pouvais plus m'en empêcher et maintenant je me coupe avec des couteaux la peaux sur les phalanges et je me plante le couteau dans les jambes et les bras ( pas très profond ) je ne sais pas pourquoi je fais ça mais ça m'aide à me sentir mieux. Ma mère c'est la 2 eme fois qu'elle est en dépression, orientation sexuelle différente ( lesbienne ) mais je ne l'ai jamais dis à personne. Par exemple je suis capable de me gratter la peau où il y a des veines jusqu'à saigner. Je n'arrive pas à m'arrêter et tous le monde s'en fout que je me fasse du mal. Voilà voilà...

Profil : Inconnu
shawn333109
  1. answer
  2. Posté le 04/01/2018 à 01:05:40  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Voila mon histoire, quand j'était au CM2, j'était avec une fille, que l'on va appeller Mme.V, elle ma quitter, étant mon premier amour, sa ma fait très mal, jusqu'à arriver a l'automutilation, V savait que je m'automutilais et qu'elle etait la seul a pouvoir arrêter cela, elle la pas fait. au début c'était un petit coup de pointe de compas quelque fois par semaine, après sa a était une fois par jour, sa na plus suffit, j'ai commencer a faire une ligne avec ce compas, puis deux, puis trois... Jusqu'à arriver en cinquième où j'ai appris les premiers secours pour moi même, j'était arriver jusqu'à me mutiler plusieurs fois par jour, même au collège ou j'allais au toilette mais pour me détendre autrement avec ma lame de rasoir et mes pansements, tout sa jusqu'en 5eme le jour ou j'ai rencontrer L, c'était une fille splendide que j'aimais, quand je l'ai vu la première fois, je me suis arrêter, se fit comme instinctif, on s'est mit trois semaines ensemble, jusqu'au jour ou elle ma quitter, se jour la j'ai voulu recommencer mais j'en ai pas trouver la force, mais cette semaine c'était différent, samedi, V a réussi a retrouvé mon numéro et a me reparler mais ne voulant pas la revoir, j'ai écourter la conversation, mais j'ai replonger dans la mutilation, samedi se fut un point par ci par la au compas, dimanche se fut une ligne sur la cuisse au compas, lundi se fut une petite ligne avec un bout de verre sur la cuisse, hier se fut un petit (2cm de hauteur sur 5 cm de longueur) VIC souligné avec un bout de verre sur la hanche et aujourd'hui j'ai écrit en petit NV (Nouvelle Vie) sur l'épaule au compas, je pense être retomber dans une addiction, j'ai l'aide de L mais elle peut pas tout les jours alors que s'est se donc j'ai besoin, j'avais besoin de le dire a d'autres personne qu'a moi et a L donc merci a se qui me répondront, m'aiderons ou juste liront se que j'ai écrit, je ne suis pas très sociable par nature donc pouvoir écrire sa noir sur blanc sans grande crainte de jugement me fait du bien

Profil : Inconnu
dream_dream
  1. answer
  2. Posté le 07/02/2018 à 19:00:55  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Ça fait depuis les vacances d'été (ou même avant) que j'ai commencé à me mutiler , plus le temps passé plus j'aimais faire ça,je ne pouvais pas m'en passer. Malgré les cicatrices (je devais porter des pull en été à cause de ça) j'ai continué jusqu'à que ma mère le découvre, j'ai arrêté et puis j'ai recommencé quelques mois après, c'était (et c'est toujours) comme une drogue pour moi. Récemment j'ai fait une tentative de suicide (surdosage de medoc + je me suis ouverte les veines), j'ai donc été conduite à l'hôpital puis dans un service spécialisé pour les ado dépressifs, je ne souhaite à personne de passer ne serait-ce qu'un journée là-bas. Maintenant je suis suivie par un psy (qui ne m'aide absolument pas tout ce qu'elle fait c'est ruiner ma mère) et je suis en manque, j'ai besoin de le faire c'est devenu un véritable moment de plaisir mais je sais que si je le fais j'irai directe en hôpital psychiatrique, j'ai trouvé des moyens pour contrôler cette envie (m'infliger des minis douleurs régulièrement, griffures et aiguilles) mais ça ne suffit pas, je ne veux pas retenter de me suicider juste goûter à nouveau à ce plaisir douloureux et merveilleux j'ai besoin de solution, si quelqu'un peut me donner des tuyaux pour qu je le fasse sans me faire repérer merci d'avance et bravo à ceux qui ont tout lu

Profil : Inconnu
lolo53251
  1. answer
  2. Posté le 11/02/2018 à 22:35:41  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Salut
Enfaite dans ma vie je n'ai jammais vraiment eu de grave problème (les seul son que : en CM2 je ne pouver plus marcher a cause d'une douleur à la jambe et les medecin disais que je menter mais on a trouver une solution l'anné dernière, en 5eme j'ai beaucoup de problème avec ma meilleur amie qui ne l'ai plus je me mutiler inconsiament(en jouen avec mon chat je laisser ma main ) et cette anné il a juste mes parents qui divorcé et des problème familiaux et tout retombe sur moi. Jme suis mutiler et ma meilleur amie la découverre et ça c aggraver elle aussi c mis à le faire pas jusque au sang heureusement puis une grande amie a essayer de ce suicider en ce jetten sous une voiture alors qu'on parles en msg à ce moment elle est rester e jour a l'hosto et voilà ma meilleur amie raménne tout a elle,Elle pense être là seul a soufrire mais c celle qui soufre le moin. Mon frère la dit à mes parents et maintenant c pire j'suis perdue. Je sais que pour mes bras c grave très grave même j'ai des cicatrice a vie et jme suis déjà ouvert une veine.(deso pour les phautes j'suis disorthographique)

Profil : Inconnu
opheliepsycho
  1. answer
  2. Posté le 01/03/2018 à 20:27:07  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Bonsoir à tous,
Je me permets de venir écrire sur ce forum à l'occasion de mes études de psychologie. Je suis en dernière année (Master2) et, dans le cadre de mon mémoire de recherche, m'intéresse aux processus de scarification, mais surtout de ce qui amène à cela, comment et pourquoi. Je suis à la recherche d'adolescents (ou jeunes adultes) y ayant recours, afin d'échanger et de discuter sur cette "pratique". Idéalement j'aimerai rencontrer les personnes qui accepteront de témoigner (je suis dans le PACA) mais un échange INTERDIT est également tout à fait possible.
Vous pouvez me contacter par mail : opheliepsychom2@outlook.fr
Merci à vous, je vous souhaite une agréable soirée.

Profil : Inconnu
tara41573
  1. answer
  2. Posté le 02/03/2018 à 13:42:39  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Salut
J'ai jamais trop eu de problème moi, mais il y a 3 ans j'ai déménagé dans une ville où je connaissais personnes (pour des raisons personnelles). Je rentrais en 6eme à se moment là et j'avais pas d'amis j'étais loin de ma meilleure amie qui est toute ma vie et sa ma blaisser le coeur.J'allais tellement mal, je pleurais tous les soirs, il y a même un moment où je voulais en finir pour de bon...Après, sa allais mieux (je pleurais quand même souvent).Mais il y a quelque mois j'ai trouver cette technique pour être moins triste et énervé, je me défoule sur moi même en faisant des "formes" sur mes mains avec mon compat qui on pour moi un signification.Au début je penssais avoir trouver quelque chose qui puisse maider en quelque qu'à. Mais maintenant quand je vois se que c'est vraiment je me rend conte que si je continue c pas une coupure tout les deux semaines pour me defouler qui m'attend, c'est à l'hôpital car j'aurais été trop loin.Et je veux vraiment arrêté et trouver autres chose pour me défouler dessus.Si vous avez des idées n'hésitez pas.

Ps: deso pour les fautes.

Profil : Inconnu
notfine
  1. answer
  2. Posté le 03/04/2018 à 00:47:37  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
La mienne est très Simple , c'était en 2017 , je rentrais de chez une amie quand ma mère m'a demandé de faire la vaisselle , je précise qu'en ce moment la je traversait une mauvaise passe . Donc je vais la faire cette vaisselle , c'est autour du rangement , j'ai pris un verre et sans faire exprès je l'ai fais tomber . En regardant les morceaux de verre par terre , j'en ai remarquer un de très tranchant donc j'ai décidé de le garder au cas où , c'est ainsi que ma vie a basculé . Ça a commencé par un tout petit très de rien du tout mais après c'est devenu de pire en pire , j'avais des entailles toutes rouges et bien profondes sur toute la longueur de mes deux bras , c'est une boucle infernale qui continue toujours et dont j'ignore comment m'en défaire , j'ai besoin d'aide.
Cordialement une fille qui en a marre


---------------
Un ado différente des autres
Profil : Inconnu
tara41573
  1. answer
  2. Posté le 03/04/2018 à 17:38:26  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
La meilleure chose que j'ai à te dire c'est que quand tu a envie de le faire et que tu te sens mal, défoule toi à la place: fais du sport ou occupe toi d'une autre manière dessine, peint, fait des mots croisés, li ... jcp qu'elle que chose qui puisse te faire oublier ton envie. Moi perso il y a rien qui marche, mais essaye tout se que tu peux et trouve ton truc.

Ps: si vous avez une d'autres méthode je suis prenante.

Profil : Animatrice
aenere
  1. answer
  2. Posté le 03/04/2018 à 20:45:15  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Pour Tara41573, NotFine ou ceux qui demandaient des petits trucs pour éviter de se mutiler :

* Quand l'envie vient, essayez d'aller dans une pièce de votre maison où il y a des gens (salon avec sa famille ou ses colocataires, par exemple), afin de ne pas pouvoir vous mutiler. Vous pouvez aussi décider d'appeler quelqu'un afin de vous passer l'envie et de lui en parler. Si vous n'avez pas de proche à qui parler ou que vous ne vous sentez pas de leur parler, vous pouvez contacter des numéros d'écoute : par exemple "Fil Santé Jeunes au 32 24 ou 01 44 93 30 74" en FRANCE, "Jeunesse, j'écoute au 1-800-668-6868" au QUÉBEC, "Télé-Accueil au 107" en BELGIQUE, Pro Juventute au 147" en SUISSE. Il y en a bien d'autres.

* Essayez de trouver une distraction. Certains proposent de dessiner sur leur bras plutôt que d'utiliser une lame. Je ne sais pas si cela fonctionne mais je partage l'idée. Sinon, essayez de vous occuper : regardez la télé (de préférence des émissions, des films ou des séries pas tristes), faites à manger, jouez d'un instrument de musique, jouez à un jeu vidéo, sortez dehors, allez voir votre animal de compagnie, faites du sport, faites du yoga, etc. Essayez de repousser au maximum le moment où vous allez vous mutiler, l'idéal étant que l'envie passe.

* Écrivez dans un journal intime ou autre part afin de mettre à l'écrit ce que vous ressentez. Cela peut vous faire passer le temps, mais cela peut aussi mettre au clair vos idées.

* Trouvez quelque chose pour vous défouler. Vous pouvez vous inscrire dans un club de sport, vous pouvez vous acheter des petits objets comme des balles antistress, vous pouvez boxer un oreiller, etc.

* Supprimez toutes les lames et objets coupants de votre chambre.

* Essayez aussi d'identifier ce qui vous donne envie de vous mutiler, afin de supprimer si possible cette chose. Si c'est une personne, comme un "ami" toxique, essayez de l'éviter au maximum, rayez-le de votre vie.

Il est également très important d'en parler, afin d'être aidé, conseillé et soutenu. Si vous pouvez, parlez-en à vos parents, mais je comprends que certains puissent être gênés à l'idée de leur en parler. Or, il ne faut pas avoir honte ou peur. Vos parents sont normalement là pour vous. Sans forcément évoquer votre mutilation, vous pouvez parler de votre mal-être, et demander d'aller voir un psychologue. Il n'y a aucune honte à aller voir un psychologue. C'est juste un professionnel qui écoute et conseille les autres. Si vous ne vous sentez pas, vous pouvez toujours vous adresser à d'autres proches : un autre membre de votre famille, un ami de confiance, voire le psychologue scolaire, l'infirmier scolaire, le CPE à l'école, un professeur que vous aimez bien, etc. Vous pouvez aussi contacter les numéros d'urgence que j'ai évoqués ci-dessus. Ne restez pas seuls !
Message cité 1 fois
Message édité par Aenere le 07/04/2018 à 19:05:14
Profil : Etranger
liseeeee1234
  1. answer
  2. Posté le 28/04/2018 à 11:00:46  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
J’ai commencé la mutilation il y a un peu plus de 1 ans. Je me sentais seule, je n’avais pas de vrais amis avec moi mais je restais avec des gens quand même mais je savais qu’il parlait derrière mon dos. Avec mes parents ça se passait pas très bien surtout avec mon père. Je me suis rendu compte que c’etait un connard et qu’il n’a jamais été là malgré l’enfer que me faisait vivre sa copine quand j’étais plus petite ( insulte, claque..).
Je me suis remémoré des événements de mon passé qui m’on fait souffrir.
J’avais rencontré un mec ( il avait 17 ans et j’en avais presque 14) sur un jeu en ligne et on a commencé à parlé sur INTERDIT et j’ai commencé à vraiment beaucoup m’attacher à lui pour moi c’etait la seule personne personne qui pouvait me rendre heureuse et bien. Sauf que un soir il m’avait dit un truc je me rappelle plus exactement mais ça m’avait dégouté et je lui avais dit et là il m’a dit si c’est comme ça on se parle plus. Et la j’ai complètement déraillé on avait parlé en cours d’un challenge ou on devait se dessiner des choses sur la peau avec des objets tranchants et après mettre du sel. Et j’ai pas réfléchi, j’ai pris la paire de ciseaux qui se trouvait près de moi et j’ai commencé à me faire des petites coupures puis je mettais du sel, ça me faisais pas si mal que ça et dans un sens je me sentais mieux. Après il est revenu sauf que ce que c’etait comme une sorte de boucle on se disputait, il me disait qu’il allait partir et moi je me mutilais, j’ai aussi appris entre-temps la mort de mon grand-père ce qui m’a énormément touché même si je le connaissais pas tant que ça.
Ensuite est venu l’été je crois que c’etait le pire de ma vie. Il m’avait laissé pour de bon et j’ai ensuite appris que enfaite il avait 24 ans et que j’etais qu’un jeu pour lui. Puis j’ai appris que ma grand mère avait un cancer. J’ai eu une grosse dispute avec mon père. Le pire c’est que je ne pouvais pas me mutiler parce que c’etait l’été. Ensuite est venu ma rentrée en 3ème, j’ai décidé de changé ma vision des choses et de penser positif, je me suis rouverte aux autres et je me suis trouvé de vrais amis. Cette période a duré 5 mois, c’est en Janvier que tout a déraillé, j’avais rendu visite à ma grand mère qui avait un cancer et quand je suis revenu chez moi tout ne se passait pas comme je le voulais et j’ai recommencé. Je l’ai ensuite refait en février quand elle avait son opération. Et depuis Avril je le fais vraiment régulièrement mes plaies sont de plus en plus nombreuses et je le fais partout j’ai plus vraiment de raison de le faire ça part de rien mais c’est comme un besoin je me sens obligé de le faire pour moi c’est mon seul moyen je le fais presque tout les jours et c’est de plus en plus grave, hier j’ai fais tout mon poignet gauche. J’aimerais vraiment essayer parce que je commence a avoir peur et tant donné que je n’ai plus aucun contrôle sur moi.
Désolée pour le pavé et merci à toi si tu as lu jusqu’au bout.

Profil : Inconnu
tara41573
  1. answer
  2. Posté le 28/04/2018 à 12:21:35  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Merci pour cette liste je vais essayer dans tester, on c'est jamais.Sinon des personnes mon dit d'aller voir un psychologue pour en parler, mais j'ai pas l'habitude d'aller me plaindre a des gens donc j'ai refusé.Je pense que cest une marque de faiblesse, cesy debil par se que sa pourrais peut être m'aider.Je pensais que je pouvais y arriver toute seule mais plus sa vas et plus je détrui mon corps et j'ai fini par me rendre a l'évidence que je narrive pas a arreter, surtout toute seule.Mais je n'arriverais jamais à le dire à mes parents (ils pensent que j'ai arreter) et je ne veux pas qu'ils s'inquiéte pour moi.

Comment je peux faire???
Aenere ou d'autres personnes
Message édité par Tara41573 le 28/04/2018 à 12:27:38
En vacances au pays des licornes
Profil : Notable
pineapple0103
  1. answer
  2. Posté le 28/04/2018 à 17:07:20  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Un psychologue n'est pas là pour t'aider à te plaindre. Il est là pour t'aider à venir à bout de tes problèmes de la manière qui te convient le mieux. Il y a différents types de psychologues. Certains vont t'écouter, d'autre discuter avec toi...

Tu n'as qu'à te dire que c'est une sorte de médecin pour ton intérieur.
Tu ne vas pas refuser de consulter un médecin, sous prétexte que souffrir d'une grippe, c'est un signe de faiblesse, non?

Profil : Inconnu
tara41573
  1. answer
  2. Posté le 28/04/2018 à 17:24:31  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Si malheureusement, même les médecins je refuse d'aller voir en disant que je n'est rien, que je vais bien quand j'ai une grippe ou autre choses.Mais la prochaine fois que l'on me propose d'aller voir un spsychologue je pense que je dirais oui.Au moins pour voir se qu'il peut faire pour moi et si sa peu m'aider.

En vacances au pays des licornes
Profil : Notable
pineapple0103
  1. answer
  2. Posté le 28/04/2018 à 17:41:41  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Après coup, je me suis dit que l'exemple de la grippe n'était pas génial, vu que moi-même je ne suis plus allé chez le médecin depuis une année, et encore, c'était parce que j'avais besoin qu'il me refasse quelques ordonnances (en mode liste de courses^^)

Profil : Inconnu
frisk75
  1. answer
  2. Posté le 05/07/2018 à 17:17:42  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Yo, je vais juste vous raconter mon histoire, elle est assez longue donc merci à ceux qui vont lire.

Alors pour commencer il faut savoir que mes parents n’ont pas une relation stable, en fait avant la naissance de ma sœur et moi (il y a plus de 20 ans) il s’aimaient bien mais depuis quelques années ils ne peuvent plus se supporter (mon père dort dans le salon et ma mère dans leur chambre) et le problème mental de ma sœur n’arrange rien, elle est atteinte de Tdah il m’en semble, (c’est un trouble de l’attention) et n’arrive pas à se concentrer plus d’une minute sur n’importe quoi. Depuis son plus jeune âge ma mère lui répète qu’elle finira à la rue droguée. Mes parents sont encore “ensemble” (ils vivent sous le même toit quoi) pour l’argent, ma mère ne travaillait pas avant et depuis 1-2 ans a un job et mon père est un énorme joueur, il dépense tout son argent dans les paris sportifs. Je voudrais rester avec ma mère parce qu’au moins elle en a quelque chose à foutre de ma sœur et moi, alors que mon père reste H24 dehors (je pense que des fois il dort dans sa voiture pour ne pas nous voir) et dernière chose à dire sur mon père, il ne voulait pas d’enfants et encore moins de moi. Je suis née en deuxième et il avait proposé à ma mère d’avorter et n’a jamais été présent dans ma vie (même pas à ma naissance).

On va passer à mes amis.

Je les aime de tout mon cœur mais j’ai toujours l’impression que ce n’est pas réciproque et pourtant on me dit que je suis une amie de confiance, que je suis une bonne épaule pour pleurer mais quand ils arrêtent de pleurer, ils m’oublient...
J’ai soutenu à fond une de mes amie qui voulait sortir avec quelqu’un, je l’ai encouragé et quand ils ont rompu je l’ ai consolé, je lui envoyais des messages le soir pour la rendre un peu plus heureuse, pour qu’elle sente qu’elle n’était pas seule et.... rien.... alors que c’était une de mes meilleures amies... on restait des potes 8h - 18h.
Autre chose, je ne sais pas pourquoi ma meilleure amie est ma meilleure amie, elle, elle est populaire belle (yeux bleus, brune, belles formes), elle a plein de mecs à ses pieds, alors que moi je suis banale et grosse (d’ailleur c’est fou mais je trouve toutes mes amies plus belle que moi, elles ont toutes quelque chose de particulier qui les rend uniques) et quand je la vois avec ses autres amis rire aux éclats, ça me rend juste triste (il faut savoir que j’ai un peu près 7 “bonnes” amies et elles ont toutes BEAUCOUP de potes. J’aimerais avoir plein d’amies mais je suis super timide et ça me fait mal de le dire mais je crois que pour elles je suis une amie 8h - 18h sauf pour ma meilleure amie, je suis son bouche-trou.

Bon maintenant je vais passer au vif du sujet: Le poids...

Je sais que c’est pas bien et que c’est une mauvaise vision de la femme mais pour moi une belle femme elle a des formes, un ventre plat, des cuisses qui ne se touchent pas et est tout en muscles même si ça ne se voit pas trop. Ceci étant, il y a un an et 1 mois je me suis pesée et là, le drame. J’avais pris 7Kilos en 1 mois et j’ai donc fait un régime très restrictif parce que je me dégoûtais et c’est là que j’ai commencé à me “mutiler” (au début je prenais des ciseaux et je m’effleurais la peau) et voilà, à la fin de l’été j’avais perdu ce poids et j’étais heureuse puis j’ai repris un peu 2Kilos mais ça allait, niveau poids j’étais pas mal et vers octobre, avec une de mes amies, on s’est disputée et on se parlait plus et ça m’a rendu vraiment triste et c’est là que j’ai commencé à me scarifier jusqu’en janvier et j’avais des idées suicidaires, j’en avait marre de cette vie de merde, de cette routine de merde, de ces parents de merde, de ces amis de merde et j’ai fait une petite dépression j’avais envie de crever, je savais pas pourquoi je devais m’en lever le matin, pourquoi j’étais là, et je sais toujours pas d’ailleurs mais j’essaye de ne pas y penser. Bref un autre problème c’est que j’ai peur que mes traces sur les bras ne parte pas ( sur les forums les gens disent que un an après, la cicatrisation prend fin et j’ai plein de traces blanches alors que je mets des crèmes) mais bon pour ne pas qu’il y ait de marques je me fais des bleus aux james et je mets ça sur le compte de mon sort de combat ( je fais du karaté)

Je sais pas comment réagir quand des gens voient mes traces : mon cœur s’accélère, mes mains tremblent un peu, j’ai envie de partir en courant et de pleurer, de m’effacer ... voilà donc s’il vous plaît, quand vous voyer que quelqu’un s’est mutilé ne soyez pas agressif, et abordez le sujet avec tact.

Bonne journée à tous et merci d’avoir lu

Profil : Inconnu
frisk75
  1. answer
  2. Posté le 05/07/2018 à 17:19:24  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Yo, je vais juste vous raconter mon histoire, elle est assez longue donc merci à ceux qui vont lire.

Alors pour commencer il faut savoir que mes parents n’ont pas une relation stable, en fait avant la naissance de ma sœur et moi (il y a plus de 20 ans) il s’aimaient bien mais depuis quelques années ils ne peuvent plus se supporter (mon père dort dans le salon et ma mère dans leur chambre) et le problème mental de ma sœur n’arrange rien, elle est atteinte de Tdah il m’en semble, (c’est un trouble de l’attention) et n’arrive pas à se concentrer plus d’une minute sur n’importe quoi. Depuis son plus jeune âge ma mère lui répète qu’elle finira à la rue droguée. Mes parents sont encore “ensemble” (ils vivent sous le même toit quoi) pour l’argent, ma mère ne travaillait pas avant et depuis 1-2 ans a un job et mon père est un énorme joueur, il dépense tout son argent dans les paris sportifs. Je voudrais rester avec ma mère parce qu’au moins elle en a quelque chose à foutre de ma sœur et moi, alors que mon père reste H24 dehors (je pense que des fois il dort dans sa voiture pour ne pas nous voir) et dernière chose à dire sur mon père, il ne voulait pas d’enfants et encore moins de moi. Je suis née en deuxième et il avait proposé à ma mère d’avorter et n’a jamais été présent dans ma vie (même pas à ma naissance).

On va passer à mes amis.

Je les aime de tout mon cœur mais j’ai toujours l’impression que ce n’est pas réciproque et pourtant on me dit que je suis une amie de confiance, que je suis une bonne épaule pour pleurer mais quand ils arrêtent de pleurer, ils m’oublient...
J’ai soutenu à fond une de mes amie qui voulait sortir avec quelqu’un, je l’ai encouragé et quand ils ont rompu je l’ ai consolé, je lui envoyais des messages le soir pour la rendre un peu plus heureuse, pour qu’elle sente qu’elle n’était pas seule et.... rien.... alors que c’était une de mes meilleures amies... on restait des potes 8h - 18h.
Autre chose, je ne sais pas pourquoi ma meilleure amie est ma meilleure amie, elle, elle est populaire belle (yeux bleus, brune, belles formes), elle a plein de mecs à ses pieds, alors que moi je suis banale et grosse (d’ailleur c’est fou mais je trouve toutes mes amies plus belle que moi, elles ont toutes quelque chose de particulier qui les rend uniques) et quand je la vois avec ses autres amis rire aux éclats, ça me rend juste triste (il faut savoir que j’ai un peu près 7 “bonnes” amies et elles ont toutes BEAUCOUP de potes. J’aimerais avoir plein d’amies mais je suis super timide et ça me fait mal de le dire mais je crois que pour elles je suis une amie 8h - 18h sauf pour ma meilleure amie, je suis son bouche-trou.

Bon maintenant je vais passer au vif du sujet: Le poids...

Je sais que c’est pas bien et que c’est une mauvaise vision de la femme mais pour moi une belle femme elle a des formes, un ventre plat, des cuisses qui ne se touchent pas et est tout en muscles même si ça ne se voit pas trop. Ceci étant, il y a un an et 1 mois je me suis pesée et là, le drame. J’avais pris 7Kilos en 1 mois et j’ai donc fait un régime très restrictif parce que je me dégoûtais et c’est là que j’ai commencé à me “mutiler” (au début je prenais des ciseaux et je m’effleurais la peau) et voilà, à la fin de l’été j’avais perdu ce poids et j’étais heureuse puis j’ai repris un peu 2Kilos mais ça allait, niveau poids j’étais pas mal et vers octobre, avec une de mes amies, on s’est disputée et on se parlait plus et ça m’a rendu vraiment triste et c’est là que j’ai commencé à me scarifier jusqu’en janvier et j’avais des idées suicidaires, j’en avait marre de cette vie de merde, de cette routine de merde, de ces parents de merde, de ces amis de merde et j’ai fait une petite dépression j’avais envie de crever, je savais pas pourquoi je devais m’en lever le matin, pourquoi j’étais là, et je sais toujours pas d’ailleurs mais j’essaye de ne pas y penser. Bref un autre problème c’est que j’ai peur que mes traces sur les bras ne parte pas ( sur les forums les gens disent que un an après, la cicatrisation prend fin et j’ai plein de traces blanches alors que je mets des crèmes) mais bon pour ne pas qu’il y ait de marques je me fais des bleus aux james et je mets ça sur le compte de mon sort de combat ( je fais du karaté)

Je sais pas comment réagir quand des gens voient mes traces : mon cœur s’accélère, mes mains tremblent un peu, j’ai envie de partir en courant et de pleurer, de m’effacer ... voilà donc s’il vous plaît, quand vous voyer que quelqu’un s’est mutilé ne soyez pas agressif, et abordez le sujet avec tact.

Bonne journée à tous et merci d’avoir lu

Profil : Inconnu
manon_prt
  1. answer
  2. Posté le 05/07/2018 à 19:55:33  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Salut tout le monde ! Aujourd’hui j’ai envie, à mon tour de partager mon histoire. Pour commencer, je m´appelle manon. J’ai des parents divorcés qui ont tout les deux refait leurs vies de leurs côtés mais qui ne cessent de s’emmerder l’uns et l’autre dès qu’ils se voient, je n’en m´entend pas avec le copain de ma mere et ma mere, je suis jumelle, mais j’ai perdue ma soeur, avant même de naître. Ma mère est absente pour moi, et je ressens un vide. Un vide que je ressens depuis toujours mais qui grandit de plus en plus et en même temps que moi. Mes notes chutent, des amies vont mal, plus rien ne va, et en essayant de rester forte, un jour j’ai craquée. Je me suis renfermée dans la mutilation. Personnellement, je me brûle et bordel c’est le seul moyen que je trouve pour aller mieux. J’essaie darreter car ma meilleure amie en a parlée a ma soeur qui menace de le dire à mes parents si j’ose le refaire qu’une seule fois, mais je l’ai re fais quand même et elle n’y a pas vue. J’ai déjà vue des psy, en vain. Je reste mal, et je ne suis amis plus quoi faire..
Agathe95330 personnellement je suis phobique des sports collectifs au collège

Si tu te trouves trop inculte pour le monde, deux
Profil : Star
sannarah
  1. answer
  2. Posté le 03/08/2018 à 13:29:49  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Je ne me suis jamais mutilée, mais j'ai frôlé de très près les limites.

Suite à un effroyable cauchemar où je me faisais violer par mes propres amis, le souvenir traumatique de nombreuses agressions sexuelles est remonté et m'a plongée dans un état de déprime pendant 2 semaines. Des années d'émotions d'une infinie noirceur se décharnaient en moi, trop longtemps retenues par le carcan de la morale.

Et ce, parallèlement à la perte de la plupart de mes amis, une situation familiale conflictuelle, une situation économique terrible, et au stress du bac.

J'ai commencé par m'enfoncer les pointes de mes stylos dans le bras. J'ai écrit à ce propos dans mon journal intime: "Je suis en train de planter la pointe de mon stylo dans ma chair. C'est trop agréable, un instant, la souffrance psychologique disparaît. Je ne pense qu'à la douleur, là maintenant, qui elle-même est un soulagement par rapport à la violence que j'éprouve mentalement. Je sens cette chaleur douloureuse qui fourmille dans mon bras, et j'aime cette chaleur. Je pourrais le faire encore et encore jusqu'à transpercer la surface de ma peau."

Je n'ai jamais franchi la limite. Je n'ai jamais entaillé ma peau. Mais tous les jours de cet épisode de déprime, l'idée m'a traversé l'esprit, loin d'être douloureuse. "Et si t'allais chercher le couteau et te couper, juste un peu?", me murmurait mon petit démon intérieur.

Qu'est-ce qui m'a retenue? Je ne sais pas, mais je remercie cette force mystérieuse.

Avant de vivre ça, je ne comprenais pas du tout les personnes qui se mutilaient. Comment pouvait-on en arriver à de telles extrémités? Comment s'ouvrir la peau pouvait-il un temps soit peut soulager?Maintenant, je comprends.
Message édité par Sannarah le 03/08/2018 à 13:32:37

---------------
Prêtresse du grand culte de la Sainte-Raclette. S'adresser à moi pour toute conversion.
Les 9 commandements de mon existence:
1.Mieux vaut vivre pleinement et tomber de haut que survivre dans la crainte et le désespoir sans jamais chuter.
2."On a l'amour qu'on pense mériter".
3.Le début de la méfiance signifie la fin de la liberté.
4.Ce qui ne te tient pas à cœur, tu finis par l'abandonner. Ne l'entreprend pas.
5.Préférer la méchanceté à l'hypocrisie. Idéalement, éviter les deux.
6.Une chance pour chacun. Pas deux, pas trente-six.
7.Ne jamais penser avoir atteint la perfection.
8.Plus on a peur de tomber, plus on tombe. 9.Lorsque la politesse exige de mentir, sois impolie.
Profil : Inconnu
maee501974
  1. answer
  2. Posté le 05/08/2018 à 12:54:43  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 

Osmose-parfaite a écrit :


Coucou!

Je ne suis pas d'accord avec toi sur tout. Certains adultes peuvent très bien comprendre, tu sais, sans dire qu'il s'agit d'une crise d'adolescence. Après là où je suis d'accord c'est qu'il ne s'agit pas d'une généralité, certains ne comprennent pas, mais il faut aussi les comprendre, je crois, car certains ne peuvent pas comprendre un mal-être et la mutilation est une conséquence d'un grand mal-être. Les mieux placés pour comprendre sont en effet les personnes qui sont dans le même cas que toi, et je me suis aussi scarifiée et me scarifie encore. On ne doit pas te prendre pour un cas psychiatrique, et encore une fois c'est vrai que certains adultes ont tendance à aller un peu loin lorsqu'ils sont confrontés à quelqu'un qui se mutile, mais c'est parce qu'ils s'inquiètent et prennent peur, parce que la mutilation n'est pas un acte anodin. Par contre, tu sais ce n'est pas toujours un comportement suicidaire, ça dépend des adolescents. Enfin tu uses de généralité qui ne sont pas toutes vraies et il convient de les modifier. En fait, tu sembles chercher un code à la mutilation; alors qu'il n'y en a pas. C'est différent dans chaque cas.

Par contre en effet en faisant ça on se referme complètement sur soi-même, on s'isole, consciemment ET inconsciemment, puisque de toute façon tu sais, quelqu'un qui sait que tu te mutiles, qui a pu le voir ira beaucoup moins facilement vers toi, ça lui fait peur. Heureusement certains comprennent et se démènent pour t'aider. Mais ça n'empêche pas de se renfermer de plus en plus sur soi-même, et tu as eu une bonne idée en voulant partager nos histoires.

La mutilation commence suite à un important mal-être, et suite à tous les symptômes que tu décris, un décès, une orientations sexuelle différente, et parfois incomprise, etc... ce qui mène à une impression d'inutilité profonde, cause parfois du mal-être. La mutilation devient alors une sorte de thérapie, on dit qu'en écrivant on met des mots sur des maux, et bien en se mutilant, on met une souffrance physique sur une souffrance mentale. On fait ça, généralement, car la souffrance mentale est "impalpable", on ne la comprend pas, on arrive pas à l'exprimer, et donc on se blesse physiquement, ce qui revient en quelque sorte à une expression du mal-être intérieur, on extériorise. La souffrance physique apparaît plus légitime. Et bien évidemment, tu le décris si bien, au début ça fait beaucoup de bien, alors on continue, parce que l'on arrive à expulser tout ce que l'on a en nous, et puis ça devient vite une addiction, même une obsession. Et dès que l'on se sent mal, on a cette "alternative" que constitue la mutilation, alors on se mutile pour se sentir mieux. Le souci c'est que l'on ne parvient plus à s'en passer, même si au bout d'un moment ça ne ne nous fait même plus de bien. On continue parce que l'on est persuadé que ça ira mieux après. Et ça va mieux, un moment, mais on retombe vite au fond du trou, et parfois encore plus profondément qu'avant. En te disant ça, je ne cherche pas à te dire "ce n'est pas bien" ni quoi que ce soit, parce que je suis passée par cette période, et j'y suis encore..., et que de toute façon ça ne servira à rien.

Ce qui est étrange c'est que tout le monde s'en fiche plus ou moins, et je ne comprends pas bien là... Dans mon cas, même si j'essayais tous les jours de cacher mes cicatrices, un jour j'ai dû remonter ma manche, un prof a vu deux ou trois marques et j'ai été convoquée à l'infirmerie car ce prof a sûrement pris peur. Et depuis ni les profs ni l'infirmière scolaire ne me lâche, sans parler de ma psychiatre et de mes parents... Alors là je ne comprends pas tes proches. Tu leur en as parlé concrètement? (même si je sais bien que c'est difficile...), peut-être devrais-tu aller voir l'infirmière scolaire? Dans chaque grande ville, il existe des CMP (centre médico-psychologique), où les consultations avec les psychologues et psychiatres sont GRATUITES et ANONYMES. Tu peux donc t'y rendre gratuitement, sans carte vitale ni moyen de paiement, et sans craindre que tes parents soient prévenus. Tu devrais sincèrement y réfléchir.
Si tu as besoin de parler, n'hésite pas non plus à m'envoyer un MP, sincèrement n'hésite pas si ça ne va pas ou que tu as tout simplement besoin de parler, mais je ne suis pas psy et ne pourrais remplacer un vrai psychologue ou psychiatre qui t'aidera plus en profondeur et sûrement bien mieux que moi. C'est grave la mutilation, c'est pas à prendre à la légère comme ça, surtout que tu sembles avoir des idées suicidaires (mutilation avec idée suicidaire est un comportement suicidaire), alors je t'invite vraiment à réfléchir à une consultation. Promet-moi au moins d'y réfléchir. Tu habites dans une grande ville? Ou même dans une ville moyenne de province (ou Paris) ?

Parce que ce n'est pas seule que tu t'en sortiras, et ton topic ici m'apparaît comme un appel au secours. Tu as besoin d'aide, et ton topic est déjà un grand pas tu sais, et bravo parce que la première étape c'est de se rendre compte de sa situation. En postant tu as déjà franchi une étape, parce que tu te rends compte de ta situation, et bien des ados et même adultes, ne s'en rendent pas compte. Par contre tu ne dois pas rester seule, on ne doit jamais rester seul dans sa détresse, c'est pas comme ça que tu sortiras de ce que tu qualifies légitimement d'une "prison". Et même si tes proches (famille, amis, profs...) peuvent t'aider, un psy me semble plutôt nécessaire. Après je suis à ta disposition si tu as besoin de parler, mais comme je te dis, je ne remplacerais jamais un psy.

Ce qui m'intrigue c'est que tu dis que tout le monde s'en fiche plus ou moins de ta situation, et qu'après tu écris "malgré le soutien de mes proches" :??:

Enfin bref, je te souhaite beaucoup de courage, et surtout je te souhaites de t'en sortir.

De mon côté, je me suis scarifiée pendant trois ans, j'ai été hospitalisée six mois, puis un proche est décédé, rien n'allait dans ma vie, alors je suis retombée dans la mutilation, je me scarifie de nouveau depuis près d'un an, malgré mon suivi avec une psychiatre et un psychologue et des médicaments. Je vais être hospitalisée pendant au moins un mois et demi cet été, puis une semaine en hôpital de jour, puis en séquentiel.

L'écriture, le dessin, un sport, ou n'importe quelle passion pourrait te faire du bien. L'écriture aide souvent beaucoup de gens (je crois être bien placée pour le dire), parce qu'elle permet de mettre des mots sur les maux, comme je te le disais tout à l'heure, au lieu de mettre une douleur physique sur une douleur morale, tu peux mettre des mots sur les maux. Le dessin peut aussi fonctionner et une passion aussi, parce qu'elle te fait tout oublier pendant un moment. Tu peux crier ou taper dans un coussin ou dans un oreiller, ça peut faire du bien parfois. Une activité bénévole peut aussi aider, tu t'engages pour les autres, parfois corps et âme, et ça aide, parce que tu te sens utile. Bon courage.
Afficher plus
Afficher moins


Bonjour, je ne sais pas si j'aurai une réponse un jour mais j'ai espoir. Je ne m'étalerai pas mais je voulais savoir ce que tu as fait (détaillé si possible) pour être prise en charge en hôpital. Bonne continuation et merci de ce témoignage.

Profil : Inconnu
pretendue-heureuse
  1. answer
  2. Posté le 13/08/2018 à 09:57:53  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 

MissLylaas40 a écrit :

Bah au début, ça me soulageais, toute la rage que j'avais en moins était expulsée.. Puis c'est devenu une habitude, un "rituel", et aujourd'hui.. C'est une drogue, je prends même plus de plaisir à le faire, faut juste que je le fasse.
Afficher plus
Afficher moins

Moi j'ai commençais en novembre, je me sentais plus seule que jamais alors pour me sentir vivante j'ai décidé de me mutilé. ,au ddebut ça faisait mal mais je m'y suis habitué voir le sang coulé me prouvait que j'etais belle et bien vivante. seulemnt j'en ai malheureusement parlé à une fille en qui je pensait avoir confiance et elle en a parlé. s'en est suivie tout un tas de rendez-vous avec diverse personnes jusqu'au moment où l'on ma déclaré PEI (Enfants Intellectuellement Précoce ), j'ai sauté une classe et ça a été mieux. Sauf qu'il n'y a pas longtemps une fille ma demandé de l'aider elle aussi se mutile et je suis retombé dans cette boucle infernale qui me pousse de plus en plus à me couper. comment faire pour en sortir indemne ?

Message cité 1 fois
Profil : Animatrice
aenere
  1. answer
  2. Posté le 13/08/2018 à 10:04:48  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 

Prétendue.Heureuse a écrit :

Moi j'ai commençais en novembre, je me sentais plus seule que jamais alors pour me sentir vivante j'ai décidé de me mutilé. ,au ddebut ça faisait mal mais je m'y suis habitué voir le sang coulé me prouvait que j'etais belle et bien vivante. seulemnt j'en ai malheureusement parlé à une fille en qui je pensait avoir confiance et elle en a parlé. s'en est suivie tout un tas de rendez-vous avec diverse personnes jusqu'au moment où l'on ma déclaré PEI (Enfants Intellectuellement Précoce ), j'ai sauté une classe et ça a été mieux. Sauf qu'il n'y a pas longtemps une fille ma demandé de l'aider elle aussi se mutile et je suis retombé dans cette boucle infernale qui me pousse de plus en plus à me couper. comment faire pour en sortir indemne ?
Afficher plus
Afficher moins


Peut-être que tu peux parler de ton mal-être à tes parents, ou un autre membre de ta famille, un ami proche, un psychologue, etc ? Sans forcément dire que tu te mutiles. Sais-tu pourquoi tu as recommencé à te mutiler ? Essaie au maximum de t'empêcher de te mutiler. Voici quelques idées pour ne pas le faire (j'ai regroupé ce que j'avais trouvé sur différents sites, je ne sais pas si cela fonctionne ; je pense que c'est avant tout une question de volonté).

Aenere a écrit :

* Quand l'envie vient, essayez d'aller dans une pièce de votre maison où il y a des gens (salon avec sa famille ou ses colocataires, par exemple), afin de ne pas pouvoir vous mutiler. Vous pouvez aussi décider d'appeler quelqu'un afin de vous passer l'envie et de lui en parler. Si vous n'avez pas de proche à qui parler ou que vous ne vous sentez pas de leur parler, vous pouvez contacter des numéros d'écoute : par exemple "Fil Santé Jeunes au 32 24 ou 01 44 93 30 74" en FRANCE, "Jeunesse, j'écoute au 1-800-668-6868" au QUÉBEC, "Télé-Accueil au 107" en BELGIQUE, Pro Juventute au 147" en SUISSE. Il y en a bien d'autres.

* Essayez de trouver une distraction. Certains proposent de dessiner sur leur bras plutôt que d'utiliser une lame. Je ne sais pas si cela fonctionne mais je partage l'idée. Sinon, essayez de vous occuper : regardez la télé (de préférence des émissions, des films ou des séries pas tristes), faites à manger, jouez d'un instrument de musique, jouez à un jeu vidéo, sortez dehors, allez voir votre animal de compagnie, faites du sport, faites du yoga, etc. Essayez de repousser au maximum le moment où vous allez vous mutiler, l'idéal étant que l'envie passe.

* Écrivez dans un journal intime ou autre part afin de mettre à l'écrit ce que vous ressentez. Cela peut vous faire passer le temps, mais cela peut aussi mettre au clair vos idées.

* Trouvez quelque chose pour vous défouler. Vous pouvez vous inscrire dans un club de sport, vous pouvez vous acheter des petits objets comme des balles antistress, vous pouvez boxer un oreiller, etc.

* Supprimez toutes les lames et objets coupants de votre chambre.

* Essayez aussi d'identifier ce qui vous donne envie de vous mutiler, afin de supprimer si possible cette chose. Si c'est une personne, comme un "ami" toxique, essayez de l'éviter au maximum, rayez-le de votre vie.

Il est également très important d'en parler, afin d'être aidé, conseillé et soutenu. Si vous pouvez, parlez-en à vos parents, mais je comprends que certains puissent être gênés à l'idée de leur en parler. Or, il ne faut pas avoir honte ou peur. Vos parents sont normalement là pour vous. Sans forcément évoquer votre mutilation, vous pouvez parler de votre mal-être, et demander d'aller voir un psychologue. Il n'y a aucune honte à aller voir un psychologue. C'est juste un professionnel qui écoute et conseille les autres. Si vous ne vous sentez pas, vous pouvez toujours vous adresser à d'autres proches : un autre membre de votre famille, un ami de confiance, voire le psychologue scolaire, l'infirmier scolaire, le CPE à l'école, un professeur que vous aimez bien, etc. Vous pouvez aussi contacter les numéros d'urgence que j'ai évoqués ci-dessus. Ne restez pas seuls !
Afficher plus
Afficher moins

(Publicité)
 Page :
1  2  3  4  5  6  7  8
Dernière Page
Page Suivante
Page Précédente
Première Page

Ajouter une réponse
Aller à :
 

Sujets relatifs
Mon histoire ... mutilation Longue histoire viol/amour
mutilations ... mais c'est pas sa le problème ... ! Mutilations
Déprime , auto mutilation , tentative de suicide .. Scarifications
Auto-mutilation, scrarification.. Parlez en. Auto-mutilation ?
Scarifications,mutilations et autres...  
Plus de sujets relatifs à : Auto-mutilations et scarifications : racontez votre histoire!

Les 5 sujets de discussion précédents Nombre de réponses Dernier message
amie depresition arcelement ! 4
Amies, embrouille, déprime ... 2
vraiment besoins d'aide.... 2
Je n'aime pas ma personne et mon comportement... 4
Je me mutile Aidez Moi. 11