FORUM Ados-Sante

|-  Anorexie, boulimie

||-  

Mon histoire/Besoin de vider mon sac

 

liste des connectés  Lancer une recherche S'inscrire S'identifier Répondre à cette discussion Créer un nouveau message
 

Ajouter une réponse

 
Page photos
 
 Mot :  Pseudo :  
Vider la liste des messages à citer
 
 Page :
1
Auteur
 Sujet :

Mon histoire/Besoin de vider mon sac

Prévenir les modérateurs en cas d'abus 
Profil : Etranger
anneliese-melia
  1. answer
  2. Posté le 11/09/2018 à 18:04:03  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Bonjour. Voilà, ça fait plus de deux ans que je suis hospitalisée en psy. J'ai passé ma première et ma terminale dans une clinique soins-études, j'y ai passé mon bac et je suis maintenant en L1, avec un emploi du temps aménagé. Je partage donc mon temps entre la fac et la clinique. J'y ai fait trois services, rencontré trois "générations" de patients, ce qui fait une bonne soixantaine de malades. avant ça, lorsque j'avais 14 ans, j'ai été hospitalisée dans un service de psy très fermé. Tout ça pour vous dire que des personnes avec des TCA, j'en ai rencontré un paquet, dont certaines avec qui j'ai été très proches, donc je connais assez bien les dangers des TCA.
Je n'ai jamais eu de troubles alimentaires comme diagnostic, mais j'ai des troubles diagnostiqué dont un qui peut y être lié: le stress post-traumatique suite à des attouchements. De mon agression, donc en avril 2013, à ma première hospitalisation fin 2014, je mangeais peu (un seul vrai repas par jour) et lors de mon entrée à l'hôpital, je pesais 52kg pour 1m74, donc j'étais déjà en sous-poids. J'ai recommencé à apprendre à manger, petit à petit. Je suis arrivée à la clinique en avril 2016, en service post-urgence, absolument pas pour des TCA puisque je mangeais normalement, sauf lors des jours où j'étais au plus bas, comme souvent lors d'une dépression. Et puis c'est pendant que j'étais en hospitalisation complète soins-études que j'ai eu des phases qui ont duré maximum une semaine où le stress de manger et de prendre du poids arrivait. Ça repartait toujours au bout d'une semaine, après quoi je remangeais normalement de façon progressive. Je faisais une heure de running par semaine, jamais à jeun, je me sentais mieux dans mon corps (même si je n'ai jamais réussi à vraiment m'accepter). Et puis... J'ai changé de service et je suis partie en hôpital de jour début janvier 2018. Plus le temps de faire du sport en dehors des cours d'EPS, fatigue permanente. Du coup, j'ai commencé à manger plus, aidée par ma nouvelle pilule qui accentuait ma faim. Au total, j'ai pris 15kg entre janvier et le mois de mai. Entre mai et début août, mon poids est resté stable. Et depuis début août, ça déchante. Je me suis pesée ce matin, et j'ai perdu 10,3kg, en l'espace d'un peu plus d'un mois. Les soignants de mon service étaient au courant, mais ils me disaient d'attendre un peu, et que la priorité était de préparer ma rentrée à la fac. Ma rentrée à la fac s'est bien passée, mais chaque repas est un stress supplémentaire. J'ai annoncé aujourd'hui à ma psy et à mes référentes infirmières ma perte de poids et la réponse fut sans appel: interdiction de me peser chez moi (sachant que je me pèse max une fois tout les dix jours) et je vais avoir une pesée tout les 15 jours. À cause de mon stress post-traumatique, elles m'ont accordée d'avoir une tenue spéciale pour les pesées toujours dans mon casier à la clinique (un legging de sport et un tshirt léger), pour que je puisse ne pas être pesée en sous-vêtements (ce qui m'est insupportable, en un an et demi d'hospitalisation en temps-plein, j'ai toujours été en négociation pour les pesées qui avaient lieu une fois par mois et à chaque fois je réussissais à garder mes vêtements). Avec ça, il a été décidé que je fasse de l'APA (Activité Physique Adaptée, une sorte de cours de sport très léger qui n'est pas dans le même cadre que les cours d'EPS qui ont lieu comme dans n'importe quel lycée), mais en individuel avec la prof, et non en petit groupe comme cela se passe habituellement. J'ai ma première séance mardi prochain, qui sera précédée par un entretien avec ma référente et la prof.
Je suis perdue dans ma tête, manger m'est très compliqué et pour compenser la faim je bois énormément. Tous les repas sont un stress, je pèse tous mes aliments et compte les calories pour me calmer, mais ça vire à l'obsession...
Message cité 1 fois

---------------
La vie, une prison ou une liberté ?
(Publicité)
Profil : Inconnu
uranus1234
  1. answer
  2. Posté le 15/09/2018 à 09:56:12  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 

anneliese-melia a écrit :

Bonjour. Voilà, ça fait plus de deux ans que je suis hospitalisée en psy. J'ai passé ma première et ma terminale dans une clinique soins-études, j'y ai passé mon bac et je suis maintenant en L1, avec un emploi du temps aménagé. Je partage donc mon temps entre la fac et la clinique. J'y ai fait trois services, rencontré trois "générations" de patients, ce qui fait une bonne soixantaine de malades. avant ça, lorsque j'avais 14 ans, j'ai été hospitalisée dans un service de psy très fermé. Tout ça pour vous dire que des personnes avec des TCA, j'en ai rencontré un paquet, dont certaines avec qui j'ai été très proches, donc je connais assez bien les dangers des TCA.
Je n'ai jamais eu de troubles alimentaires comme diagnostic, mais j'ai des troubles diagnostiqué dont un qui peut y être lié: le stress post-traumatique suite à des attouchements. De mon agression, donc en avril 2013, à ma première hospitalisation fin 2014, je mangeais peu (un seul vrai repas par jour) et lors de mon entrée à l'hôpital, je pesais 52kg pour 1m74, donc j'étais déjà en sous-poids. J'ai recommencé à apprendre à manger, petit à petit. Je suis arrivée à la clinique en avril 2016, en service post-urgence, absolument pas pour des TCA puisque je mangeais normalement, sauf lors des jours où j'étais au plus bas, comme souvent lors d'une dépression. Et puis c'est pendant que j'étais en hospitalisation complète soins-études que j'ai eu des phases qui ont duré maximum une semaine où le stress de manger et de prendre du poids arrivait. Ça repartait toujours au bout d'une semaine, après quoi je remangeais normalement de façon progressive. Je faisais une heure de running par semaine, jamais à jeun, je me sentais mieux dans mon corps (même si je n'ai jamais réussi à vraiment m'accepter). Et puis... J'ai changé de service et je suis partie en hôpital de jour début janvier 2018. Plus le temps de faire du sport en dehors des cours d'EPS, fatigue permanente. Du coup, j'ai commencé à manger plus, aidée par ma nouvelle pilule qui accentuait ma faim. Au total, j'ai pris 15kg entre janvier et le mois de mai. Entre mai et début août, mon poids est resté stable. Et depuis début août, ça déchante. Je me suis pesée ce matin, et j'ai perdu 10,3kg, en l'espace d'un peu plus d'un mois. Les soignants de mon service étaient au courant, mais ils me disaient d'attendre un peu, et que la priorité était de préparer ma rentrée à la fac. Ma rentrée à la fac s'est bien passée, mais chaque repas est un stress supplémentaire. J'ai annoncé aujourd'hui à ma psy et à mes référentes infirmières ma perte de poids et la réponse fut sans appel: interdiction de me peser chez moi (sachant que je me pèse max une fois tout les dix jours) et je vais avoir une pesée tout les 15 jours. À cause de mon stress post-traumatique, elles m'ont accordée d'avoir une tenue spéciale pour les pesées toujours dans mon casier à la clinique (un legging de sport et un tshirt léger), pour que je puisse ne pas être pesée en sous-vêtements (ce qui m'est insupportable, en un an et demi d'hospitalisation en temps-plein, j'ai toujours été en négociation pour les pesées qui avaient lieu une fois par mois et à chaque fois je réussissais à garder mes vêtements). Avec ça, il a été décidé que je fasse de l'APA (Activité Physique Adaptée, une sorte de cours de sport très léger qui n'est pas dans le même cadre que les cours d'EPS qui ont lieu comme dans n'importe quel lycée), mais en individuel avec la prof, et non en petit groupe comme cela se passe habituellement. J'ai ma première séance mardi prochain, qui sera précédée par un entretien avec ma référente et la prof.
Je suis perdue dans ma tête, manger m'est très compliqué et pour compenser la faim je bois énormément. Tous les repas sont un stress, je pèse tous mes aliments et compte les calories pour me calmer, mais ça vire à l'obsession...
Afficher plus
Afficher moins





Salut, j'espère que tu t'es sentie un peu mieux en ayant écrit tout cela. En général la nourriture et la manière dont on se nourri est une compensation par rapport à un traumatisme ou autre. Dans ton cas c'était ton agression. Personnellement je pense que c'est déjà une bonne chose que tu en parles. De prime abord ce n'est peut être pas grand chose mais c'est important dans ton cas.

Tout ses trucs spécialisé honnêtement je n'en connais aucun. Mais peut être la question à te poser c'est de quoi tu te nourris ? Qu'apporte tu dans ta vie ? Ton environnement ?

Au final ton rapport à la nourriture n'est qu'une conséquence de ton vécu. Tu en as sans doute déjà conscience. Je ne te dirais pas d'arrêter d'y penser cela produirait l'effet inverse. Mais qu'est-ce que tu veux toi ? Au delà de la nourriture. Réintégrer ton corps suite à ton agression ? Je trouve que tu as beaucoup de mérite pour ton chemin par rapport à ça. La guérison est un travail de tout les jours et tu as l'air de bien réussir même si il resteras des traces. Il en restes toujours un peu. Mais je ne t'apprends rien si je te dis que ce n'est pas ça qui te définit. Tu as fais un chemin qui t'a permis d'avancer.

Que représente la prise de poids pour toi ?

Tout ce que je peux te conseiller c'est de lâcher prise. Tu n'as pas l'air d'aimer que ton environnement soit chamboulé. Peut être as tu besoin de repère lorsque le monde est chamboulé.

Lâche prise..... je sais plus facile à dire qu'à faire mais tu as déjà fait du chemin. Ne te perds pas de vue. C'est en toi que tu as réussi à trouver la force d'avancer et tu le fais encore alors tant que tu seras en accord avec toi même ça ira. Peut importe ce qui arrive dans ta vie, tu n'es pas ce que tu vis. Et ça ira toujours mieux tant que tu ne te laisseras pas. Tes repères sont en toi. Rappelle toi qui tu es. N'oublie pas.

Alors tu avanceras petit à petit. Encore et encore. Étape par étape. Tu t'es sorti jusque là. Tu t'en sortira aussi si tu puise en toi.

Voilà je voulais t'écrire ce message parce que personne n'avait l'air d'avoir répondu. J'espère t'avoir aidé. J'ai fais du mieux que j'ai pu en tout cas. Même si je ne te connais pas je suis fier de toi. Parce que tu avances. Que tu trébuches, que tu tombes il y aura toujours quelque chose en toi qui restera là. Ça sera sans doute difficile et il y aura encore de la route c'est sûre mais ne te perds pas. Deviens toi même.

C'est une bonne chose que tu ais écris ça aide toujours un peu en général. Sinon profite du temps qu'ils soient "bon" ou "mauvais"

Et ne tiens pas trop rigueur aux gens du forum. Ils ne répondent pas toujours mais généralement ils répondent et donnent des bons conseils.

Allez à la revoyure ;)

Profil : Etranger
anneliese-melia
  1. answer
  2. Posté le 15/09/2018 à 13:44:06  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Uranus1234 Merci de ton message, il me fait beaucoup de bien. Je ne me suis jamais posé ces questions. Dans ma tête je suis toujours en mode "survie", tout les jours je me bats contre moi-même. Je n'arrive plus à me regarder dans un miroir depuis mon agression, mais j'essaye de progresser à mon rythme. J'ai de la chance d'avoir un grand soutien à l'hôpital, je n'ai aucun jugement de la part ni des soignants ni des patients.

Je ne veux qu'une chose: retrouver la sérénité avec mon corps, pouvoir vivre disons "normalement" même si ce terme n'a pas vraiment de sens. J'ai mis du temps à me dire que je n'étais pas qu'une malade et maintenant c'est seulement à la fac quand je suis avec mes ami.e.s que dans ma tête je suis une étudiante comme les autres, simplement avec mes particularités. Le reste du temps le mot "patiente" reste encore dans mon esprit.
Avant, j'étais fine, je me trouvais jolie, même si je n'ai pas vraiment eu d'adolescence à cause de l'agression. Maintenant, je me trouve énorme, moche. Mais je n'ai jamais accepté les changements dus à la puberté, car j'avais 12 ans quand ça s'est passé.

Lâcher prise... C'est ce que m'a dit ma référente infirmière jeudi au moment de la pesée. Qu'est-ce que c'est compliqué... Cela fait des années que j'essaye de m'accrocher à tout ce que je peux, contrôler pour ne surtout pas retourner à la perte de contrôle au moment de l'agression.


Merci beaucoup de ton message en tout cas.


---------------
La vie, une prison ou une liberté ?
En vacances au pays des licornes
Profil : Notable
pineapple0103
  1. answer
  2. Posté le 15/09/2018 à 17:50:32  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Hello,
En général, je passe régulièrement sur le forum, mais avec le début de la fac, j'étais dépassée de mon côté.
Le fait d'en avoir parlé, c'est la première étape et une des plus importantes. En effet, il faut identifier le problème avant de pouvoir le traiter.
Je pense qu'il faut que tu travailles sur plusieurs aspects. Un des plus importants, c'est l'estime de toi. Oui, tu as pris du poids. Est-ce que pour autant, cela a un réel impact sur ton entourage? Est-ce que cela te pose des problèmes dans la vie quotidienne?
Je pense que ton but premier, c'est d'apprendre à t'accepter, avant que tes problèmes ne s'accentuent. Pour cela, je te conseille de faire un peu de sport qui demande une maîtrise du corps, comme de la danse ou du yoga.
Et aussi de cuisiner tes repas. Plutôt que de contrôler ce que tu manges, contrôle ce que tu mets dans ton assiette, essaye de cuisiner des choses que tu aimes, de trouver du plaisir à manger. Pour cela, essaye de soigner la présentation des aliments, mais aussi de prendre du temps pour manger dans une atmosphère calme. Il faut que les repas fassent parti de ta routine et que tu ne puisses pas envisager de rater un repas.
Mais avant tout, écoute ce que disent tes médecin et fais-leur confiance. Je te souhaite du courage pour la suite et du succès dans tes études :)

(Publicité)
 Page :
1

Ajouter une réponse
Aller à :
 

Sujets relatifs
Besoin d'avis mon histoire
Besoin de vider mon sac. Histoire ???
Mon histoire Ma merveilleuse histoire
Mon histoire Pavé , histoire parmis t'en d'autres ..
L'histoire d'une parmi d'autres (Attention, pavé inside). Cette histoire jamais racontée...
Mon histoire, ..  
Plus de sujets relatifs à : Mon histoire/Besoin de vider mon sac

Les 5 sujets de discussion précédents Nombre de réponses Dernier message
Copine anorexique ? 2
Rodéo, pas pour moi 1
Anorexie et mode “famine”? 1
hyperphagie ? 2
Perte de poid 2