|-  

||-  Être aimée, ou plutôt : ne pas l'être

 

liste des connectés  Lancer une recherche S'inscrire S'identifier Répondre à cette discussion Créer un nouveau message
 

Ajouter une réponse

 
Page photos
 
 Mot :  Pseudo :  
Vider la liste des messages à citer  
 Page :
1
Auteur
 Sujet :

Être aimée, ou plutôt : ne pas l'être

Prévenir les modérateurs en cas d'abus 
n°540742
Artisttea
Musicienne dans l'âme, lectrice dans une autre vie
Profil : Etranger
artisttea
  1. answer
  2. Posté le 03/07/2017 à 22:33:17  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Tout d'abord, bonjour; enfin, bonsoir.

Je dois préciser ceci : je n'ai envie de donner des idées à qui que ce soit. Mais il y a certains soirs où écrire sur papier, pour soi-même, ou même pour personne, ne suffit plus.
Cet endroit a l'air d'être là pour ça.

Alors : voici mon "coup de gueule".

J'ai dix-sept ans. Tout devrait être "bien", "sympa" à cet âge-là, parce qu'on est pas sérieux quand on a dix-sept ans comme l'a écrit Rimbault. Enfin, à part les cours, les cadets chiants deux fois par semaine et les parents qui ne veulent pas de sortie en semaine ou de jeux-vidéos après vingt-et-une heure. Si ma vie, c'était ça, ça m'irait peut-être pas.
Mais ce qui se passe depuis dix-sept ans dans ma vie, ça ne pas du tout.

Y'a pas de point à développer : mon adolescence, la dépression, la maladie, mes rapports aux autres, ma famille. Par quoi commencer ? Le plus évident, comme dans les questions de corpus ? Je suis en Première L, dans un lycée de province, tout ce qu'il y a de plus banal. Mes parents roulent pas sur l'or, loin de là. Les fins de mois sont parfois - souvent - difficile, mais on a de quoi vivre. C'est le plus important, non ?
Non.

Ce qui devrait être le plus important dans une famille, c'est l'amour. C'est pas vraiment le cas dans la notre, ou tout du moins, c'est l'impression que j'ai. Déjà, on est pas très démonstratif. Moi, si. Je manque de câlins, de "bonne nuit, ma chérie", d'attentions, de lueurs de fierté dans le regard de mes parents; alors que j'ai toujours tout fait pour être la petite fille parfaite.
La vie s'est un peu défoulée sur moi, et je n'ai pas pu tenir mon rôle avec exactitude. Mais j'ai fait comme j'ai pu, avec les moyens du bord.
J'ai pleuré au premier trimestre de ma classe de sixième, en ayant les résultats du conseil de classe. Moyenne générale : 16 et des poussières. Sur 20, oui. C'était le drame, parce que je ne savais pas comment Maman allait réagir quand je rentrerais, le soir. Faut dire qu'on marche à la peur, niveau éducation. Ou plutôt, à la terreur.

Je ne suis pas quelqu'un de fort, psychologiquement, j'entends. J'ai jamais été très à l'aise en "société". Déjà dans la cour en primaire, je jouais aux billes avec les garçons, ou à Pokémon; et je n'avais pas beaucoup de copines. Je me souviens les heures passées dans la cour des grands, assise toute seule sur le muret pendant la récréation. Pourtant, je n'étais pas punie. J'ai même toujours été une élève studieuse, parce que c'est ce qu'on attendait de moi; en plus de ça, ça ne me demandait pas beaucoup d'efforts.

Je crois que j'ai plus ou moins opté pour un plan chronologique. Cette exposition de ma vie va d'ailleurs m'être bien chronophage. Ha, ha. Chronologique, chronophage... Laissez tomber.

Je suis quelqu'un qu'on peut qualifier de gentille, même timide ou plutôt réservée, mais surtout... J'ai toujours été "grosse". En plus de ça, pas le genre de petite fille coquette. Faut dire qu'à la maison, tout est géré d'une main de fer par la maternelle, du moindre œuf dans la préparation à gâteau aux vêtements que l'on portera aujourd'hui à l'école. On ne sort pas beaucoup. Ma vie, c'est et ça a toujours été la maison et l'école. Ma mère n'a aucune confiance en mon père. Je pense que ça peut se comprendre au regard des soucis financiers qui se sont déclarés il y a bien des années. C'est drôle de découvrir de telles informations sur sa famille au détour de conversation banale. Au moins, je suis au courant, maintenant. En plus, j'ai jamais fait d'activités extrascolaires. Après des consultations avec la psychologue scolaire en CE1 (aucune idée du pourquoi, d'ailleurs) et CM2 (très chère maitresse détestée); il y a surtout eu un - ou plutôt, des - problème(s) de taille : la maladie.

A dix ans, c'était les chevilles toujours en vrac, qui ont menées à la trouvaille d'une scoliose. Scoliose que, presque huit après, je trimballe encore joyeusement sur mon dos - littéralement. Comme un escargot porte sa coquille sur le dos. Bonjour le corset de nuit; pendant un an. Puis, pour ma rentrée au collège - enfin chez les grands ! -, corset de jour. Bonjour enfer(s).
Il y a eu les rentrées des classes loupées à cause des rendez-vous médicaux. Pis, les changements d'établissements. Trois fois en quatre ans. Le harcèlement scolaire, la peur des autres, de mes camarades; et puis la perte de confiance envers les adultes. Huit de moyenne au second trimestre de ma cinquième, en espérant qu'on remarque enfin que quelque chose n'allait pas. Malgré Maman et tout ce que je lui racontais, rien n'allait mieux. Pendant un an et demi, les moqueries, les bousculades. La fameuse dégringolade dans l'escalier du premier étage, l'escalier E je crois, près de la salle de musique - j'aimais tellement la chorale et mon professeur de musique ! -; les deux ou trois rapports injustifiés de professeurs qui craignaient pour leur poste.
Et la maladie qui s'est déclenché à la suite de tout ça : problèmes d'estomac, vomissements quotidiens, sorties de cours intempestives; exclusion, encore et toujours. Les aller-retours chez le médecin, les spécialistes, les urgences pédiatriques et les hôpitaux.
Mais le pire, je crois; c'était la dépression, les idées noires qui ne me lâchent plus depuis lors. Les envies de suicide, les lettres, les non-passages à l'acte, les pleurs.

Fin de tout ça. Pour un tant du moins. Changement de collège. Un an de bien-être. Puis un nouvel enfer, moins impressionnant cette fois, mais qui a ses conséquences, surtout quand il fait écho à un traumatisme encore frais. Des bras de fer contre ceux qui ont tord, je n'ai plus peur, je peux et veux me défendre. Tentatives inutiles.
Nouveau déménagement. Trois mois de purs bonheurs, qui m'ont "sauvés"; et qui finissent bien trop tôt.
Puis le lycée. Les idées noires qui rattrapent, avec tout le reste.

Dix-sept ans. Aucune vague, volontaire tout du moins. Pas de crise d'adolescence, juste une gamine enveloppée, romantique et sensible à souhait, docile comme un agneau; qui sait où sont ses intérêts. Ne pas se faire remarquer. Rentrer dans le moule. Ressembler à tout le monde.
Le temps d'adaptation de la seconde, mes premières affirmations. Mais beaucoup trop de combats perdus avant d'être menés. Encore la maladie, les malaises, la fragilité inadmissible que ça représente. Les soucis d'organisation, la peur égoïste de mes proches d'avoir à gérer ça pour moi, alors que ça m'échappe totalement. Je n'ai aucun contrôle et je déteste ça.
Première L. J'ai déçu, je ne serais jamais médecin. Ma mère y croyait dur comme fer. Mais moi, je pleure déjà à l'idée de la veille, du jour qui se passe et de celui qui sera demain. Je déteste ma vie. J'ai un journal intime et un code couleur : noire pour les mauvais jours, bleus pour les grandes joies. Beaucoup trop de noir. Pratiquement que du noir, en fait. Ce qui m'aide à tenir, c'est la musique. Et ma prof de musique, que j'aime tellement, et aussi celle de théâtre; et tous ceux qui peuvent me valoriser pour mon travail scolaire. Parce que c'est tout ce que je sais faire.

A la maison, impossible de mettre la main à la patte. Sans nous avoir appris, mon frère et moi sommes des incapables; mon père, un raté en définitive. Rien ne convient à ma mère, qui nous demandent tout et son contraire. Aucune liberté. Tout le monde doit toujours lui rendre des comptes, même à propos de choses qui ne la regardent pas. Absence totale d'intime. J'ai eu peur d'évoquer mes parents pendant des années, me refusant à livrer la moindre information de peur de dire quelque chose de travers. Même pas par peur de me ridiculiser. Juste par trouille de dire quelque chose qu'il ne fallait pas, et de déplaire à mes parents. Peur de faire la moindre bêtise, pas le droit de tenter la moindre expérience. Pas de vie, en somme. Même pour une enfant de six, sept, huit, douze, quinze ans.

Pas de sortie, toujours être convenable, ne pas faire un pas de travers. Pas le droit à l'erreur. C'est ce que je redoute le plus : l'erreur. L'échec est inenvisageable. Plutôt mourir.

Dans mon petit groupe d'amie, je conviens à tout le monde. Je suis la plus effacée de toutes, mais ça me va. Elles ont un an de plus que moi, toutes les trois. On vit dans la même chambre en internat. Leur maturité, leur personnalité affirmée : ce sont mes grandes sœurs de cœur. Je m'autorise même à être normale avec elles; à faire des coups fourrés comme sortir en ville sans envoyer un inutile message à ma mère pour la prévenir quand je reviens, avec qui je suis et pourquoi faire. Elle me lâche progressivement la bride, ne fait plus mes comptes, mais je ne dépense mon argent comme je le veux : j'ai toujours peur que ce que j'achète ne trouve pas son approbation. Pour être (encore) critiquée, non merci. J'en ai marre des mots crus, de la violence.
Je déteste le conflit. Je le fuis, je suis hypersensible. Ma prof d'anglais a pensé que je pourrais être surdouée. Mais ma mère a écartée le soucis - parce que oui, c'est un soucis apparemment d'être différent - rapidement, et je n'aurais pas de réponse ni d'aide. Mais c'est pas le plus important, parce que la magie d'internet, c'est de pouvoir correspondre, chercher et trouver. Je me documente énormément sur plein de choses.
A commencer par la musique. J'ai appris le piano, la guitare et le solfège seul depuis que mon intérêt a été éveillée vers l'âge de douze ans, je crois. La musique a toujours été là pour moi : l'album de Blunt de Papa dans la voiture, les CD 2 titres que je demandais, la chaîne hifi dans ma chambre... Je me débrouille en chant, même si je ne me sens pas légitime, pas réellement douée la plupart du temps. Mais j'aime ça, et je m'en fous de l'avis des autres. Apparemment, m'entendre n'est pas désagréable. Ma voix a touchée certaines personnes. Ma prof de musique me propose des morceaux, c'est toujours plaisant de se sentir capable, ou alors de relever en défis. Surtout quand la vie nous a blessé profondément.
Beaucoup trop profondément.

Ce soir, j'ai envie de crever. Comme de nombreux autres jours. D'écrire une lettre, la dernière; même si je ne sais à qui l'adresser. Probablement à J., qui me comprends et me rassure si bien. M. n'est pas si différente que moi, mais elle a son petit monde qui tourne autour de sa personne, comme nous tous, bien sûr. Puis R. vit dans un roman, ça lui va si bien : son physique de personnage de manga, sa capacité à captiver et être aimé de tout le monde. Sa jolie voix, sa gentillesse, sa personne toute entière.

J'ai l'impression de ne jamais avoir aimée - et avoir été aimée de - personne d'autres. Ma marraine est loin depuis longtemps, jamais nos rapports seront ceux qu'ils auraient possiblement peu être si elle était restée près de moi. Mes grands-parents, n'en parlons pas : j'aurais pu ne pas en avoir, ça aurait été la même. Oncles, tantes : vaguement.
Je n'ai aucune attache, à part mes trois amours de fichues meilleures amies qui partent, encore quelques personnes qui me quittent. Je sais que je vais me retrouver seule face à mes idées noires, alors qu'elles m'en ont pratiquement parfaitement préservée pendant un an. Je supportais beaucoup de choses - plus précisément, de personnes - grâce à elles, et ce ne sera bientôt plus le cas. Je vais redevenir un monstre de solitude.
Avec un peu de chance, j'aurais mon violon pour compagnon.
Je ne me fais d'illusion. Je ne crois plus en l'amour d'un mec de dix-sept immature pour une fille telle que moi. Je suis une torturée, qui songe souvent au suicide en passant devant la fenêtre de la salle de bain de l'internat, parce ce que c'est la seule qu'on peut véritablement ouvrir pour sauter du deuxième étage. Je suis de celle, pathétique, qui ont commencées à s'automutiler "pour essayer", et qui finit par ressentir un véritable besoin de se gratter jusqu'au sang pour se sentir mentalement mieux. Tordue, détraquée. Bientôt, je n'aurais plus visage humain.

En plus de tout cela, je fais bientôt savoir si je suis vraiment malade, une fois de plus. Une fichue hospitalisation que je redoute, mais que je ne peux refuser. Je suis même poussée par la curiosité. Mais j'ai surtout la trouille d'apprendre qu'il va falloir m'ouvrir le ventre pour enlever des tumeurs de mon intestin ou de mon pancréas. Il y a une chance infime, et je n'arrive pas imaginer qu'un truc aussi gros m'arrive à moi. Mais si ça arrivait.
J'ai toujours catégoriquement refusée d'être opérée. Je suis donneuse d'organes, pas question de me retirer de la liste, comme ça, vous êtes au courant; mais je ne veux pas que ça aille plus loin. Quitte à ressembler au bossu de Notre-Dame dans dix ans. Je serais probablement morte avant ça.

Pour une suicidaire, j'ai des rêves pour mon avenir : adopter des enfants, les éduquer comme j'aurais aimé être éduquée. Traiter les gens avec bienveillance, laisser encore un peu plus de place à la musique dans ma vie, sans vouloir en faire mon métier dans l'immédiat. Réussir mes études de droit, rentrer dans une grande école - en tout cas, réussir à m'en donner les moyens - et devenir procureure. Ca, ça serait gagner le gros lot. Me sentir aimée, ce serait le paradis.
J'ai l'impression que l'amour, on ne connaît pas, à notre époque. Entre les faux semblants, les critiques, l'intolérance... Je déteste que l'on se déteste.

Pourquoi on ne peut pas s'aimer, hein ?


---------------
"C'est au plus profond de l'hiver que j'ai découvert qu'il existait en moi un invisible printemps."
(Publicité)
n°540743
Elo.aura
Profil : Inconnu
elo-aura
  1. answer
  2. Posté le 03/07/2017 à 23:14:54  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Je vois maintenant qui tu es. Des questions obtiennent des réponses. ..

n°540744
Elo.aura
Profil : Inconnu
elo-aura
  1. answer
  2. Posté le 03/07/2017 à 23:30:33  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Les trois petits points à la fin de mon message étaient en trop  Mais je suis heureuse, enfin, si ce mot est vraiment adapté, se savoir qui tu es maintenant.

n°540746
Artisttea
Musicienne dans l'âme, lectrice dans une autre vie
Profil : Etranger
artisttea
  1. answer
  2. Posté le 04/07/2017 à 08:08:12  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Si ce message a pu servir à autre chose qu'à me défouler. C'est vrai que, pour le coup, ça me reflète en tant que personne entière, sans demi-mots ni faux semblants.

J'allais mal, j'avais besoin d'écrire. A défaut de pouvoir jouer, d'ailleurs.

Merci d'avoir lu, et d'avoir écrit ce commentaire. Egoïstement, ça fait du bien de se savoir "entendu"; sans apitoiement de la part des autres.


---------------
"C'est au plus profond de l'hiver que j'ai découvert qu'il existait en moi un invisible printemps."
n°540761
Swann1704
Je croyais être incomprise jusqu'à ce que je comp
Profil : Etranger
swann1704
  1. answer
  2. Posté le 05/07/2017 à 10:56:18  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Je te félicite tu as le courage de dire ce que tu as sur le coeur sans crainte. :)

n°540770
Charlie - Gaëlle
Là pour aider
Profil : Etranger
charlie-gaelle
Sur mon blog :
  1. answer
  2. Posté le 05/07/2017 à 20:39:13  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Bonsoir,

D'abord je te trouve très courageuse pour tout ce que tu as vécu et surmonté malgré les séquelles et les cicatrises mais aussi pour oser dire ce que tu penses et ce que tu as sur le cœur.
J'espère que tu parviendras à réaliser tes rêves tout ce que je peux te dire c'est de ne pas perdre espoir.
Enfin non je peux aussi te dire que si un jour ça ne va pas, tu auras toujours ta place sur ce forum puisqu'il y aura toujours des personnes présentes pour "écouter" tes confidences ou tes coups de gueule et pour te soutenir ou même t'aider.

En tout cas n'hésite pas moi je suis la (et comme beaucoup d'autres) si tu veux t'exprimer.

Donc voilà ne perds pas espoir et aussi, saches que le fait d'être hypersensible ne fait pas de toi quelqu'un de faible.


---------------
Un jour tu fumeras les cendres de mon cœur en guise de joint, et tu comprendras quand tu seras stone, combien j'allais pas bien.

Je suis douée d'une sensibilité absurde, ce qui érafle les autres me déchire.  - Gustave Flaubert
n°540775
Mattooff
Profil : Citoyen
mattooff
  1. answer
  2. Posté le 06/07/2017 à 09:20:57  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Telle est la question.
Message cité 1 fois

---------------
« Tout ce qui est or ne brille pas; Tout ceux qui errent ne sont pas perdus; Le vieux qui est fort ne dépérit point; Les racines profondes ne sont pas atteintes par le gel. »
J. R. R. Tolkien
(Publicité)
n°540779
Artisttea
Musicienne dans l'âme, lectrice dans une autre vie
Profil : Etranger
artisttea
  1. answer
  2. Posté le 06/07/2017 à 12:15:17  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 

Mattooff a écrit :

Telle est la question.
Afficher plus
Afficher moins

J'applaudis.


---------------
"C'est au plus profond de l'hiver que j'ai découvert qu'il existait en moi un invisible printemps."
n°540785
Ma conscience
Ma place est en enfer.
Profil : Quidam
ma-conscience
  1. answer
  2. Posté le 06/07/2017 à 20:16:16  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Tu as une vie difficile et si tu ai encore ici pour prendre le courage de dévoiler tout ça après tout ce que tu as vécu c'est bel et bien que tu es une personne forte. Affronte tes peurs, fait tout pour atteindre tes objectifs et réaliser tes rêves, et même si tu échouer ce n'est pas grave laisse toi forger par l'échec si il se présente et tu deviendra plus forte. Le fait que tu ne crois pas en l'amour me laisse penser qu'en fait toi tu en ai remplis, je suis sur qu'en fait tu déborde d'amour et ne pas pouvoir la distribuer en des gens qui en valent la peine te fait beaucoup de mal. En fait tu ne crois pas en l'amour car celle distribué par la société est artificielle et ne correspond pas à toi.

Les idées noires... j'ai le même problème, sauf que les raisons sont totalement différente et peut être plus extrême sur un plan "moral". Mais il faut résister face à notre côté obscure c'est un combat spirituel et je ne saurai expliquer pourquoi parfois notre conscience est contre notre propre raison.
Message édité par Ma conscience le 02/09/2017 à 19:32:18

---------------
N'hésite pas à visiter mon profil ;)
n°540786
louve2011
Profil : Superstar
louve2011
  1. answer
  2. Posté le 06/07/2017 à 21:07:24  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Tu te sentiras aimer, ne t'inquiète pas ça viendra et ça sera le plus beau des cadeaux :)
Courage!


---------------
ton plus gros défaut... ou ta plus grande qualité
n°540911
kare2001
Profil : Inconnu
kare2001
  1. answer
  2. Posté le 14/07/2017 à 00:22:50  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Toi et moi je trouve qu on se ressemble...
Vraiment à peu pres tout ce que tu as dit c'est pareil pour moi... La situation à la maison, le manque, la discrétion...
Je n'ai pas beaucoup de conseils desolée moi je suis encore dedans... Juste que tu as raison d'écrire ...
Et pour la musique ru as raison c'est une raison de vivre...
Moi je me dis que je dois tenir encore quelques années travailler à fond pour apres partir, etre libre et peut etre tirer un trait sur le passé.
Si tu as besoin je suis là n hesite pas à me parler même en privé si t'a envie...
En tout cas je trouve que tu ecris tres bien !!!
Et que tu es une battante tu n'a quand meme pas tenu tout ce temps pour maintenant baisser les bras...

n°540920
KriTiKal
smoke day every weed
Profil : Citoyen
kritikal
  1. answer
  2. Posté le 15/07/2017 à 01:26:17  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Moi je t'aime et je te trouve génial, continue de faire ce que t'aimes ;)

(Publicité)
n°540922
PassagèreO​ccitane
No lo sabes, pero mi corazón es tuyo...
Profil : Quidam
passagereoccitane
  1. answer
  2. Posté le 15/07/2017 à 13:36:36  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Bonjour,

Ce que je vois au travers tes mots, c'est une personne douée d'une force exceptionnelle. Tu as su résister à toute la merde de la vie, et tu t'accroches à tes rêves.
Je t'admire pour cela. Vraiment.
Continues. Bats-toi. Prouves au monde que tu as ta place. Ne lâches rien.

Et si tu souhaites parler... N'hésites pas.


---------------
*"Keep Calm and Be Yourself"
*La vie est un plat d'espoir, pimenté de souffrances et assaisonné de joies.
*Just MUSEic
* Dar amistad a quién quiere amor, es como dar pan a quién quiere agua.
* "You can either feel like a victim all the time, or you can get off your ass and do what you whant to do." Chester Bennington.
n°540924
Chadebol
En toute humilité..
Profil : Célébrité
chadebol
Sur mon blog :
  1. answer
  2. Posté le 15/07/2017 à 15:17:50  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Tu écris merveilleusement bien
Quand t'auras réussi dans ta vie,ou du moins accompli ce que tu souhaitais,la haine et la souffrance se transformera en fierté et force ..Pour l'instant combat tes démons


---------------
~quoi que tu fasses on te critiqueras,
Donc n ecoutes pas l avis des autres et vis ta vie~
n°540938
Neydaruinn
Profil : Célébrité
neydaruinn
  1. answer
  2. Posté le 17/07/2017 à 02:23:11  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Tout d'abord tout comme les autres, mes félicitations pour avoir été jusqu'au bout de ton histoire.

A ta place je n'aurai jamais pu écrire ça, parce que je suis beaucoup trop pudique, mais là le problème vient de moi.


Je pense que tu as passé les étapes les plus difficiles de ta vie.

Visiblement tes parents t'ont posés énormément de problèmes, même si tu n'avais rien à te reprocher. Quand tu déménageras pour une autre ville pour la suite des tes études, ça ira probablement beaucoup mieux.
(Par contre je ne dis pas pour autant de couper les ponts avec eux, au contraire ça ne serait pas une bonne idée ).

Continue la musique et le théâtre (je suppose que c'est déjà le cas). Je suis ultra renfermé et je fais aussi du théâtre (dans mon lycée) et ça m'a fait un bien fou cet année.

Une éducation dure comme tu as eu quand tu es hypersensible forcément c'est pas la meilleure éducation. Mais tu verras, tu trouveras forcément de l'affection un jour. D'ailleurs en parlant de ça je sais pas si tu as des animaux mais ça détend tellement. Et ils ne te jugent pas. Et certains sont très affectueux.


En tout cas si besoin, tu peux venir en MP. On a plusieurs points communs donc je pense pouvoir t'aider si besoin: je fais aussi du théâtre, je rentre en terminale L cette année, et surtout je suis aussi hypersensible et surdoué et il y a de trèèèès fortes chance que tu le sois aussi. Les deux sont directement liés de toute façon.

Et surtout , reste courageuse comme tu l'as été jusque là. Tu verras, ça ira probablement beaucoup mieux après.

n°541606
Artisttea
Musicienne dans l'âme, lectrice dans une autre vie
Profil : Etranger
artisttea
  1. answer
  2. Posté le 30/08/2017 à 16:35:01  
  1. Prévenir les modérateurs en cas d'abus
 
Tout d'abord, un grand merci aux dernières personnes qui ont répondus en commentaire à ce sujet.
Je suis dernièrement peu active sur le site, mais je lis toutes vos réponses avec toujours autant de réconfort. Encore merci à tous, même si je ne vous cite pas individuellement.

Nouveau sujet : Sujet précédent : La relecture de mon journal [...]
Je crois que je me compose une espèce de collection. Je trouve ça très poignant de lire et relire ces sujets en entier avec un peu de recul.


---------------
"C'est au plus profond de l'hiver que j'ai découvert qu'il existait en moi un invisible printemps."
(Publicité)
 Page :
1

Ajouter une réponse
Aller à :
 

Sujets relatifs
Ce sentiment d'aimer et de ne pas être aimée en retour. Amour // Fille aimée ,et fille attirante = fantasme.
Plus de sujets relatifs à : Être aimée, ou plutôt : ne pas l'être

Les 5 sujets de discussion précédents Nombre de réponses Dernier message
Plus aucune motivation 7 29/07/2017 à 05:44:08
On me donne 11-12 alors que j'ai 15 27 04/08/2017 à 17:50:31
Il faut supprimer le SMIC 1 26/06/2017 à 18:49:35
Urgent, Inéquation et équations, j'y arrive pas 4 26/06/2017 à 20:34:44
Comment lui demander de sortir avec moi? 4 28/06/2017 à 21:06:20